VOS SPORTS:
Publication partenaire

Parc nature les Forestiers, 11 janvier 2009

Aujourd’hui, j’ai surtout croisé deux genres de skieurs au parc nature les Forestiers: des débutants pas trop sûrs d’eux et des adeptes du pas de patin filant à toute allure.

Avec ses sentiers plutôt plats et très bien entretenus à l’aide d’un gros engin Bombardier, la base convient parfaitement à ses deux clientèles.

La formule a l’air de bien marcher. Parmi toutes mes sorties jusqu’ici cette saison, c’est de loin cette fois-ci que j’ai vu le plus de skieurs en piste. Même vers 16h, il y avait encore pas mal de monde qui skiait. Il faut dire que le soleil brillait et que les conditions étaient idéales.

La base se trouve en plein cœur de la région du Suroît, à environ une heure en voiture du centre-ville de Montréal. Son réseau de sentiers est constitué d’une boucle de 10 kilomètres damée pour le style classique et le pas de patin, sur laquelle on trouve quelques « raccourcis » permettant d’effectuer des trajets plus courts.

Ce que j’ai remarqué aujourd’hui, c’est à quel point on skie dans un bel environnement forestier. Avec la qualité de l’entretien, on a vraiment l’impression de se retrouver sur un plateau de compétition. Le seul détail qui cloche, c’est qu’il faut enlever ses skis pour traverser une route à deux reprises sur le parcours.

Je dois vous dire aussi que c’est très plat. Tout ce qu’il y a à signaler comme élément de relief, c’est la présence de deux ravins que la piste traverse à l’aller comme au retour.

Avec son grand chalet d’accueil, sa boutique de location et ses sentiers faciles, la base convient parfaitement pour une sortie en famille. Il y a d’ailleurs une escadrille de traîneaux pour enfant à la boutique de location. En plus, la base possède un anneau de glace pour le patin et une butte à glisser.

L’autre grande qualité de la base, c’est qu’on peut y faire du ski de soirée. Cet hiver, ses sentiers restent ouverts du lundi au jeudi jusqu’à 21h. Il n’y a pas d’éclairage en forêt, mais comme la piste est large et facile on s’en tire facilement avec une lampe frontale.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste et scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.