Publication partenaire

Petit parc de la galette, route 381, pas de pluie, pas de verglas — 17 fevrier 2018

Du verglas. Pis de la pluie… Méchante semaine. Je regarde Météomédia; qui a été épargné au Québec? Pas grand monde… En fouinant, je vois qu’au Saguenay… J’appelle mon pote Joël à Chicoutimi, skieur hors-piste émérite: «du verglas? où ça?». Bon…

Ma bonde, «old school» qui farte ses skis

Il y avait ce secteur dans le «petit parc de la galette» que je voulais skier depuis plusieurs années. Voilà ma chance. Le «petit parc de la galette» est ce coin de pays enchassé entre Ferland-et-Boileau et le Parc national des Grands-Jardins sur la route 381. Ferland-et-Boileau? Tu sais pas c’est où? Regarde Google maps, sacrebleu!

On s’est trouvé, ma blonde et moi, un chalet en bois rond à Saint-Urbain. «Du verglas? de la pluie? où ça?», m’a répondu Guy, notre propriétaire. Et il avait raison…

À notre arrivée, on s’est fait saluer par un gros hibou, «branché» à l’entrée de notre hutte… Pis les petites souris, aussi petites soient-elles, ont pris soin de nous maintenir éveillé une partie de la nuit en fouillant notre stock de bouffe… Belle ménagerie!

Samedi. On embarque dans mon vieux char, pis on roule. Direction: «petit parc de la galette». Plusieurs skieurs hors-piste  connaissent le spot. C’est quand même loin pis difficile d’accès. Autour du km 58, il y a plein de lignes à skier; ce sont des terres de la couronne…

Caro et moi, on cherchait quelque chose de long, à monter et à descendre. De loin, ça semblait facile à trouver. On y est allé à tâtons… On a trouvé une ligne, avec 2 paliers, en suivant les routes forestières.

Pas de pluie, pas de verglas, c’est bien vrai… juste de la croûte de vent bien dure. Le problème, c’est qu’à certains moments, la croûte n’est pas aussi ferme. Ça défonce. Pis on se retrouve la face dans la neige. Au printemps, ça risque d’être über intéressant…

Au retour, on arrête près de la Petite rivière Malbaie. Parking? Juste là, à côté, côté ouest. Il y a même une skin track. Mais il est tard, mes peaux décollent et les versants orientés franc ouest sont très croûtés. On oublie ça, mais on va s’en rappeler à notre retour, plus tard, en saison. Juste en bas du refuge de la galette… Cette fois-ci, on a un peu manqué de temps…

La Gaspésie, c’est loin. La Réserve faunique des Laurentides, c’est proche. Donc, il s’ensuit que…

PS: on aime bien la Gaspésie…

PPS: Si on avait décidé de skier le secteur de la Petite rivière Malbaie, aurait fallu payer un droit d’accès à la ZEC ou à la SEPAQ, dépendamment du lieu exact…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Rodrigue Bélanger
Rodrigue vit à Québec et enseigne les arts. Skieur passionné, en station comme en hors-piste, il est toujours à la cherche de la petite planque qui lui permettra de goûter la substantifique poudreuse. Il est fou de télémark. En 3 pins, ou en fix à plaque, il est heureusement souvent à côté de la track.