Publication partenaire

Profiter du soleil pendant qu’il luit au Sommet St-Sauveur – 5 mai 2018

La tribu n’avait pas l’intention de remiser ses skis de si tôt, c’est pourquoi elle s’est présentée au Sommet St-Sauveur aujourd’hui. Il était donc 8h20 lorsque nous sommes arrivés à la station, soit près de 40 minutes d’avance sur l’heure d’ouverture annoncée. Malheureusement, un petit manque de communication de la station nous fit attendre les coups de 10h00 avant que nous puissions prendre place à bord de la seule remontée en opération, l’Étoile.

Aujourd’hui, trois pistes sont accessibles, le « Silver Park », « La Nordique » et évidemment, la seule et unique « Côte 70 Ouest ». Les conditions du matin sont plutôt bizarres, les athlètes qui se sont entraînés depuis tôt ce matin ont rendu la surface bien ferme par endroits, tandis qu’en d’autres endroits, le fond est bien mou. Il faut donc y aller doucement afin de bien apprivoiser cet or blanc.

Comme à leur habitude, les mômes n’en ont que pour les modules de parc à neige. Ils sont bien chanceux aujourd’hui, puisque pas moins de 11 modules sont accessibles, et ce, dans deux sites différents. Le « Silver Park » en est certainement à ses derniers jours, le fond semble très proche par endroits, et de petits découverts de terre sont visibles ici et là. Aussi, l’eau qui ruisselle rend la glisse changeante, nous freinant sans avertissement, je n’y ai fait que quelques apparitions. L’autre site, fort apprécié des chérubins, se situe dans le bas de la montagne, tout juste entre les « Côte 70 » Est et Ouest. Ici, les modules sont très intéressants, et l’abondance de neige en facilite l’utilisation.

Il serait impossible de parler du ski de printemps du Sommet St-Sauveur sans parler des légendaires bosses qui recouvrent le bas de la « Côte 70 Ouest ». Ici, les bosseurs printaniers sont nombreux. De tous âges, ils dévalent le champ de bosses à toute vitesse. Chaque fois que j’en vois, je ne peux qu’imaginer tous les grands champions qui ont foulé ces bosses au fil des ans. Le Sommet St-Sauveur n’est pas une pépinière de champions bosseurs pour le fun!

C’est en après-midi que les vraies conditions printanières firent leur apparition, du gros sel bien humecté, pesant et explosant au passage de mes planches, un vrai délice. J’ai pu m’amuser à faire exploser les amoncellements que les autres skieurs laissaient, la neige gorgée d’eau me rafraîchissant le visage. Je dois dire que, bien que je ne raffole pas du ski de printemps à proprement dit, qu’aujourd’hui, ces conditions m’ont bien fait plaisir.

En terminant, je ne saurais passer sous silence l’ambiance à la terrasse. Cette terrasse est idéalement orientée, et j’y ai aperçu de nombreux visiteurs venu simplement profiter des rayons de Galarneau! Un chansonnier était même sur place et s’occupait de l’animation.

Le Sommet, et son glacier seront en opération jusqu’au 21 mai prochain. Ce n’est donc pas fini, tant que ce n’est pas fini!

Bon ski à tous!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christian Dumas
Adepte de ski depuis sa tendre enfance, Christian adore le pratiquer autant en famille qu'entre amis. Au fil des années, il a touché à la compétition, à l’enseignement, à la patrouille ainsi qu’au ski adapté. Habile communicateur, il sait imager ses expériences sur les pentes et les communique magnifiquement au travers de ses chroniques publiées sur ZoneSki.