VOS SPORTS:
Publication partenaire

Réconciliations avec le Mont Sutton, 17 mars 2018

Il y a un mois, je visitais le Mont Sutton et faisais état de conditions plutôt dure (voir « Dure Réalité » du 17 février 2018). Pas une sortie ratée, mais un sentiment de ne pas avoir vécu Sutton et surtout ses magnifiques sous-bois. Aujourd’hui, je me suis réconcilié avec la station estrienne, c’est réglé : fini l’amertume, fini la déception, place à la complicité et à un léger mal de jambes !
C’est pas compliqué, les conditions aujourd’hui étaient EXTRAORDINAIRES ! Comme si vous vouliez décrire à quoi correspondraient la perfection au Québec en ski, c’était ça aujourd’hui.

Le damé, quoique peu visité était juste assez mou et homogène. Le reste n’était que bosses à perte de vue ! Toutes les 60 pistes sont ouvertes aujourd’hui, y compris les sous-bois du versant arrière. Les surfaces sont hivernales et bien sèches. Il n’y a plus vraiment de spot vierge, même les zones de conservations sont un peu pistées… Quand on le sait, c’est mieux de respecter ces zones, identifiées par de petits losanges oranges sur les arbres.
La clientèle est nombreuse en ce samedi de la St-Patrick. L’attente aux chaises atteint parfois 10 minutes, mais il y a moyen de bien s’en sortir notamment en prenant les vieux doubles ou en profitant de l’heure du dîner.


Toutes les pistes simple/double/tripe diamant noir des chaises IV ouest, IV, V et VII étaient en grande forme, mais mon coup de cœur va à la Bo-Réal pour ses lignes de bosses et la douceur de ces dernières.

Mention honorable aussi aux sous-bois d’en arrière : la Séduction, L’Extase et la Fantaisie. Je n’ai fait que la Séduction, mais c’était assez pour voir comment la neige était aussi bonne sur ce versant.

Il faut savoir toutefois que le retour vers la base est un peu laborieux : comprendre ici qu’il faut pousser un brin et que c’est plus facile en ski qu’en planche.


Ce fut une journée en 2 temps car, comme on peut le voir sur les photos, il a fait littéralement tempête le matin, puis le ciel s’est complètement dégagé pour l’après-midi. Le tout agrémenté d’un vent digne de janvier qui soufflera encore demain apparemment. La seconde couche est recommandée ! Le printemps peut attendre encore, l’hiver est encore bien présent !


En résumé, une journée que j’ose qualifier d’épique, en tout cas pour notre coin de pays souvent plus chaud. Les muscles sont endoloris, mais c’est un doux souvenir de cette réconciliation avec les pistes du Mont Sutton.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Pierre Bégin
Pierre est skieur depuis l’âge préscolaire avec un intermède planchiste pendant les années 90; sans jamais abandonner le ski qu’il pratique régulièrement surtout en Estrie. Il aime partager sa passion par le biais d’une chronique de ski autant que d'aller vite, mais s’arrête souvent pour s’assurer de ne pas manquer un saut ou un virage de poudreuse oubliée!