Revue | Burton | Step-on, une révolution dans le monde de la planche à neige?

Photos: Jean-Marie Zumstein


Après la mort des fixations Step-in, il y a une quinzaine d’années, Burton relance les fixations sans courroies avec son modèle Step-on, disponible l’automne prochain. Dès que j’ai vu l’annonce,  je me suis posé deux questions : sont-ils vraiment plus vite à chausser ? Le confort et la performance sont-ils équivalent à des bottes et fixations standards ?

Pour répondre à ces questions, j’ai pu emprunter des fixations Step-on et bottes Photon compatibles pour les essayer pendant 14 descentes lors d’une journée démo Burton le 25 mars à Bromont.

Les bottes sont très confortables, un peu moins rigides que mes Burton SLX que je porte normalement. Visiblement, la seule différence qui les distingue d’une botte conventionnelle, ce sont les deux ergots métalliques au niveau des orteils qui dépassent sur le coté de la semelle (et qui y sont intégrés), et le crochet arrière, vissé dans la botte au niveau du talon. Le crochet arrière se dévisse facilement pour permettre d’utiliser les bottes avec des fixations conventionnelles.

La fixation est très simple et plutôt stylée, avec un spoiler réglable, deux inserts à l’avant où les deux ergots métalliques sur le côté de la botte s’enclenche, et un levier à l’arrière qui se remet en place tout seul, pour être toujours prêt à fixer le crochet arrière de la botte. Elle est compatible avec le Channel de Burton ainsi que les disques 4×4 conventionnelles.

Custom X Fv 158 avec fixations Step-on

Maintenant, l’heure du test est arrivée, je suis très curieux d’essayer le système, car je n’ai jamais utilisé autre chose qu’une fixation standard à courroies. Le représentant de Burton me propose de monter les fixations sur une Custom X Fv 158 puis me recommande d’essayer de chausser de déchausser les fixations sur un terrain plat pour me familiariser avec le système. Le tout paraît naturel dès le début, même s’il demande un temps d’adaptation pour chausser sans y penser. On rentre son pied par l’arrière puis on transfère son poids vers l’avant de la botte jusqu’à un son de clic confirme la fixation des deux ergots métalliques en avant de la botte dans les points d’ancrage de la fixation. Pour en sortir, on tire sur le levier à l’extérieur de la fixation et on relève un peu l’arrière de la botte ensuite, on tourne un peu la botte pour faire sortir les deux ergots en avant de la botte des ancrages situés sur le devant de la fixation.

Après quelques essais, c’est l’heure de tester le tout sur la montagne. Rendu au sommet, c’est le temps d’essayer pour la première fois la rapidité et la simplicité du système. Chausser son deuxième pied se fait en quelques secondes, sans qu’on soit obligé de se pencher. Fini les amis skieurs qui nous attendent au sommet pendant qu’on chausse notre deuxième botte « confortablement » assis dans la neige.

Dès que j’ai commencé ma première descente, j’ai immédiatement senti l’absence presque totale de mouvement entre les bottes et les fixations. Les planchistes qui aiment rider avec des courroies très bien serrées vont adorer ! Un autre avantage, c’est qu’il ne faut jamais s’arrêter à mi-montagne pour resserrer les fixations, car une fois que les bottes sont rentrées dans les trois points d’ancrage, il n’y a aucun mouvement possible.

Une des craintes que j’ai eues a été que la présence de neige entre les bottes et les fixations pourrait empêcher les deux points d’ancrage avant de bien se fixer sur les ergots métalliques des bottes. Malgré les 7-8 cm de neige collante fraîchement tombés, je n’ai jamais eu ce problème lors de mes 14 descentes. C’est sûr que s’il y a une importante quantité de neige collée sur les semelles des bottes ou sur les fixations, le système ne fonctionnera plus. Un petit grattage est alors nécessaire, mais honnêtement, ce l’est aussi avec des fixations standards pour assurer un confort acceptable.

Comme il n’y a presque aucun mouvement entre les bottes et les fixations, les bottes semblent sensiblement plus rigides que dans des fixations conventionnelles. Pour compenser, on peut choisir une botte un peu plus flexible qu’à l’habitude. Parlons de choix: pour la première année, Burton offre deux modèles de bottes : la Photon que j’ai essayé qui offre un très bon support et qui est assez rigide. La Ruler semble être parfaite pour ceux qui aiment des bottes un peu plus souples. Les deux modèles sont équipés de système BOA avec câble New England Ropes exclusif à Burton et garantie à vie (plus souple que le traditionnel câble métallique), avec pour la Photon un deuxième BOA qui ferme le coup de pied à la façon d’une courroie, pour un feeling encore plus proche de celui d’une fixation classique.

Lors des changements de direction dans les virages, on entend parfois un petit clic, car le système d’ancrage a un léger jeu d’une fraction de millimètre pour permettre un enclenchement plus facile. C’est perceptible, mais ne devrait pas déranger la grande majorité.

En une journée d’essai, j’ai pu me rendre compte de la facilité d’utilisation du système, qui paraît naturel dès le début, même s’il demande un temps d’adaptation pour les chausser sans y penser.

C’est un système qui va plaire beaucoup à des planchistes qui veulent faciliter le chaussage des fixations sans se mettre à terre à chaque remontée. Ceux qui aiment serrer très fort leurs fixations vont aussi adorer. Pour les autres, c’est peut-être mieux d’attendre que leurs bottes et fixations soient usées avant d’envisager une conversion vers les Step-On.

Le système va être disponible l’automne prochaine en quantité très limité chez certains détaillants Burton à un prix comparable à une ensemble bottes et fixations conventionnelles équivalentes.

REVUE

4.3
Très bien
Conclusion

Après la mort des fixations Step-in, il y a une quinzaine d’années, Burton relance les fixations sans courroies avec son modèle Step-on, disponible l'automne prochain. Dès que j’ai vu l’annonce, je me suis posé deux questions : sont-ils vraiment plus vite à chausser ? Le confort et la performance sont-ils équivalent à des bottes et fixations standards ?

  • Facilité d'utilisation
    4.5/5
  • Performance
    4.8/5
  • Polyvalence
    3.5/5

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-Marie Zumstein

Jean-Marie est un planchiste passionné qui déborde d'enthousiasme pour les sports de glisse au Québec. L'été, il sillonne les champs de la ferme familiale et l'hiver, il sillonne les pistes de ski de la province. Le meilleur des deux mondes!

Publier un commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz