VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sauvé par le Valinouët – 25 décembre 2018

En cette période des fêtes où l’abondance de nourriture est à son honneur, le meilleur moyen pour rétablir l’équilibre est assurément d’aller jouer dehors. Comment faire pour y parvenir en tant que skieur sachant que depuis deux semaines, on descend sur de la glace ? On vise le joyau des monts Valin, même si l’effronté déluge s’est également rendu à cet endroit ! Je n’en reviens pas encore ! S’il y a bien quelque chose qui ne me rentre pas en tête, c’est d’avoir de la pluie en hiver au Vali. En route, les arbres enneigés sont inspirants.

Sur la route

Notre journée débute donc avec une arrivée tardive, environ 10h30, soit seulement 30 minutes après l’heure d’ouverture. On est quand même le 25 !

Sous un généreux -20 digne du Saguenay, je jette rapidement un regard sur les pentes afin de gérer les attentes. À entendre le son des bottes qui fait « squick squick » sur la neige, ce bruit me confirme qu’on est mieux de bien se couvrir !

À l’ouverture

Le versant principal offrait presque tout son éventail, soit 17 pistes. La couverture est encore complète sur chacune de celle-ci. Pour les pistes damées, la surface est dure, mais pas glacée. La neige ne s’est pas transformée en glace cassée. Elle reste belle même si elle est skiée.

Les bosses sont également très fermes, mais encore une fois négociables, permettant de se réchauffer entre deux remontées. Il y avait un peu de neige fraîche en haut de la Maltais, Perron et Dufour.

La vie d’un skieur est drôlement faite. L’espoir d’avoir des conditions parfaites renaît curieusement à l’approche d’une nouvelle journée. Les locaux vous diront que ce n’était pas fameux. Pour une station avec 100% de neige naturelle, l’habitude élève les attentes. Pour les gens en visite dans la région comme nous, c’était une très belle journée de vrai ski ! Il était définitivement agréable d’enfiler les virages. Mon coeur saigne depuis deux semaines, mais pour l’instant, le Valinouët l’a sauvé.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!