VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sentiers de Lac-Simon, 18 février 2007

Le propriétaire de l’auberge où on logeait n’était pas sûr de son coup: «Il y a des sentiers à Lac-Simon et je pense qu’ils sont bien…»

J’ai bien fait d’aller vérifier moi-même. Les sentiers de ski de fond de la municipalité de Lac-Simon m’ont fait passer une très agréable journée sur mes planches.

Ces sentiers, j’ai pourtant failli ne jamais les trouver. Comme je suis un vrai gars qui n’aime pas s’arrêter pour demander son chemin à quelqu’un, j’ai erré pendant un bon moment dans le village avant de trouver un point d’accès aux sentiers sur la rue Du Parc, derrière le garage municipal. Une pancarte disant «Ski de fond» plantée sur le bord de la rue devrait faire partie de l’infrastructure touristique de la municipalité.

Une fois sur mes skis, j’ai eu la surprise de découvrir un très beau réseau s’étendant sur une vingtaine de kilomètres. «Découvrir» prend ici tout son sens puisque je n’avais pas de carte de sentiers et que je me suis baladé au hasard sans trop savoir ce qui m’attendait. C’était nouveau comme expérience. Bien que minimaliste, la signalisation m’a permis de faire un belle randonnée et de rentrer sain et sauf à ma voiture…

Le sentier à faire absolument passe par le sommet d’une petite colline. Un écriteau nous apprend qu’il s’agit du mont Maillé. Ce sentier est le plus accidenté et celui qui offre les plus beaux points de vue. Si on le fait dans le «bon sens», on a droit à une longue descente très agréable. Alors un conseil: prenez à gauche quand vous voyez cette pancarte.

D’autres sentiers permettent de faire le tour de la colline. Ce secteur du réseau est le plus intéressant. Il y a du relief et j’ai plusieurs eu envie de sortir mon appareil photo.

Le reste des pistes se trouve en terrain plat, dans une forêt très dense. Il y a plusieurs sentiers qui se croisent et j’ai eu beaucoup de plaisir à explorer ce petit labyrinthe. On peut se rendre ainsi jusqu’à la route 321, où se trouve un autre point d’accès. Un sentier isolé permet de se rendre à Cheneville, le village voisin. Il est très beau par endroits, mais il traverse un vaste champ où on est très exposé au vent.

J’ai été surpris par la qualité des sentiers, qui sont bien entretenus, vraiment pas cahoteux et bien dégagés. Pas mal pour un réseau dont l’accès est gratuit.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Barclay Fortin
Barclay Fortin a appris à faire du ski à Baie-Comeau, sa ville natale. Il a appris à écrire en travaillant comme journaliste et scénariste à Montréal. Et depuis 2003, il court les centres du ski de pour alimenter Ski Glisse, un blogue où il raconte ses randonnées hivernales.