VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sommet Olympia, 8 décembre: Zeus sous zéro!

Pas chaud…

On attendait impatiemment l’ouverture des autres stations de la vallée de St-Sauveur. Finalement, en ce matin glacial ça y est pour Sommet Olympia. Certes, il fait froid à l’ouverture. Zeus y perdrait son grec. Cependant, le soleil se fait sentir (timidement) assez tôt en matinée et l’absence de vent rend les descentes somme toute très agréables. L’air est sec, le ciel bien bleu. Les surfaces, elles, sont très fermes. Du côté des Zermatt, Insbruck, Chamonix, Olympia, Squaw Valley, Squikky et Paresseux on a affaire à des surfaces rapides mais égales et bien traçables en carving. Par ailleurs, du côté des St-Moritz, Tignes, Cortina, Baqueira-Beret et Madonna Di Campiglio de très dures boulettes de glace concassée demandent beaucoup de puissance. Je trouve mes descentes de ce côté plutôt désagréables. Au moins, le liftie au sommet de la remontée quadruple nous accueille tout sourire et en dehors de sa cabine. Très sympathique!

La fabrication de neige va bon train

La station ne ménage pas ses efforts afin d’augmenter le nombre de pistes skiables. En ce jour de grand froid sans vent, les nuages d’eau cristallisée fraîchement sortie des canons à neige sont fantomatiques. Les nuées ainsi formées ne sont absolument pas incommodantes aujourd’hui. Les pistes qui sont ouvertes sont déjà suffisamment recouvertes de neige pour ne pas voir poindre le foin dessous. Aucune roche n’est visible. Peu de skieurs sont présents sur les pistes; cela contribue à conserver les pistes en bon état. À l’ouverture, pas plus d’une cinquantaine de skieurs patientent dans la file à la remontée. Pour le reste de la journée, aucune attente n’a lieu.

Les coureurs sont à pied d’oeuvre

Comme il faut s’y attendre, ce sont les plus motivés qui skient aujourd’hui; quelques familles, des solitaires (comme moi) mais surtout des coureurs. J’adore les observer et les suivre (quand je peux!). Ça m’inspire. Les surfaces étant dures il faut user d’une bonne technique si on veut éviter les dérapages. Encore une fois, les skis affûtés sont de rigueur. Alors le mot de la fin c’est que cette saison précoce est bien amorcée et irréversible. Sortez vos skis ou votre planche et profitez du faible achalandage typique de cette période de l’année ainsi que des conditions qui sont quand même très bonnes. À quand la prochaine bordée d’importance? Les paris sont ouverts.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.