VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sortez les patins et les chaises longues à Bromont – 17 Février 2018

Aaah Bromont, la montagne qui m’a justement montré à skier alors que je n’avais que 4 ans. J’aime bien y retourner (pas trop souvent) car je me dis bien souvent que « à Bromont ils dament beaucoup les pistes et les télésièges sont plus rapides qu’à Sutton, et bla bla bla » mais qu’en est-il vraiment? Non mais sans farce, avant d’écrire ces quelques lignes, j’essayais de repenser à la dernière journée à Bromont que j’ai eu qui était extraordinaire et….malheureusement ça ne m’est pas venu….

Le fait est que si on regarde la situation dans son état actuel :

  • La montagne compte tout simplement trop de monde qui, même si ils ont accès à de nombreux versants, se ramassent tous ou presque à la même place;
  • Le télésiège débrayable du versant principal est constamment en réparation et justement en ce moment, mis hors service complètement;
  • Les autres versants plus récents sont peu ou pas travaillés par les dameuses, créant des conditions constamment glacées;
  • Toutes les pistes qui ont un minimum de pitch sont grattées, je dirais même scalpées, du peu de neige qui tombe à Bromont par des skieurs disons, moins expérimentés.

Bref, loin de là mon idée de dénigrer Bromont, la montagne a tout de même de très belles qualités mais il faut regarder les faits en face.

Pour continuer sur l’état des conditions en piste, gros respect pour l’équipe d’entretien mais les pistes sont pitoyables ; des champs de glace de bord en bord à tel point que certaines pistes sont tout simplement impraticables, même si je venais tout juste d’aiguiser mes skis la veille. La Washington par exemple, piste double noire qui mène au versant du Lac, est présentement une chute de glace bleu de haut en bas. À éviter à tout prix.

Le mur de glace.

À mon avis, le seul versant qui avait des conditions « potables » aujourd’hui était celui du Midi, faisant directement face au soleil. Autrement, on skiait sur du béton. Il s’agit définitivement d’un des versants à découvrir, avec sa chaise double super efficace et une attente presque nulle à toutes les fois que j’y ai été.

Malheureusement, j’essaie habituellement lors de mes sorties de ski avec chronique de capter au maximum l’ambiance et les conditions de la journée mais j’ai tellement eu une mauvaise journée qu’on aurait dit que pas personne que je prenais en photo arrivait à garder une bonne position sur ses skis. Ajoutons à cela une interruption de service de la chaise lente du versant du village (je tiens à rappeler que la chaise rapide est hors service) qui a duré une bonne heure, disons seulement que les conditions idéales n’étaient vraiment pas au rendez-vous. Une chance cependant que les courses s’étaient terminées avant cette interruption complète de service car on aurait eu droit à un sacré casse-tête logistique pour faire monter les coureurs autrement.

Ça jouait au Tic-Tac-Toe dans la file d’attente et la grande majorité ont enlevé leurs skis pendant l’heure où le télésiège fixe a lâché (lui aussi)

Fait important à mentionner hier également était la tenue de la Super Série, course de type open pour les coureur en slalom géant et en slalom. Cet événement de calibre international amène des coureurs de partout en Amérique du Nord afin de récolter de prestigieux points FIS.

J’ai perçu quelques commentaires des coureurs et des spectateurs assistant à l’événement et il faut l’accorder à Bromont, chapeau pour avoir organisé une course sur 2 parcours différents, géré plus de 200 coureurs et ce, sans trop déranger le reste de la montagne (excepté pour le télésiège mais ça, n’y revenons pas).

Les 5 meilleurs temps de la journée. À noter ; très fier de mon cousin qui a décroché la 5e place (en rouge) face à une très solide compétition provenant de partout au Canada

En conclusion, si vous lisez cette chronique et considérez acheter un billet à Bromont dans les 3 prochains jours, songez à changer vos plans et vous me remercierez de vous avoir fait économisé de l’argent gaspillé. Sérieusement. On est malheureusement passé du meilleur ski de la saison week-end dernier, à des conditions très peu plaisantes à skier, mis à part que la température est stable près du point de congélation. Seul point positif que je peux y trouver.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Félix LeBlanc
Félix est un passionné du ski, de la technologie et de l'art visuel. Curieux de nature, il se garde bien informé sur tout ce qui touche de près ou de loin ses passions et tout comme Ron Fournier, adore "donner son deux cents" à ses lecteurs. Chasseur de tempêtes pour tracer les plus beaux sous-bois de la province, sa maxime dans la vie est celle-ci : "Ta pire journée de ski est toujours meilleure qu'une journée ordinaire au travail".