VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sous la neige au Mont Ste-Anne – 5 février 2017

Je suis habituellement au bas des télécabines pour la première montée de la journée, mais mon horaire chargé de la fin de semaine fait que je suis arrivée au stationnement vers midi aujourd’hui. Avec la petite neige qui tombe sur la Côte-de-Beaupré depuis hier soir, pas étonnant de constater que les voitures se font nombreuses.

Avec seulement une demi journée de ski devant moi, je me dirige d’emblée vers le versant nord, mon favori. Je débute ma journée, de télémark, dois-je préciser, avec une Bélanger. La surface est très changeante, parsemée de plaques durcies et de belle neige molle. Je m’amuse sur les côtés de piste, mais je dois ralentir le rythme: on ne tourne pas comme on veut quand on débute en télémark! Afin d’explorer tout le versant nord, mon prochain choix me transporte dans la Sidney-Dawes et la Vital-Roy, que je n’avais jamais skiées avant. L’avantage du télémark, c’est qu’il est possible de tricher et de laisser tomber la technique pour descendre en style ski alpin. J’ai utilisé cette dernière pour m’amuser dans les bosses des sous-bois, en prenant quelques minutes pour observer le magnifique paysage. J’ai hâte d’y retourner avec mes skis alpins pour descendre plus fluidement.

Dans le but de pratiquer mes virages, je poursuis avec deux descentes de L’Anore, piste très peu fréquentée et présentant que très peu de plaques durcies. À la base du côté nord, une affiche nous informe que la montagne a reçu deux centimètres de nouvelle neige, mais c’est plus 8 à 10 cms qui se sont accumulés dans les pistes. Plus le temps passe, plus les conditions de glisse s’améliorent.

La Soumande, laissée au naturel, semblait très belle, mais vu mon équipement du jour, j’ai passé mon chemin.

La courte journée tire déjà à sa fin. Il est temps de remonter au sommet et descendre du côté sud pour rentrer. J’ai passé tout mon temps du côté nord. Avec ses pistes plus étroites qu’au sud et son achalandage habituellement moins élevé, je m’y sens très bien et j’apprécie le niveau de ski et la diversité des pistes qui y est offert. Aujourd’hui encore, malgré les quelques minutes qui ont été nécessaires pour trouver un stationnement, j’ai skié sans arrêt et sans attente à la base. La neige qui tombe toujours à mon départ de la montagne et les centimètres attendus cette semaine finiront de camoufler les plaques durcies.

La Montmorency vous met en garde!

Pour conclure un superbe après-midi au Mont Ste-Anne, je retourne au stationnement par La Pichard, peu durcie et réellement plaisante à skier. Pour les adeptes de la montagne, il est possible de se rendre chez Endorphine en semaine après votre journée de ski afin de vous délier les muscles dans un cours concocté spécialement pour l’après-ski. Le centre offre aussi des sessions de préparation aux sports de glisse à l’automne. Nouvellement installés dans leurs locaux du Village Touristique, passez leur dire bonjour!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Sarah-Anne Vidal
Avec des débuts heureux sur la petite montagne du coin, Sarah-Anne a toujours préféré la nature à la ville. Adepte de plein air de tout genre, de course à pied et de vélo, le ski est un élément central de ses hivers. Active, elle pratique le sport pour le plaisir avant la compétition; l'air pur et les grands espaces étant source de réconfort. Diplômée en art et lettres, elle sait très bien transmettre ses impressions. Suivez son parcours hivernal dans la sérénité.