VOS SPORTS:
Publication partenaire

Stoneham en mode village alpin – 6 Janvier 2018

Ce week-end, nous avons célébré l’anniversaire d’une amie et l’occasion était bonne pour profiter du village alpin de Stoneham. Si vous cherchez à bonifier votre escapade en montagne, je vous le suggère fortement. Que ce soit « ski in / ski out » ou tout simplement à quelques centaines de mètres des pentes, vous vous souviendrez de votre première expérience. Il ne suffit que d’un court séjour pour être conquis.

Le soir venu, les lumières des pistes éclairées forgent l’inspiration et bercent votre sommeil. À l’aube, les espaces blancs entourés d’arbres suggèrent par eux-mêmes d’aller leur rendre visite.

D’enjeu, un samedi matin à « -1000 » n’est pas toujours inspirant. C’est là que l’hébergement sur place fait tout son sens. L’effet d’entraînement des colocataires se génère par lui-même et de fil en aiguille, on se retrouve sur les pistes.

En cette ère d’information où on analyse, consulte et révise la météo, tout indique qu’on aurait dû se prélasser devant le foyer au chaud. La mission était tout autre, notre fêtée chaussait les planches pour une première fois en plus de 10 ans. L’occasion était trop belle pour la ratée. On débute doucement avec Les Pionniers, puis La Randonnée mais la majorité du terrain de jeu de la station est ouvert. Le statut de notre jubilé est confirmé. Le ski, c’est comme le vélo, ça ne se perd pas. Après les premières descentes de réchauffement, on réalise que les conditions sont vraiment très belles, on va s’amuser.

On se dirige ensuite vers la remontée de La Tempête Express. Aujourd’hui, je me dis que chaque station devrait avoir une remontée mécanique avec bulles qui protège contre le vent. Ce luxe est très apprécié et fait une énorme différence par une journée venteuse. Le foyer en bas de la remontée ajoutait au bonheur. J’en connais qui arrivait volontairement en premier, question de prendre 15 secondes de chaleur.

Encore une fois, les sous-bois ont été nos amis. Les Caribou, Wapiti, Original et Biche nous ont accueilli branches ouvertes à l’abri du vent.

Mon segment favori de la journée demeura l’enchaînement de piste Les Cantons / La Tewkesbury. Imaginez une journée venteuse, une fine couche de neige sablée se promenant généreusement au rythme des bourrasques par-dessus une surface qui semble croûtée, dur et glacé à souhait. Rien n’invitait à descendre les bosses cachées à droite dans les Cantons, puis la finale dans la Tewkesbury semblait également raide avec ses bosses profondes. C’était tout le contraire. Il n’y avait aucune glace et de la neige somme toute respectable qui ne demandait qu’à être brassé. Ce qu’on a fait deux fois plutôt qu’une.

En prenant l’option du billet de 12h30 jusqu’à la fermeture de la station (21h30), on a pu déborder un peu sur le classique « 16h on ferme » et s’assurer que nos jambes étaient bien vides. De retour au chalet à proximité, nous avons plus qu’apprécié le spa à 104 degrés Fahrenheit.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!