VOS SPORTS:
Publication partenaire

Stoneham, le 7 décembre 2018—Chronique #1

Enfin, je peux sortir du grenier… ou sortir du placard, sans craindre la vindicte populaire; je suis un skieur qui, enfin, peut s’assumer, grâce à toute cette belle neige qui nous est tombé sur la noix… La dernière fois, au mois de juillet, on a failli m’enfermer; les bonnes gens me regardaient descendre, un peu interdit, parmi le chiendent et les cailloux…

Aujourd’hui, c’est fête. 7 décembre, fête de l’Université Laval. Je décide donc momentanément de quitter mon amoncèlement—que dis-je, ma tour!—de copies à corriger, pour aller flirter avec la montagne et la neige, histoire de remettre les pendules à l’heure… et de remettre le travail à plus tard.

Superbe journée. Ensoleillée. Je nettoie la voiture; une bonne dizaine de centimètres s’en va rejoindre sa gang, clouée au sol. Ça génère de l’attente…

Arrivé à Stoneham, je me suis rendu compte que les pistes avaient été damées — probablement tôt ce matin — moi qui pensait flotter dans la poudreuse… Ce sera pour une autre fois. Faut être raisonnable; c’est quand même ma première fois en station cette année.

On a eu droit à du damé ben beau et un peu plus dur que je pensais… Parfois la piste était molle comme la Дик de grand-popo, parfois dure comme la дубина de benjamin… C’était extrêmement décent, surtout aux endroits ensoleillés. L’offre est bonne; on parle de 30 pistes disponibles à ce temps-ci de l’année.

Mon coup de cœur? Les sous-bois… La Wapiti, La Caribou, l’Orignal. Sont déjà ouverts à ce temps-ci de l’année… surprenant! Des affiches indiquent que certains endroits sont à découvert; c’est bon, car ça montre que nos hôtes sont prévoyants. Moi je vous dis : lâchez-vous loose. Pas de souci. En tout cas, c’est là que j’ai trouvé la belle neige meuble. Et rien de vraiment vilain…

Pour l’occasion, je sors mes nouvelles bottes de ski, neuves, achetées pour une poignée de peanuts sur Ebay. Encore une autre paire?Ben oui; ça doit faire une quinzaine en tout et pour tout. Tout est relatif : comparé à Imelda Marcos, je suis encore un rookie.

Ce sont des bottes Crispi; ça manquait à ma collection. Probablement des Rice Crispi : vous vous souvenez de la fake news concernant le riz chinois fabriqué à partir de plastique? C’était affreusement faux. Mais ça, c’est vrai : la technologie développée par Crispi qui permet de faire du plastique à partir de riz… Si les bottes ne conviennent pas, je les fais tremper, les fais bouillir et les mange…

Il y a eu un léger retard en regard de l’ouverture des remonte-pentes; le seul qui s’est mis en branle à l’heure : le A. Le B & le C ont eu quelques ennuis mécaniques; rien pour nous faire envier le sort des yéménites (qui crèvent en ce moment même). Souriez, respirez. Le ski, c’est un peu la vie — je développerai ce concept lors d’une chronique ultérieure, promis… Pour l’instant, je dirai que j’ai les cuisses lourdes, mais que je suis charmé…

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Rodrigue Bélanger
Rodrigue vit à Québec et enseigne les arts. Skieur passionné, en station comme en hors-piste, il est toujours à la recherche de la petite planque qui lui permettra de goûter la substantifique poudreuse. Il est fou de télémark. En 3 pins, ou en fix à plaque, il est heureusement souvent à côté de la track.