VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sugarbush, un beau terrain de jeu pour les skieurs et planchistes ! – 26 mars 2018

N’ayant que très peu skié au Vermont, là où les stations de ski sont très nombreuses et prisées par les amateurs de sports de glisse, je décide avec ma fille et mon frère de vivre l’expérience Sugarbush.

Avec un départ précipité car le réveil ne sonne pas comme prévu, nous arrivons sur place vers 10h. Un peu tard, mais on se dit que 6 heures de ski seront suffisantes pour s’amuser amplement.

Toute la journée, la température tourne un peu au-dessus du 0°C, sous un ciel ensoleillé et des passages nuageux. Il n’y a pratiquement aucun vent et avec ce soleil du printemps intense et des pistes complètement exposées à celui-ci, c’est très confortable et nous avons un éclairage parfait pour lire le terrain.

Sugarbush est divisé en deux secteurs principaux ; le secteur du Lincoln Peak Village et celui du Mont Ellen Lodge. En réalisant la grandeur de cet immense terrain de jeu à explorer en une seule journée, nous décidons de nous concentrer pour cette fois-ci, sur le côté où nous sommes stationnés, le Lincoln Peak Village.

Étant dimanche, nous nous attendions à devoir être patient aux remontées, mais heureusement pour nous, l’achalandage était plutôt modéré. Aussi, Sugarbush possède 5 télésièges débrayables et les 8 télésièges fixes au total, ce qui permet de répartir la quantité de skieurs un peu partout dans la montagne. Le maximum d’attente a été de seulement 3 ou 4 minutes et la plupart du temps, aucune.

Vue sur les chalets de la base du secteur Lincoln Peak Village.

Après une première descente de réchauffement dans une piste damée de la chaise « North Lynx Triple », nous nous dirigeons vers le sommet dédié aux skieurs avertis, le «Castlerock ». Un secteur plus abrupt, des pistes non travaillées et des pistes à bosses. Beaucoup de plaisir et une montée de la température corporelle… La surface est assez ferme, ce qui demande un peu plus d’effort pour les articulations dans les bosses.

Ismanuelle, au sommet « Castlerock ».

 

Et c’est parti mon kiki, la fille au « dreads », dans la piste à bosses « Castlerock ».

 

Pierre s’en donne à cœur joie dans la même piste.

 

Une piste que nous avons particulièrement aimé descendre quelques fois, c’est la « Jester ». Une très longue piste damée qui débute au sommet du « Lincoln Peak » remplie de beaux virages à la manière d’un serpentin et qui se rend jusqu’à la base.

Plusieurs skieurs semblent bien appréciés la piste « Sigi’s Ripcord ».

 

Les tous petits s’amusent en sautant dans la piste, « Cat’s Meow ».

 

Après avoir dépensé beaucoup de calories, un arrêt s’impose pour refaire le plein d’énergie. Nous nous rendons alors au « Allyn’s Lodge » pour goûter aux hot-dogs à la choucroute. Ce chalet est un endroit très sympathique et permet aux sportifs de faire une pause bouffe ou détente au sommet du télésiège « Super Brand Express Quad ». Le seul hic… Le prix : 51 $ canadiens pour 6 hot-dogs, un chip, un brownies et une petite bouteille d’eau.

 

Le chalet dans la montagne, Allyn’s Lodge.

 

Très belle vue au sommet de la chaise « Super Bravo Express Quad ».

 

Après le dîner, nous décidons d’aller explorer quelques sous-bois du secteur « Gadd Peak ». Les arbres y sont assez rapprochés et la couverture n’est pas parfaite à plusieurs endroits. Il faut donc rester vigilant afin d’éviter les obstacles. Par contre, le ski de sous-bois est toujours un moment qui nous procure une grande satisfaction pour son côté naturel et cette façon d’aborder nos descentes. Le fait de devoir analyser le terrain, de descendre moins rapidement et cette atmosphère « zen » des arbres est toujours apaisant.

 

Ismanuelle dans le sous-bois « Race cours woods ».

 

L’auteur de cet article, dans le même sous-bois.

 

En résumé, que vous soyez novice, intermédiaire, avancé ou un amateur de bosses et de sous-bois. Sugarbush est une excellente destination de ski où l’on peut profiter d’une très grande variété de pistes pour tous les goûts et tous les niveaux de skieurs.

Aussi, pour profiter d’excellents rabais sur les billets de ski en Nouvelle-Angleterre, visitez ExpressSki.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Michel Longpré
Membre de l'équipe de ZoneSki depuis 4 ans, ce passionné de ski alpin a fait ses premières descentes au Mont Surprise, à Lebel-sur-Quévillon, en Abitibi en 1967. S'il n'est pas sur ses planches, il recherche les meilleurs rabais offerts par l'industrie du ski.