VOS SPORTS:
Publication partenaire

Sugarloaf, 5 mai 2019

J’ai terminé ma saison à Sugarloaf aujourd’hui. Du restreint nombre de stations encore ouvertes cette fin de semaine, ce géant du Maine représentait la plus belle offre à mon avis avec officiellement 45 pistes ouvertes, 540 mètres de dénivelé et des tonnes de neige!

On ne pouvait rêver mieux pour cette dernière journée d’opération que d’un soleil radieux et d’une température avoisinant les 20 °C. Bon coup pour l’administration, le prix du billet de $29 (US, en ligne) a su attirer bien des skieurs en ce dimanche estival. Une belle foule colorée animait les pistes et la « beach » de la base. Un sentiment mélangé d’exaltation pour les conditions extraordinaires et de nostalgies de la dernière journée ressortait des commentaires des clients. Ceux-ci américains pour la plupart, mais aussi quelques groupes de Québécois, venus étirer la saison dans le sud.

Du côté du ski, c’était génial. Comme ailleurs au Québec, les quantités de neige sont impressionnantes. De gigantesques monticules dans le parcours de snow/ski cross ont probablement servis de réserve pour préserver l’accès au bas des pistes. Celui-ci se liquéfiait a vu d’œil aujourd’hui ! Sinon les surfaces étaient évidemment molles et crémeuses, avec l’apparition généralisée de bosses et de sauts.

Photo Bruno Lacharité

Nous n’avons pratiquement pas fait 2 fois la même piste tant il y avait encore du choix. Plus à gauche, il y avait des belles bosses dans la Bubble Cuffer et la White Nitro.

Plus près de la seule remontée ouverte, le Super Quad, les pistes Sluice, Narrow Gauge et Competion Hill permettait de prendre plus de vitesse vu la largeur et l’espacement entre les bosses. La Hayburner et Skidder valaient aussi le détour.

La grande Tote Road, de niveau intermédiaire et facile avait les allures d’un cours d’eau en après-midi, mais tout de même skiable !

La station est maintenant fermée pour la saison. Cette visite donne le goût de prendre des notes pour se souvenir des attraits de Sugarloaf. Pour le ski de printemps assurément, mais aussi pour l’hiver, pour profiter de l’immensité du domaine skiable.

Bonne saison estivale aux lecteurs, à l’année prochaine !

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Pierre Bégin
Pierre est skieur depuis l’âge préscolaire avec un intermède planchiste pendant les années 90; sans jamais abandonner le ski qu’il pratique régulièrement surtout en Estrie. Il aime partager sa passion par le biais d’une chronique de ski autant que d'aller vite, mais s’arrête souvent pour s’assurer de ne pas manquer un saut ou un virage de poudreuse oubliée!