Publication partenaire

Suivez le guide sur les deux glaciers de Solden en Autriche

1 décembre 2017 | Récit de voyage, par David Lemieux
Photos David Lemieux

D’abord attiré dans ce coin du Tyrol autrichien pour skier le glacier de Pitztal, un rapide coup d’œil sur la carte nous permet de constater que les glaciers de la station de Solden ne se trouvent que dans la vallée voisine. Il n’en fallait pas plus pour nous décider : nous ferons coup double et skierons aussi une journée à Solden!

En hiver, dans le petit village autrichien de Solden, les pistes de la station permettent de skier un grand dénivelé entre l’altitude de 3340 mètres au sommet des glaciers, et l’altitude 1350 mètres au village. Il y a deux téléphériques à grands débits qui assurent le transport des skieurs vers les hauteurs du domaine skiable. En ce début de novembre, seuls les deux glaciers en altitude sont ouverts aux skieurs, entre 3340 mètres et 2684 mètres d’altitude. Puisque la neige ne se rend pas encore jusqu’au bas de la vallée,  l’accès aux glaciers peut s’effectuer directement en voiture ou en autobus (gratuit) par une route de montagne. En automne comme en hiver, on accède donc aux pistes rapidement.

À partir du village, la route de montagne débute sur les flancs du Gaislachkogl. La route passe même à quelques reprises sous des télécabines et sous un télésiège, puis elle s’engage dans une vallée étroite qui sépare le domaine skiable de Solden en deux secteurs de part et d’autre de celle-ci. Pendant la saison hivernale, la plus longue piste (15 km) de la station sillonne le fond de cette vallée, parfois même juste à côté de la route que nous empruntons.

À mi-chemin le long de cette route, nous franchissons finalement la limite supérieure des nuages. La météo nuageuse et grise du fond de la vallée fait place à un magnifique panorama dont le contraste des blancs et des bleus est d’une rare beauté. Ce sera une autre journée ensoleillée, grâce à la magie de l’altitude.

Nous atteignons finalement le stationnement à la base du glacier Rettenbach à 2684 mètres d’altitude, où nous laissons la voiture. Il aurait été également possible de continuer en voiture, et d’emprunter le deuxième plus haut tunnel routier d’Europe pour rejoindre un second stationnement à la base du glacier Tiefenbach à 2796 mètres d’altitude. À la base de chaque glacier, on retrouve tous les services nécessaires (billetterie, cafétéria, etc.) pour y établir son « camp de base ».

L’exploration

À la base du glacier Rettenbach, ce qui frappe c’est le mur de la piste de la Coupe du monde (piste #31). C’est la plus inclinée du domaine skiable en altitude sur les deux glaciers.

Nous prenons notre billet et empruntons d’abord les télécabines Schwarze Schneide, qui nous mènent directement à 3250 mètres.

Nous descendons sans perdre de temps par la piste #32, une piste facile sur la moitié supérieure du glacier Rettenbach. Arrivés à la mi-station des télécabines Schwarze Schneide, nous faisons une pause sur le grand replat naturel du glacier Rettenbach. À cet endroit, la vue à l’ouest sur le glacier de Pitztal et ses pistes est à couper le souffle. La station de Pitztal parait si proche et le haut de ses pistes plus abruptes qu’elles ne le sont réellement.

Nous continuons la deuxième partie de la descente pour atteindre le haut du fameux mur de la piste #31. C’est sur cette piste que s’élancent à chaque année, à la fin du mois d’octobre, les champions de ski alpin de compétition, avec le premier slalom géant de la saison. Nous descendons nous aussi cette piste mythique, qui heureusement s’apprivoise plus facilement que nous l’aurions cru.

Nous reprenons les télécabines Schwarze Schneide et cette fois-ci, à partir du sommet, nous descendons encore par la piste #32, mais nous bifurquons rapidement vers la gauche dans le tunnel alpin qui nous fait traverser le cœur de la montagne, à même le roc. Ce tunnel est l’une des deux seules connections possible entre les deux glaciers. À la sortie du tunnel, nous découvrons le deuxième glacier de la station, le glacier Tiefenbach.  Ici, les pistes sont orientées favorablement au soleil. Nous continuons la descente dans la piste #38, qui devient tellement large qu’on croirait skier sur une immense plaine glaciaire.

Après nous être arrêtés pour le lunch, à la cafétéria à la base du glacier Tiefenbach, nous remontons jusqu’au sommet du glacier à 3249 mètres en empruntant les télécabines Tiefenbachferner. Un des attraits particuliers de ce sommet est l’étroite passerelle panoramique qui se prolonge et qui semble tenir toute seule au dessus de la vallée et des champs de glace. Le Wildspitze (3776 m) sert de toile de fond au paysage.

Les photos d’usage terminées, nous chaussons les skis et nous descendons sur la piste #38 et effectuons quelques descentes supplémentaires sur le glacier Tiefenbach.

À la base, nous finiront par prendre le télésiège à 6 passagers « Seiterkar » pour aller rejoindre le sommet d’une arête qui marque la limite entre les deux glaciers. De cette arête, nous pouvons soit descendre la piste #36 du coté du glacier Tiefenbach ou traverser vers le versant du glacier Rettenbach en empruntant les pistes #34 et #33. Cette dernière option est le seul moyen de revenir vers le glacier Rettenbach et c’est ce chemin de retour que nous choisissons pour terminer la journée par une longue descente, jusqu’au stationnement où notre voiture nous attend. La belle boucle d’un « ski safari » panoramique est bouclée.

Pour terminer la journée, je recommande un arrêt détente à l’Aqua Dome, dans le petit village de Langenfeld, à quelques kilomètres au nord de Solden.

Pour lire les autres récits de ce voyage:

 

À PROPOS DE L'AUTEUR

David Lemieux

Skieur autodidacte depuis le début des années 80, il slalome les stations en solo, entre amis ou en famille en quête de pur plaisir. Amateur de premières traces, il est habituellement sur les pistes de bonne heure; « Rien ne sert de courir; il faut partir à point. », pour savourer les meilleures descentes de la journée.

Publier un commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz