Publication partenaire

Tremblant, plus beau que tu penses – 1 décembre 2018

Tu te lèves un matin brumeux après une semaine chargée sans pouvoir vraiment mettre le nez dehors. Tu te pointes à la télécabine en espérant les belles conditions étant donné que la neige n’a pas énormément tombé la semaine passée. On parle de 11cm dans les derniers jours.

Puis, les préposés t’accueillent d’une bonne humeur contagieuse, démontrant presque une ouverture officielle. Le tapis rouge n’y est pas, mais c’est tout comme. Il est 8h30, le monde est joyeux, les sourires sont faciles à trouver. Soudainement plus énervé, t’oublies d’enlever le reçu de ton billet, mais en le faisant valider, on gère pour toi et l’insère dans ta poche au cas ou. Voilà un service tout inclus !

Tu embarques dans la gondole, tu arrives en haut, puis la magie opère.

Les conditions sont parfaites en début de journée sur le versant sud, tu enfiles directement dans la Taschereau question de réchauffer les jambes, car pour le reste du corps, la température est idéale. Il n’y a pas de vent, le mercure oscille entre -2 et -4.

Tu règles la deuxième descente avec la Beauvallon. Le travail des dameuses est superbe. Il suffit de pousser légèrement sur les carres pour renfoncer légèrement dans la surface molle, bien que le soleil soit disponible seulement au sommet.

Tu décides ensuite d’aller voir le versant nord, où c’est un autre monde. Les Banzaï, Marie-Claude Asselin et Lowell Thomas ne sont pas travaillées. Tu enfiles donc les petites bosses une après les autres. Parlant du Lowell Thomas, le nouveau télésiège est opérationnel. La barre entre les jambes et le triangle servant de support sont étonnant.

Quelle est la surprise de la journée après avoir bien analysé les options ? S’offrir le Tunnel, ta chasse gardée dans le bois. Il y avait de la neige, et de la neige.

Au final, 30 pistes étaient offertes avec certaines sous ouverture progressive. Il fallait tenir le coup et être présent durant la journée complète, ce que tu as fait sans problème tellement c’était plus beau qu’imaginé, ou annoncé.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!