VOS SPORTS:
Publication partenaire

Un homme et sa vallée

13 janvier 2014 | Reportage, par Richard Jinchereau
Photo Éric Marchand

Besoin d’un dépaysement? Envie d’un canyon mais celui de l’Arizona vous semble un peu lointain? Bonne nouvelle, la Haute Gaspésie compte plusieurs canyons formés il y a plus de 12 000 ans lorsque la dernière période glaciaire a labouré ce secteur du Québec, y laissant de vastes entailles qui se prolongent jusqu’aux limites des Chic-Chocs et dont les parois atteignent des hauteurs de près de 600 mètres! Aujourd’hui, la glace s’est retirée, le niveau de la mer a remonté de 120 m et la forêt boréale a repris ses droits.  L’un de ces canyons, celui de la petite municipalité de 200 âmes du Mont St-Pierre, retient tout particulièrement notre attention.

Même la route vaut le détour – on suit la 20 Est jusqu’à sa fin à Mont Joli, puis la route du littoral, la 132. Peu après Matane, les contours terrestres deviennent des montagnes imposantes et le fleuve jette l’éponge devant l’ampleur de la mer. Ici, les baies se succèdent, chacune abritant un petit village au nom pittoresque : les Boules, les Méchins, La Martre, Marsoui, Rivière-à-Claude et Mont St-Pierre pour n’en nommer que quelques-uns.

Mecque du deltaplane et du parapente l’été grâce à son festival du vol libre, la vallée du Mont St-Pierre devient un paradis de la glisse hors-piste l’hiver venu. Et c’est ici que sont les racines de Giovanni Mancini, qui y a passé bon nombre de ses étés dans sa jeunesse, en visite chez l’une de ses tantes ou sa mère. Des années plus tard, devenu entrepreneur à Montréal, Giovanni décide de poursuivre l’un de ses rêves et revient s’installer au mont St-Pierre en 2008 pour y rouvrir la Vallée Taconique, une ancienne station de catski qui avait existé pendant quelques saisons dans les années 1990.

259a

Dès son ouverture, la plus mystérieuse destination de la Gaspésie prend des allures mythiques autant par son emplacement reculé au fond du canyon, que par sa formule de hors-piste inédite à l’époque. Visionnaire audacieux, Giovanni mise sur l’attrait indéniable du vaste arrière-pays pour attirer les amateurs de glisse à l’état pur. 

Les clients se réunissent au « bureau » de la Vallée, où l’on s’assure qu’ils sont munis de la trousse réglementaire – arva, sonde et pelle – avant de les transporter sur une quinzaine de kilomètres en empruntant un sentier de motoneige féérique qui traverse des forêts matures, longe une érablière et une partie de la réserve écologique du Mont St-Pierre, avant d’aboutir au pied de la Vallée. 

259e

Pendant les premières années, des motoneiges assurent la remontée des adeptes venus de partout pour descendre à toute vitesse les cinq pistes de la Vallée Taconique. La poudreuse profonde, les pins titanesques et le silence qui les habite sont autant de raisons de se précipiter à la découverte du territoire et d’enfiler les descentes mémorables.

En 2010, Giovanni poursuit son projet en bâtissant un refuge des plus chaleureux, tout au sommet de la Vallée. Pouvant accueillir huit personnes en lits simples et chauffé par un poêle à bois, le refuge s’articule autour d’une salle à manger céleste où la vue incomparable embrasse l’immensité du haut de ses 550 mètres d’altitude. S’élancer en ski du balcon surplombant l’une des pistes devient rapidement une activité très courue et un passage obligatoire. 

L’année 2010 voit également l’arrivée d’un rutilant BR aménagé pour transporter 12 passagers en tout confort jusqu’au sommet, ce que l’on appelle communément un catski! Pendant les trois prochains hivers les visiteurs, parfois illustres, se succèdent, tandis que les étés sont consacrés à bonifier le terrain grâce à une nouvelle collaboration avec la Coop d’accès Chic-Chocs. L’équipe de bûcherons spécialisés défriche de nombreux nouveaux sous-bois tout aussi abrupts qu’excitants, mettant ainsi en valeur un nouveau versant Nord en l’espace de trois étés. Ce nouveau versant pour experts continue à contribuer à la renommée de la Vallée.

Giovanni est heureux de son parcours, mais vise toujours plus haut. Tout en étant ravi d’accueillir l’élite des amateurs de glisse mieux nantis, il aspire à faire profiter un plus grand nombre de gens de son territoire unique. En 2013, la Vallée Taconique participe au Festival Hors Piste des Chic-Chocs à titre d’entreprise guide avec les trois autres excursionnistes reconnus de la Gaspésie. Exposé à un différent type de hors-piste où skieurs, télémarqueurs et planchistes remontent grâce à des peaux de phoque, Giovanni tire un grand plaisir à voir tous ces enthousiastes s’approprier l’étendue du terrain de jeu et amorce du coup une réflexion qui mènera loin.

Toujours homme à nous surprendre et rapide à flairer l’évolution des nouvelles tendances, Giovanni prend à l’été 2013 la décision courageuse d’amorcer un virage vert! Finie la pollution et la dépendance à la machinerie, le catski fait ses adieux et retourne à son fabricant. Fini le gavage aussi, où les clients évaluent trop souvent la qualité de l’expérience par le nombre de descentes accumulées, oubliant du coup de profiter du calme serein et envoûtant des lieux. Place à la nature et retour aux origines du ski!

Cette année, la Vallée Taconique continue d’innover. Un chalet en bois massif « pièce sur pièce » a été bâti dans le village de Mont St-Pierre pour augmenter la capacité d’hébergement et permettre aux clients d’avoir accès aux services et aux commerces du village ou de la région quand l’envie leur prend de jouer aux touristes plutôt que d’être en ski à la Vallée. Ce magnifique chalet propose une grande aire de séjour (cuisine et salon) à plafond cathédrale, ainsi qu’une chambre à coucher au rez-de-chaussée. À l’étage, deux mezzanines-dortoirs ouvertes se font face à chaque bout du chalet. On y trouve des douches, toilettes, TV et même un joli poêle à bois. Tout ce qu’il faut pour un séjour douillet avec vue sur le fleuve!

Mais la pièce de résistance est sans aucun doute la nouvelle formule de glisse hors-piste en peaux de phoque. Giovanni continuera à transporter les clients jusqu’à la Vallée pour y profiter du vaste terrain de jeu accompagné d’un guide, mais de plus, toujours selon les compétences en sécurité de montagne de chacun, les visiteurs plus expérimentés et mieux équipés pourront aussi accéder aux diverses coulées et champs de neige que l’on retrouve sur les deux parois du canyon du Mont St-Pierre. Selon la légende, certains auraient même déjà skié sur la face Nord du Mont St-Pierre, mais comme il faut terminer la descente en rappel, cette activité sera réservée aux extrémistes en phase terminale!

Alors si vous en quête d’exotisme, de poudreuse profonde, de calme et de grands espaces, la Vallée vous attend. Pour en voir davantage, voici un film réalisé par l’auteur de ces lignes!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Richard Jinchereau
Traducteur de métier et cinéaste par passion, Richard produit des films de ski depuis six ou sept ans pour nous faire découvrir la poudreuse à son meilleur au Québec. Homme-orchestre, il s’occupe de tout, de la caméra au montage, en passant par l’organisation et la planification, pour mieux nous séduire par toutes ses visites exotiques.