Publication partenaire

Un Jay Peak sur glace – 14 janvier 2018

Vendredi soir, la pluie tombe, les pattes de canards pataugent et attendent que les précipitations se transforment en flocons. Les chasseurs de neige eux, analysent la situation et se demandent quel breuvage va étancher leur soif de mi-janvier. Ils prennent une décision osée : destination le Vermont.

Ce week-end, on a finalement essayé un nouveau cocktail, soit un Jay Peak sur glace. Il y a longtemps qu’on me parle d’un drink à base de Jay. Il peut être servi hâtif, tardif, avec mousse, extra-blanc ou sur glace. Ce dernier a un petit goût amer, à ne pas répéter régulièrement. Pour le même prix, l’aubergiste m’a même offert un double… glaçon! Il connaît mal mes goûts, c’était trop généreux.

En étant arrivé tôt, nous avons pu skier sur la Jet fraîchement damée. Les opérations ont sûrement fait un travail incroyable durant la nuit pour nous donner un semblant de plaisir.

Oui, on a eu une belle vue, mais côté conditions, c’est pire sur place qu’en photo.

En regardant les prévisions de la tempête, les analyses préliminaires semblaient bonnes, voir excellentes. Ca n’a pas été le cas. La pluie a fait beaucoup de dommage sur la station, comme sur plusieurs autres. La neige reçue après la pluie n’a pas caché les défauts maintenant connus : glace, base très dure et fond de piste sur foin apparent.

2 sous-bois pouvaient tout de même offrir 4-5 flocons à brasser ici et là si on cherchait bien : Timbuktu et Beaver Pond Glade.

J’ai quand même apprécié ma journée. Je préfère de loin être dehors plutôt qu’à l’intérieur. Cependant, malgré tous les efforts du personnel pour offrir la moitié du domaine ouvert, à moins d’être mal pris ou vraiment motivé, attendez une bonne vraie bordée de neige avant d’y retourner.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!