Publication partenaire

Couper son moteur, une initiative louable

16 février 2014 | Reportage, par Françoise Boissinot
Photo Geneviève Larivière

Comme vous le savez tous, les gaz à effet de serre (GES) produits par les voitures causent, à la longue, un réchauffement climatique. Les stations de ski ne seraient rien sans notre climat, puisque réchauffement signifie moins de neige, et moins de neige signifie moins de journées de ski. Si nous voulons que nos enfants puissent connaître les joies de ce sport, il est important de faire aujourd’hui quelques gestes simples pour le protéger. De nombreux efforts sont faits en matière de développement durable dans les stations de ski du Québec, cependant, ce ne sont pas les activités de la station qui causent le plus d’émission de gaz à effet de serre, mais le transport des skieurs vers la station. Il existe quelques gestes simples à faire pour réduire les émissions de GES, comme par exemple éviter la marche au ralenti et pratiquer le covoiturage. 

Combien de fois avons-nous laissé tourner le moteur de la voiture pour déposer les skis dans un support, aller chercher les billets de ski et revenir dans un véhicule chaud? Cette pratique produit énormément de CO2 inutile. En plus d’être mauvaise pour l’environnement, elle est également néfaste pour la santé et pour la mécanique de la voiture. En effet, la marche au ralenti peut endommager le moteur parce que la combustion est incomplète et que cela laisse des résidus. Il vous en coûtera non seulement plus cher d’essence, mais, vous devrez aussi payer plus cher en réparations sur votre voiture! Couper son moteur est donc aussi bénéfique pour votre portefeuille. 

L’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) a reçu 49 000 $ de la part du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs en janvier 2011 afin de mettre en branle un programme visant à réduire les GES. Selon la firme de développement durable Ellio, sollicitée par l’ASSQ pour mettre en œuvre ce projet, la marche au ralenti a fait une chute de 20 % déjà à la fin de 2011. D’après Jean-Sébastien Trudel, expert-conseil en développement durable chez Ellio, ces chiffres ont été calculés en envoyant des équipes sur les stationnements de 25 stations de ski avant et après la pose de pancartes « Ici, on coupe le moteur ». Les inspecteurs ont calculé le nombre de voitures et le nombre de minutes de marche au ralenti, de même que le type de voiture. Avant les démarches de sensibilisation, les équipes avaient vu des gens laisser leur voiture tourner pendant 40 minutes sans surveillance, situation qui n’a pas été revue depuis.

Outre la pose de pancartes, les stations ont aussi investi sur des ambassadeurs qui ont pour mission d’intervenir positivement pour éviter la marche au ralenti. Entre autres, ils donnent des autocollants à poser sur les véhicules pour encourager les gens. Une autre démarche des stations de ski est de poser des pancartes dans les toilettes démentant des mythes sur la marche au ralenti. Par exemple, il ne coûte pas plus cher de redémarrer son moteur plutôt que de le laisser tourner 10 minutes. Aussi, il ne suffit que de 30 secondes pour que le moteur soit assez chaud pour partir, il va se réchauffer plus vite en roulant.

Une autre option est de pratiquer le covoiturage. Il existe plusieurs de sites web de covoiturage général, mais il en existe un particulier au ski : skicovoiturage.ca. Sur ce site, il y a des annonces d’offre et de demande de covoiturage. De plus, plusieurs stations de ski offrent des babillards de covoiturage. C’est une manière économique et écologique de se déplacer aux stations qui sont souvent loin. Certaines stations proposent également un service de navette ou ont une entente avec le service de transport en commun de la région. Ce service est idéal pour ceux qui n’ont pas de voiture et permet l’accès aux stations à une nouvelle clientèle. 

Bien sûr, le mauvais côté est de ne pas pouvoir aller en ski quand on veut, ni en revenir à l’heure voulue. Pour ceux qui ont leur propre voiture, cela ne semple pas très attirant. Alors, lors d’une journée de ski entre amis, plutôt que de se rencontrer à la station et de chacun utiliser sa voiture, pourquoi ne pas y aller ensemble? Le coût de l’essence sera alors divisé et vous pourrez utiliser ces économies pour une bière entre amis avant de terminer la journée de ski.

Plusieurs autres initiatives sont mises en place par les stations de ski pour réduire leurs empreintes écologiques. Certaines projettent l’installation des bornes de recharges pour véhicules électriques, d’autres, comme le Massif de Charlevoix, offrent des places de stationnement réservées près du chalet pour les véhicules hybrides. Mais, selon M. Trudel, seulement en évitant la marche au ralenti, cela équivaudrait à ne pas entretenir les pistes pendant une année entière sur le plan environnemental. Un simple geste peut alors en faire beaucoup pour préserver le futur de notre fabuleux sport. Et vous, coupez-vous votre moteur?

À PROPOS DE L'AUTEUR

Françoise Boissinot
Françoise se décrit comme une skieuse du dimanche, même si elle aime dévaler les pistes de ski en compagnie de son père Jacques Boissinot (la Comète). Diplômée en Communications de l'Université Laval, profil Journalisme, Françoise aime faire de la recherche et transmettre ses découvertes. Suivez-la pour un regard frais et différent sur le ski alpin!

Publier un commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz