En images: Bromont montagne d’expériences, 21 mars

Étonnant! Oui, oui, vraiment étonnant! Parti de la maison avec beaucoup de réserve et peu d’attentes, je découvre une station très fonctionnelle et des conditions étonnamment bonnes. Et je reviens à la maison enchanté de ma journée. Comme quoi des fois il faut aller voir par soi-même! Continuez à lire; je vous en dis davantage sur cette journée… étonnante.

Ma première surprise provient de l’achalandage exceptionnellement modeste. Certes, Jacques, mon collègue de Zone.Ski, m’avait prévenu: “Ce sera tranquille”. Il avait tellement raison! Aux chaises, le désert. Je monte seul presque à chaque remontée. À la télécabine, plusieurs visiteurs attendent à peine quelques petites minutes avant d’embarquer. Pourquoi “tant” de monde à la télécabine? Ça, c’est ma deuxième surprise…

Ouais, une deuxième surprise me frappe rapidement: le vent. Et quand j’écris “frappe”, c’est exactement ce que c’est, au sens physique du terme. Durant les remontées dans les chaises du Versant du village, le vent soulève et balance les skis sous mes pieds. Mon visage est fouetté très vigoureusement sur la droite par des bourrasques aussi intenses que soutenues. Mon capuchon suffit à peine à me protéger. Les -8 degrés font plutôt -25. C’est sans parler des blizzards qui arrivent aussi vite qu’ils repartent. Oh, mais ce n’est pas fini. Une troisième surprise m’attend…

…et de trois. La prochaine surprise est de taille. Et combien agréable! Les conditions sont bonnes, voire très bonnes. Sur les pistes, l’enneigement est suffisamment abondant pour nous offrir des virages sans soucis. Les conditions sont cependant très variées. Poudreuse non damée d’une dizaine de centimètres dans quelques pistes dans les secteurs du Versant du lac et du Versant des épinettes, accumulations de neige ventée et tendre dans les pistes sous le vent, surfaces dures et très dures dans les pistes les plus pentues et finalement, granuleuse ferme dans le reste du domaine.

Tant qu’à être surpris, allons-y d’une quatrième occurence: des skieurs en randonnée alpine. Évidemment les montées se font en piste, car du côté des sentiers c’est trop mince.

Dans ce vent à écorner les beux, personne ne s’attarde au sommet. Au débarcadère de la remontée principale, les skieurs et planchistes débarrassent rapidement la scène. Enlever mes mitaines afin de prendre des photos exige de la rapidité. Quelques secondes et la peau gèle. Par contre, les descentes valent bien un petit bout de peau ‘frette”! Évidemment dans les pistes exposées au vent, on préférera des skis bien affûtés.

Je me félicite d’avoir résisté à la tentation de ne pas venir ce matin! J’ai du plaisir à skier sur des pistes presque désertes (quel dommage!) et à travailler ma technique de prise de carres. Les conditions sont bonnes et variées, la luminosité assez claire pour bien voir où je vais (sauf dans les quelques blizzards) et le nombre de pistes ouvertes suffisamment élevé pour explorer les trois versants disponibles sans risque de s’ennuyer. Le printemps reviendra, c’est certain. En attendant, l’hiver a repris ses quartiers avec vigueur. Ça aidera à prolonger la saison de glisse. Je ne sais pas si je l’ai écrit: c’est une journée étonnante…

Article précédentMassif du sud, Économisez 15% à l’achat d’un abonnement 2024-2025, avant le 22 avril et skiez dès maintenant.
Article suivantMont Sutton, 21 mars 2024 – L’hiver est de retour!
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.