En images: Mont Sutton, 25 mars

Il y a 5 jours encore, on le tenait pour mort. Oh, que non! Renaissant de ses cendres, cet hiver nous montre à quel point il se joue de nous. De la neige, il y en a pour tous. Et en belle quantité. L’hiver n’est pas fini à Sutton. Les légendaires sous-bois de la station sont en très bonne condition. Pour ma part, ce lundi de la fin mars compte parmi mon “top 3” des plus sublimes journées de cette saison en dents de scie. Aujourd’hui, pas de scie; que des dents. Celles de mon sourire béat.

Alors que le chroniqueur a l’impression d’avoir tout dit en cette fin de partie de poker qu’a été la saison 23-24, le ciel de Sutton a retourné sa dernière carte: un as de coeur. Bien que la manne soit tombée samedi, la neige est encore abondante, vierge en certains endroits et sèche. De quoi se régaler à l’aube d’avril.

Le soleil éclatant n’a pas défailli de la journée. La neige, elle, n’a pas déçu un seul visiteur. Au contraire!

Nous avons des conditions de glisse parfaites sur une base plus que suffisamment épaisse afin de s’amuser sans se soucier de possibles zones exposées. Il n’y en a pas.

Il y a assez peu de visiteurs pour profiter de cette perfection blanche.

Prendre le lunch à l’intérieur me paraît sacrilège. Je me joins aux autres hédonistes sur la terrasse. Et je prends tout mon temps…

Au sommet de la remontée IV, le plus fréquenté aujourd’hui, la neige recouvre encore les conifères qui croient avoir sauté 6 mois d’été. Profitez des prochains jours, car la neige parfaite et abondante reçue samedi ne durera pas éternellement…

Article précédentSki Garceau: une redécouverte pour notre invitée
Article suivantSki Garceau, Profitez des meilleurs prix sur les abonnements 2024-25 avant le 15 avril.
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.