Le début de saison que nous vivons cette année prouve plus que jamais la nécessité pour les stations d’investir dans un système d’enneigement performant, et d’apprendre à utiliser chaque fenêtre de froid qui se présente! Pour certains, il s’agit d’un énorme casse-tête, tandis que pour d’autres, la fabrication de la neige est devenu un emploi à temps plein!

Sno Innovation: le fabriquant et l’exportant

L’intérêt d’interviewer Michel Couture vice-président de Sno Innovation était d’obtenir l’avis d’une entreprise spécialisée dans la production de neige. Ses fonctions ne se limitent pas à couvrir uniquement les pistes du Mont Saint-Bruno, mais de plus en plus à répondre à des besoins en enneigement hors de la station.  

Cette entreprise est née peu après le grand verglas de 1998, au moment où Serge Couture de ski mont Saint-Bruno  avait dû acheter une herseuse à disques afin de casser toute cette glace qui recouvrait les pistes. L’objectif était et reste aujourd’hui de faire profiter à tous de l’expertise développée à cette station en matière de fabrication et d’entretien de la neige dans un contexte où le climat du sud du Québec n’y est pas toujours favorable. De plus, les activités de l’entreprise permettent de rentabiliser un équipement qui sert sur une période temporelle relativement courte (fin novembre à fin janvier).

Les contrats extérieurs sont graduellement devenus l’activité principale de Sno Innovation. Les municipalités du Québec ont besoin de cette fabrication de neige pour couvrir une pente de glissade ou pour divers événements comme des carnavals hivernaux. Par exemple, la fête des neiges de Montréal ou la fête d’hiver d’Ottawa sont des contrats typiques. Fabriquer cette neige en milieu urbain, quand la neige s’y fait absente, permet de donner un coup de pouce à l’industrie globale du ski en rappelant aux gens qu’il y a de la neige en montagne et à leur remonter quand le paysage hivernal se fait plutôt gris. Ce moyen agissant comme motivateur afin de profiter de l’hiver a en quelque sorte conduit au slogan de l’entreprise: « Partenaire de vos hivers ». 

Les services de Sno Innovation ne se limitent pas uniquement à la fabrication de la neige; la compagnie s’assure de l’entretien et du suivi afin que cette neige reste belle. Ce service est offert jusqu’au mois de mars. Le service 24 heures et aussi offert, afin de répondre à des besoins urgents en enneigement au besoin comme une compétition de ski de fond, par exemple la Loppet de la Gatineau ou une compétition de motoneige. Il est même possible de faire couvrir le terrain d’une résidence privée, pour quelqu’un qui est en manque de neige. De la neige fabriquée peut aussi être requise pour des expériences scientifiques sur des terres agricoles à une période où la neige naturelle est absente. 

Pour la réalisation de tous ses contrats, Sno Innovation fournit son propre équipement autonome amovible. Tout est transporté par camion: canons à neige, compresseur, génératrice et équipement d’entretien. Seule l’eau n’est pas transportée due à son volume, celle-ci est pompée d’un cours d’eau ou d’une borne-fontaine.  

Malgré toute cette diversification de contextes où la neige fabriquée et utilisée hors du domaine skiable, voir à la qualité de la surface de glisse offerte sur le domaine du mont Saint-Bruno reste une priorité. En effet, la station demeure la première raison d’existence de Sno Innovation, celle-ci se devant de rendre accessible le plus rapidement un maximum de pistes et s’assurer que la qualité de la neige soit impeccable.

Station Récréotouristique Gallix: la station nordique

Malgré la réputation de la région, cette station ne saurait opérer sans la précieuse aide de ses canons! La production de neige étant relativement dispendieuse et les moyens financiers limités, la période d’enneigement va débuter vers la fin du mois de novembre et s’étendre sur une période de 5 à 7 semaines au maximum dans le cas d’un début de saison peu neigeux. Pour Jean-François Thibeault, directeur des opérations de la station, l’objectif principal de l’enneigement de constituer un fond sur lequel va se fixer la neige naturelle au cours de la saison.

Par le passé, à la suite de deux saisons successives moins neigeuses, la station a été amenée à augmenter la superficie devant être recouverte de neige fabriquée. La moitié du domaine skiable de Gallix est donc enneigé mécaniquement. La station dispose en tout de 9 canons, 5 avec ventilateur intégré, dont un à haute pression et 4 canons sur perche. Ils sont tous amovibles. L’eau est puisée à même le lac Caché situé non loin de la base du versant familial.

Lors de la production, une vérification est réalisée toutes les demi-heures, afin de s’assurer de la bonne marche de la production. Par la suite, il est très important de procéder au saignement l’ensemble des conduites, ceci contribuant à éviter le bris par le gel et assurant le bon fonctionnement de l’ensemble du matériel. Ce vide d’eau est réalisé par gravité en aval des conduites.

Ce qui fait la réputation de la qualité de la neige à la station est le fait qu’elle jouit d’un microclimat favorisant les précipitations de neige le long de la rivière Sainte-Marguerite. Cette disposition permettant les premières neiges hâtives, fait en sorte qu’il neige souvent lors de la production de neige et le mélange de ces deux neiges permet d’obtenir une texture de glisse des plus intéressantes. Sans compter que la station est relativement éloignée du golfe du Saint-Laurent, ce qui lui permet de ne pas souffrir de son effet réchauffant, au début et à la fin de la saison. De plus, l’air ambiant est plus sec qu’au sud du Québec, ce qui permet d’obtenir une neige fabriquée plus sèche et de meilleure qualité. Malgré ce climat nordique favorisant les conditions de glisse, la neige fabriquée reste un incontournable afin de garantir l’ouverture de la station.

Vallée-du-Parc, dans le creux de la Mauricie

Pour cette station familale à proximité de Shawinigan, le défi de l’enneigement est bel et bien présent: la majorité de la station est orientée sud-est et malgré sa position au creux d’une vallée, l’enneigement naturel y est relativement lent. Depuis plusieurs années déjà, Vallée-du-Parc ne compte plus uniquement sur Dame Nature pour recouvrir ses pentes:  20 des 22 pistes de la station reçoivent de la neige fabriquée mécaniquement.

Annie Brousseau, directrice adjointe de la station, indique que grâce à l’augmentation de la capacité d’enneigement, les canons de Vallée-du-Parc produisent annuellement suffisemment de neige pour recouvrir les pistes d’environ 45cm de neige. En effet, au cours des dernières années, plus de 420 000$ ont été investis afin de moderniser le système d’enneigement et pousser le niveau de production de neige à un niveau supérieur. Ces investissements font partie de la somme colossale investie par les nouveaux propriétaires afin de redonner un souffle à la station -objectif atteint!

Pour Vallée-du-Parc, l’enneigement mécanique des 20 pistes représente une dépense annuelle avoisinant les 45 000$, selon les saisons. Mme Brousseau ajoute que la principale motivation à l’enneigement est d’étirer la saison de ski: il va de soi que l’enneigement permet de devancer l’ouverture et de prolonger la saison… et les skieurs sont au rendez-vous!