VOS SPORTS:
Publication partenaire

Hommage à JP Auclair: émotions et belles images au rendez-vous

30 septembre 2015 | Reportage, par Alexandre Coulombe
Photos Renaud Robert & Maxime Messier

À l’occasion de la dernière soirée de présentation de l’iF3 Montréal samedi le 26 septembre, un événement tout spécial s’est tenu au Cinéma l’Impérial: un hommage à JP Auclair, skieur extrême disparu dans une avalanche lors d’un tournage au Chili, le 29 septembre 2014. L’occasion était également une levée de fond pour la fondation mise sur pied par le légendaire skieur en 2007, Alpine Initiatives. Voici un petit compte-rendu de cette soirée chargée d’émotions, de beaux témoignages et, surtout, de magnifiques images.

Famille et amis

La soirée a débuté sur un montage vidéo d’images de JP par ordre chronologique, depuis ses tout débuts dans le freeski, en 1998. On a pu y constater à quel point il a fait évoluer ce sport! L’hôte de l’évènement était nul autre que Phil Poirier, ami et partenaire de ski de JP. Le père du défunt, sa conjointe, ainsi que plusieurs de ses amis tels que Félix Rioux, Marc-André Belliveau, Julien Régner et Frank Raymond étaient présents. La médaillée de bronze aux jeux Olympiques de Sotchi Kim Lamarre a livré un témoignage par vidéo, tout comme Mike Douglas. On pouvait aussi compter sur la présence d’anciens collègues de la célèbre boite de production Poor Boyz, avec qui JP a tourné de nombreux films.

De très beaux témoignages

Chaque invité a livré un témoignage ou raconté un souvenir précieux en compagnie d’Auclair, suivi d’une séquence vidéo. L’émotion était évidemment palpable et on pouvait bien sentir à quel point il était une personne très humaine et généreuse. « JP s’impliquait beaucoup en tant qu’athlète(…), mais il était aussi un modèle d’être humain, il était généreux de sa personne et traitait tout le monde de manière égale. Dans un monde de grandes vedettes des sports extrêmes, il était très terre-à-terre », me racontait Félix Rioux, durant un bref entretien quelques heures avant la présentation. Son père a également souligné à quel point les gens étaient enchantés de rencontrer le « père de JP », lui livrant souvent leurs impressions sur les skis Armada, compagnie cofondée par le skieur québécois.

On a également eu droit à une savoureuse anecdote, gracieuseté de son ami Phil Poirier, qui nous racontait comment il a rencontré JP: « On avait les mêmes skis jaunes, les fameux Salomon 1080, et on est allé faire quelques runs dans le parc. Il faisait un 360, je faisais un 360, il faisait un 540, je faisais un 540, il faisait un 720, je faisais un 720. On a continué comme ça jusqu’à temps qu’il fasse un backflip mute, son trick signature, mais celui-là, je ne l’ai pas essayé, je lui ai laissé. (…) Il étirait tellement ses skis qu’il en faisait presque débarquer ses fixations! » Ce témoignage a été suivi d’un segment du film Generate de Poor Boyz Productions. On pouvait y admirer ce fameux backflip mute. La conjointe du skieur, Ingrid Sirois, a souligné le côté humain de son homme, comme en témoignait la superbe séquence vidéo qu’elle a choisi. Filmé et monté par JP, le film démontrait ce qu’il a fait pour des enfants orphelins du sida, au Kenya, leur construisant cuisinettes et jardins. Magnifique. Un collègue de Poor Boyz, Neil, nous a expliqué comment Auclair était toujours à 100 % dans la vie, même à l’extérieur des pentes. Le segment vidéo choisi le prouvait grandement, où l’on voyait JP s’exercer au bilboquet, un jeu d’adresse composé d’un piquet et une bille attachée avec une corde, qui demande beaucoup de patience et de pratique. L’accessoire a d’ailleurs été très utile pour passer le temps lors des journées où la température ne permettait pas de tourner, particulièrement en Alaska.

Phil Raymond, skieur plus jeune, a connu JP comme un héros à ses débuts, pour ensuite le côtoyer sur une base régulière lors d’un camp d’été à Whistler. Il raconte comment le skieur mythique l’a emmené à croire et lui-même et en ses rêves. Le segment choisi était «peut-être pas le plus dangereux», comme le souligne Raymond, mais il démontrait la créativité sans limite de JP pour rendre un film de ski captivant du début à la fin. Son ami Marc-André Belliveau, qui a lui-même dû mettre un terme à sa carrière de skieur suite à un accident en haute-montagne, a interprété une chanson écrite pour JP, «mais aussi pour sa conjointe et sa famille». Très touchant. Il a lui aussi souligné la grand générosité e le côté humain d’Auclair, se disant très impressionné par l’attention qu’il portait à son entourage malgré sa carrière très prenante.

Un héritage important

JP Auclair aura laissé un héritage important au petit monde du ski, mais également sur le plan humain. Sa fondation en est d’ailleurs une belle preuve, laquelle continue ses activités malgré la perte de son créateur. Il était producteur et monteur des films dans lesquels il skiait. Il s’impliquait dans son sport en développant des nouveaux produits. Il initiait les gens issus de communautés moins fortunées au ski par le biais de sa fondation. Cette soirée hommage était donc l’occasion de faire une rétrospective sur le legs de JP Auclair au monde du ski, mais aussi de constater l’évolution extrêmement rapide de ce sport. JP a su s’y adapter, en plus de pousser les limites encore plus loin. On constate aujourd’hui les résultats de toute cette implication et cette passion. Vraiment, ce skieur légendaire et cet être humain hors du commun restera gravé dans nos mémoires à tout jamais.

L’hommage à JP Auclair, un événement unique mis sur pied par Félix Rioux, a été présenté dans le cadre de l’iF3 Montréal. La moitié des revenus engrangés à la billetterie et au au bar a été remise à la fondation Alpine Initiatives, de même que les dons emmagasinés au cours de la soirée. Il est toujours possible de faire un don directement par la plateforme sécurisée du site web de l’organisme.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Alexandre Coulombe
Passionné du ski depuis son tout jeune âge, Alexandre est également un grand amateur de photographie et de vidéo. Il conjugue donc ses passions pour tenter de ramener les meilleurs souvenirs des montagnes. Toujours à l'affût des nouveautés de films et de reportages, il aime aussi communiquer et partager sa passion de la glisse aux autres.