C’est magnifique!

Les quelques centimètres de nouvelle neige de la nuit dernière attirent un grand nombre de skieurs et planchistes enthousiastes. De plus, la température est des plus clémentes avec ce soleil éclatant et ce ciel d’un bleu profond. En matinée, en tout cas. Oui, en après-midi, des nuages obscurcissent le ciel. Rien de grave. De toute façon pour ceux d’entre nous qui sont au rendez-vous dès l’ouverture, ce ne sont pas une poignée de nuages opaques qui vont gâcher cet avant-goût des semaines à venir. En effet, les prévisions météo à long terme pointent vers un adoucissement des températures dans les jours et semaines à venir.

Soleil mur à mur en matinée.
En après-midi, des nuages font leur entrée en scène avec quelques voiles de neige flottant au gré du vent.
Quelques centimètres de neige toute neuve nous font désirer une bonne bordée.
Du sommet, le lac est toujours aussi magnifique. L’ombre des nuages y valse avec la surface enneigée. Un clair-obscur enchanteur.

Côté conditions…

J’ai apporté mes skis larges en sachant qu’il y avait de la nouvelle neige. J’ai quelque peu sous-estimé ce qui se cache sous cette délicate poudreuse. Le fond est dur et devient très dur en bon nombre d’endroits au cours de la journée. Je suis surpris. Mes skis de piste, plus courts et plus rigides, auraient été mieux adaptés à ce type de condition. Malgré cela, la glisse est plaisante et rapide. Des skis bien affûtés sont de mise, toutefois. La Réserve conserve son cachet unique avec des pistes tracées pour plaire aux skieurs davantage que pour faciliter le travail des dameuses. C’est ce que j’adore de la station. Le nombre limité de pistes est compensé par des tracés qui mettent au défi le skieur qui souhaite en découdre avec la neige! Les sous-bois et autres pistes pentues sont ouvertes, même si le terrain naturel cache parfois mal sa base végétale et rocheuse. Mais ça passe, sachez-le! Pour les moins aguerris, ou les plus prudents, il y a plusieurs pistes qui sauront vous accomoder.

Ascension en peaux et descente sur piste ou sur le versant Nature. Merci pour la rencontre, Benoît!
Une belle neige fraîche cache mal un fond qui devient ferme.
La classique Chute Libre Haut a des endroits bien exposés. Ça n’empêche pas bon nombre de skieurs de s’y risquer.

Les ailes de Pat Gervais

Pat Gervais est mon ami depuis une douzaine d’années. On se rejoint dans la musique et le ski. Il joue de la batterie, j’écoute de la musique. Pat s’est blessé à une épaule en moto il y a quelques années. Ce n’est pas ça qui va l’empêcher de skier. Ni la péricardite. Bien que le ski nous unisse, nous ne le pratiquons pas à la même vitesse. Pat aime descendre les pistes quand les éléments dans son champ de vision périphérique sont flous. Pour cause de grande vitesse. Je le suis partout, mais j’arrive toujours plusieurs secondes après lui. C’est précisément pour cette raison que j’ai forcé Pat à venir profiter de séances de démo de skis il y a deux ans. Je voyais bien que ses planches d’alors ne lui convenaient pas. Trop lentes et trop quelconques! Hésitant d’abord, il s’est prêté au jeu sans savoir ce qui l’attendait. Moi je savais. Le choc a été colossal: Pat venait de réaliser que ses vieux skis étaient morts! Au printemps dernier, juste à temps avant le grand coup dur de la pandémie, Pat a acheté une paire de skis à son niveau. Des planches rapides, solides et aimant la vitesse. Comme lui, quoi! Avec ses ailes retrouvées, Pat Gervais s’illumine aussitôt que ses skis touchent la neige. Une nouvelle vie, la même passion et encore plus de difficulté à rester dans son sillage. Malheureusement, cette saison n’autorise pas la tenue de sessions de démo de skis. Patientez, elles seront de retour en 2021-22. Si vous trouvez vos journées de ski plates et répétitives, c’est peut-être à cause de vos skis. Faites-vous un cadeau et renouez avec l’ivresse et la joie que peut nous procurer notre sport adoré pour peu qu’on monte sur les bons skis. Ça m’arrive à tous les ans! Psst: Si vous croisez sur les pistes le gars habillé en noir qui répond au nom de Pat Gervais, demandez-lui de vous parler d’un animal très rare dont il est spécialiste: le mocklingher. Évidemment, il vous faudra accepter de voyager au pays du fantasque avec lui. Mais ça c’est une autre histoire (imaginaire).

Pat Gervais, ivre de vitesse et féru de mocklingher.
il n’y a pas que des Pat Gervais sur les pistes. On trouve aussi du monde moins pressé!
La belle couche de nouvelle neige reste présente dans les pistes vertes.
Soleil éclatant, mais pas éternel. Je m’en remplis la vue tant que je peux.