Le Massif de Charlevoix est une station de ski grandiose. Qu’on la visite après une tempête ou sous un soleil de plomb, cette station nous rappelle qu’elle est à part des autres, isolée, au bord du fleuve avec une vue imprenable, pleine de surprises et avec des gens qui portent un sourire contagieux.

Aujourd’hui, ce n’était pas la journée parfaite.

Ce matin à notre arrivée, la température était assez froide et le vent soufflait fortement sur la montagne au point où nous nous demandions pourquoi les gens rebroussaient chemin. Plus le temps s’est avancé en matinée et plus le soleil a percé, plus la neige s’est transformée et plus les sourires sont revenus sur les visages à demi-découverts.

Au début de la journée, il y avait seulement 2 descentes de possibles sur le secteur Grande Pointe, la Petite Rivière et la Martine. Cette dernière n’était pas damée et petit à petit, le sol a dégelé et la piste était fort agréable à skier. Le secteur du Camp Boule offrait la majorité de ses pistes damées. Il y a 48h, la station recevait une vingtaine de centimètres de nouvelle neige après les sursauts de la météo. Avec les arbres enneigés, les dégâts étaient à peine visible. Virages après virages, la glisse bien que rapide, y était tout de même très agréable.

L’attente était nulle aux remontées.

Même si la journée devenait de plus en plus parfaite, l’attente aux remontées était nulle.

J’aimerais mentionner que la station a fait l’acquisition d’un système qui calcule les temps d’attente aux remontées afin de mieux drainer les skieurs sur la montagne. L’interface est simple et intuitive et vous retrouverez ces écrans à plusieurs endroits dans la station. C’est pratique et ça donne une bonne idée pour gérer l’achalandage. La seule autre station à avoir un système similaire est Tremblant au sommet de la télécabine (le fameux tableau des “feux de circulation”).

L’appel du soleil

C’est en début d’après midi que les patrouilleurs ouvraient quelques pistes du secteur Maillard. Après un lunch bien mérité à l’auto, nous nous sommes dirigés vers l’Archipel.

Cette piste offre un décor assez agréable avec ses ilots d’arbres et ses multiples chemins. C’est au début même de la piste que nous pouvions comprendre qu’il y avait eu pas mal de neige de tombé, pas damée et donc, assez technique à skier. Comme le secteur venait d’ouvrir, c’était vierge de traces, mais au fur et à mesure que les skieurs passent dedans, les descentes sont moins fatigantes.

De retour par l’Anguille, la neige était totalement printanière et le bonheur était enfin arrivé !

Le Massif l’an prochain

L’an prochain, le Massif annonce 7 millions de $ d’investissement pour amorcer sa saison 2021/2022. Annonce intéressante, la station souhaite continuer à limiter l’achalandage comme elle l’a fait cette année. De plus, il sera le temps de faire connaissance avec le Club Med, qui apportera sans doute son lot de changements sur les opérations dès décembre 2021.

En attendant la prochaine saison, l’actuelle n’a pas dit son dernier mot. Le Massif a annoncé être ouvert jusqu’au 11 avril et ils ont encore assez de matière première pour y arriver. Profitez-en, après la prochaine tempête il y aura encore un peu de printemps. Ensuite, le vélo prendra sa place dans les pentes de la station quatre saisons.