Selon nos estimations, la station a été ensevelie par plus de 50 cm de poudreuse sèche et légère dans les dernières 24 heures. Aucune compaction ni aucun amoncellement par le vent, qui est demeuré discret la journée entière. Une neige abondante et d’une qualité à faire rêver le skieur le plus exigeant. Il fait -10°C, c’est parfait !

Un moyen comme un autre pour évaluer la profondeur de neige…

Nous arrivons à la station tout juste avant l’ouverture du télésiège, ce qui nous positionne dans la 20e chaise environ. Trop loin pour espérer profiter des premières traces dans le secteur du Lynx où tous se précipitent. Mais peu importe, car la neige vierge était partout. Tous les choix sont bons. Les pistes situées à gauche de la Mary Grace étaient toutes laissées au naturel. Du télésiège, nos yeux se portent sur la Petoche (9) et la Téméraire (9A), qui semblent oubliées par la meute d’affamés. Nous y ferons les premières traces dans une neige qui dépasse nos genoux. Sans exagérer ! La faible résistance offerte par la neige nous permet d’accélérer et de disparaître dans un nuage poudreux.

La Téméraire vierge…
Premières traces dans la Téméraire.
Premières traces dans la Chouenneuse.
Perdre un ski dans toute cette neige exige une longue recherche…

Chaque descente est incroyablement satisfaisante. Tellement qu’il faut la refaire une seconde fois avant de choisir une autre piste. Pourquoi risquer d’autres conditions quand nous venons de vivre l’extase ? Chaque piste est si belle que l’on ne veut plus la quitter. Mais à chaque fois que nous osons, nous flottons sur le même nuage.

La Nagano en milieu d’avant-midi.
Le Mur…avec de la neige à la taille…
Le Nid d’aigle.

Arrivé en bas, tout ce qui compte est de retrouver le sommet au plus vite. Et comble du bonheur, il n’y a pas d’attente au télésiège; typique du Mont Grand-Fonds…

L’attente vers 13h30.

La seule chose qui nous aura arrêtés est la cloche de 15h45. À ce moment, les pistes et sous-bois demeuraient bien garnis en gros amoncellements de neige prêts à exploser sous nos skis. Le soleil, timide jusque là, illumine les pistes à la toute fin :

L’Émérentienne comme avant-dernière descente.

Des conditions qui augurent très bien pour la relâche qui commence. D’autres flocons sont annoncés dans les prochains jours, aucune pluie en vue. Pour nous, une journée qui se termine sur le goût d’y revenir… Dimanche prochain en ce qui nous concerne ! Bon ski et bonne relâche à tous !