VOS SPORTS:
Publication partenaire

Baie James 01 – Centre de ski du Mont-Tayaout

Cette station, située à un demi-mile de Radisson sur la rive de la rivière La Grande, était fréquentée par les skieurs de Radisson mais aussi de LG 2. Le mot Tayaout veut dire en esquimau < rivière sauvage >. Elle avait un T-Bar et 3 pistes, une verte, une bleue et une noire. Une particularité de ce T-Bar est qu’il avait 3 embarcadères. Une piste était éclairée pour le ski de soirée. Le dénivelé était de 137 mètres, et la longueur des pistes variait de 3 200 à 3 600 pieds. La station a été inaugurée le 31 décembre 1975. Une passe de saison était 25 $, un billet de jour 4 $ et un de soirée 3 $.

On retrouvait au sommet de la montagne un chalet aussi utilisé par les skieurs de ski de fond, les raquetteurs et les motoneigistes. Il y avait de la musique autant au chalet que sur les pistes. Le directeur de l’école de ski était un instructeur de niveau 4, et il y avait une équipe de patrouilleurs. Un cours privé était 8 $ de l’heure ! Comme il fait souvent très froid en hiver, il ne tombe pas beaucoup de neige, et les conditions étaient souvent de la neige durcie, malgré l’entretien mécanique. On ne fabriquait pas de neige, mais parfois, on étendait à certains endroits des voyages de neige. Les pistes étaient orientées vers le Nord, donc la neige que l’on avait se conservait bien.

Comme c’était courant au Canada dans les années 70 et 80, il y avait aussi à la Baie James des compétitions amicales Molstar. On pouvait gagner une médaille d’or, d’argent ou de bronze, selon notre temps dans un parcours pas trop difficile, comparativement à un temps de référence. S’il n’y avait pas trop de participants, on pouvait faire une deuxième descente afin d’améliorer son temps.

J’ai eu la chance d’acheter 2 épinglettes de cette station de ski.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jacques Poulin
Skieur depuis plus de 50 ans, il a toujours aimé découvrir de nouvelles stations, ayant skié dans plus de 100 stations au Québec, dans l’Ouest canadien et en Nouvelle-Angleterre. Aujourd’hui, il préfère descendre en ligne de pente les pistes damées, mais il ne dira pas non à un peu de poudreuse!