VOS SPORTS:
Publication partenaire

Cap Castor – Gaspésie, 21 février 2019

En route pour Murdochville depuis Montréal, notre recherche d’une perle du back country s’est arrêté au Cap Castor suite à l’article d’Isabelle Gariépy en novembre 2018 qui avait attiré notre attention. Notre décision fut aussi éclairée par Guillaume de chez Ski Chic Chocs que nous avons contacté pour orienter notre plan alors que nous étions en route pour la Gaspésie, territoire de prédilection pour le ski de randonnée et hors piste.

Après avoir réservé au téléphone notre journée dans un superbe domaine privé, nous rencontrions Sarah-Maude (notre guide) à l’heure convenue au chalet à quelques mètres seulement de la 132 définitivement sur les berges du majestueux Saint-Laurent, à peine 10 minutes après Sainte-Anne-des-Monts. L’ambiance est alors bien décontractée, on valide nos connaissances en sécurité en terrain avalancheux et on acquiert les détails du reste de notre expérience à venir.

Déplacement du chalet vers la montagne

Ce fut notre première expérience en ski-doo-sur-neige. En effet, pour se rendre à la montagne, Sarah-Maude nous offre un transit entre le chalet et le domaine skiable d’une dizaine de minutes tiré par une motoneige, à l’aide d’une corde de ski nautique. L’expérience est unique, sportive et nous amène à réaliser le plaisir de profiter d’une aide mécanique pour un déplacement efficace vers le terrain de jeu.

Sur place, on découvre en séquence quelques-unes des 12 pistes aménagées, conçues pour les skieurs intermédiaires à experts. En toute humilité, les skieurs novices en hors-pistes auront du plaisir, mais il faudra en aviser le guide au préalable pour être convenablement orienté pour avancer dans la pratique du sport. Nous avons donc testé la « Vallée des érables » une montée assez expéditive, puis une descente magique en forêt dispersée.

Nous avons été charmés par la suite avec l’ascension de la « Castrante ». Plusieurs pistes s’offrent alors à nous : CastorPolux, Cinq-cennes, Canyon et j’en passe. À la base, un petit refuge permet une pause en mi-journée, pour les besoins naturels, une bécosse traditionnelle est disponible, il faudra aller sur place pour connaitre son nom affectueux.

Le clou de la journée est le troisième flanc de montagne, la « Pente cachée », domaine qu’on croit être réservé aux plus expérimentés à en juger par les pentes de 40 degrés et plus qu’elle réserve. Comme ces flancs sont surtout exposés au nord, ils bénéficient d’une couverture blanche hors-pairs. Par temps ensoleillé, il devient évident que la vue est imprenable sur le fleuve Saint-Laurent, mais comme le dit si bien un dicton non attribué, il n’a jamais neigé par une journée ensoleillée. On s’est contenté des nuages et de la neige qui est tombée tout l’après-midi.

Nous attribuons à cette expérience notre coup de cœur de la saison 2018-19. L’entreprise est en plein démarrage, d’une délicatesse et humilité franchement bien ancrées, il faut savoir reconnaître que Cap Castor est une perle rare qu’il faut savoir planifier dans son itinéraire gaspésien de ski de randonnée alpine, il deviendra sans doute un incontournable contingenté avec les années à venir. C’est le temps d’en profiter !

 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Brigitte Trottier
Brigitte compte plus de 30 ans d’expérience concrète dans l’industrie du ski, du commerce au détail à la conception de vêtements. Son enthousiasme pour le ski est profondément imbriqué dans son ADN, un héritage familial. Elle pratique le ski pour se maintenir en forme, partager le bonheur du plein-air avec proches et amis et pour nourrir son désir d’aventure.