VOS SPORTS:
Publication partenaire

iF3: un tremplin pour les vidéastes et athlètes d’ici et d’ailleurs

1 octobre 2019 | Chronique, par Geneviève Larivière
Photo courtoisie iF3

À mi-chemin entre culture cinéma et sports de glisse, l’International Freeski Film Festival propulse des skieurs, planchistes et vidéastes vers les plus hauts sommets de leur discipline, tant au sens propre qu’au figuré. Créé en 2007, ce festival unique en son genre contribue à faire rayonner une culture autrefois qualifiée d’underground auprès d’un public de plus en plus curieux et varié. Alors que l’édition 2019 se prépare à Montréal, l’équipe ZoneSki a choisi de se tourner vers les années passées afin de dresser une liste des différents gagnants qui ont gravi des échelons grâce à l’iF3.

Au Québec

À tout seigneur, tout honneur: l’iF3 étant né dans nos pentes, il semblait logique de s’attarder à certains gagnants produits par le VidéoQuest, un concours vidéo qui a lieu durant la saison hivernale dans différentes montagnes de la province. Ce concours amateur mis sur pied en 2013 permet de faire briller de jeunes talents locaux et de les introduire au monde du cinéma de la glisse. Les gagnants de la première édition à Owl’s Head étaient Max Trudel à la caméra et l’athlète Aliocha Mahaut: tous deux font maintenant partie de l’équipe O’Neill, le premier à titre de caméraman et le deuxième en tant que skieur professionnel. Deux ans plus tard, c’est Alex Miglierina qui remporte les honneurs derrière la caméra, il est maintenant à l’emploi de Sid Lee. L’édition VidéoQuest 2018 a quant à elle couronné le skieur Édouard Therriault, qui a raflé le prix à Tremblant. Si vous connaissez son nom, c’est qu’il a remporté cette année les championnats du monde junior en slopestyle!

À l’international

Depuis sa création il y a 12 ans, l’iF3 remet le prix « Découverte de l’année » lors du Gala des Movie Awards. Ce prix permet de mettre en valeur un athlète prometteur et le flair des juges est indéniable: plusieurs skieurs et planchistes méconnus lors de leur nomination sont maintenant bien établis sur la scène! Par exemple, 2008 a vu le jeune skieur suédois Henrik Harlaut remporter le prix, il skie désormais au niveau international en slopestyle. En 2010, c’est l’américain Parker White qui reçoit le trophée; il collabore maintenant avec de grosses boites de production telles que Level One. L’an dernier, la série Forecast Ski Magazine a révélé Sam Kuch, qui sera cette année en vedette dans « Return to Send’er », le nouvel opus de Matchstick Productions. Du côté amateur, les jeunes skieurs de « Strictly Business » qui ont raflé tous les prix en 2018 sont de retour avec un long métrage très prometteur dans la catégorie professionnelle: à surveiller lors de l’édition 2019!

Sam Kuch, découverte de l’année dernière Photo courtoisie iF3

Quelques chiffres en bref

La dernière décennie a vu plusieurs éditions de l’iF3 s’exporter à travers le monde: Japon, Nouvelle-Zélande, Amsterdam, Stockholm, Londres, Innsbruck et Annecy (maintenant devenu le High Five) ont tous accueilli une ou plusieurs fois l’événement. Cette année, l’iF3 aura lieu à Montréal, Québec, Whistler et Santiago au Chili. Le développement se poursuit et l’équipe a bon espoir de pouvoir présenter une édition iF3 en Suisse l’an prochain!

Au total, c’est plus de 200 prix qui ont été remis aux vidéastes et athlètes, qu’ils soient amateurs ou professionnels. La relève est bel et bien présente et un très grand nombre de jeunes équipes soumettent chaque année leurs courts et longs métrages au bon regard des juges. Comme l’iF3 porte bien son nom, les candidatures de tous les coins de la planète sont accueillies: l’édition d’octobre 2019 offrira une programmation très remplie, avec plus de 80 films inscrits, provenant d’équipes de Russie, Nouvelle-Zélande, Chili, ainsi que de nombreux pays européens.

Les coups de cœur de l’équipe

Même si pour les membres de l’équipe du iF3 il est difficile de juger et nommer des préférences, ils ont osé se mouiller. Lorsque questionnée, l’équipe a indiqué avoir à l’œil pour l’édition 2018 Édouard Therriault, les productions « Strictly » par Andrew Mildenberger et « Benshi Creative » par Caleb Chicoine, de même que Christina Lustenberger. Poursuivant la réflexion vers les éditions passées, Luc « Skypowder » St-Jacques, Jeff Schmuck et Camille Martin ont indiqué avoir eu un coup de cœur pour « Valhalla » (Sweetgrass Productions), « Into the Mind » (Sherpas Cinema) et « Everyday is a Saturday » (Poorboyz Productions). Chose certaine, l’iF3 est bel et bien établi dans cet univers hybride, alliant plaisirs de la glisse, sensations fortes, prises de vue à couper le souffle, et talent incommensurable.

Vous voulez y assister? L’édition 2019 aura lieu du 17 au 19 octobre au Bain Mathieu. Suivez ce lien pour la programmation complète, l’horaire et les prix!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/zone.ski/public/wp-content/themes/uniqmag-premium-theme/includes/single/post-tags.php on line 10

À PROPOS DE L'AUTEUR

Geneviève Larivière
Diplômée en communications et en géographie (Université Laval), Geneviève est avant tout photographe. Sa facilité pour la rédaction de textes l'a menée directement au photojournalisme. Sur les pistes de ski, elle conjugue ses passions pour la photo et les sports de glisse, toujours en quête du cliché du jour.