Surprise, de la poudreuse.

À notre arrivée, une belle couche d’environ 5 à 8 cm de poudreuse légère recouvrait les pistes. Il est à peine 9h et on peut voir les multiples traces de skieurs dans la neige en face du chalet. Il faut dire que la station ouvre à 8h le matin afin de permettre aux clients de profiter de leur session de demi-journée. 

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

On peut acheter un billet pour la matinée ou un billet pour l’après-midi. Il n’y a pas de forfait pour la journée entière et il n’y a pas de ski de soirée alors qu’un couvre-feu est imposé à travers le Québec. De plus, le nombre de clients est limité et lorsqu’il est atteint, on refuse la vente de billet. 

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

Une approche unique

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

Le Relais fait vraiment bande à part au Québec en ayant refusé de vendre des passes de saison. Les autres stations ont fait la promotion des passes saisonnières et si vous suivez les actualités, plusieurs clients sont très mécontents. Ailleurs, certains clients saisonniers se voient refuser l’accès à leur station favorite et certains font face à de longues files d’attente. Au Relais, même en période de pointe, l’achalandage est modéré tout au plus et l’attente en file est minime. On est ici pour skier et profiter des pistes.

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

Parlons ski maintenant.
La renommée du Relais n’est plus à faire. Depuis plusieurs années, la station offre des pistes bien préparées, un système d’enneigement à la fine pointe, des remontées rapides et récentes ainsi qu’un chalet moderne et bien aménagé. Un seul bémol, comme partout au Québec, l’accès au chalet est limité pour se réchauffer ou utiliser les toilettes. Nous voilà enfin sur les pistes. La belle couche de poudreuse recouvre les pistes et rend la glisse très agréable. La neige du week-end dernier a permis à la station d’ouvrir 32 de ses 33 pistes. Les conditions sont parfaites. 

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

Un an plus tard
L’an dernier à pareille date, j’ai amené ma bonne amie Murielle au Relais afin de s’initier au ski. J’avais publié un reportage sur ses débuts. Un an plus tard, Murielle chaussait à nouveau les skis. L’hiver dernier, sa saison s’était arrêtée abruptement, comme nous tous, avec l’arrivée de la pandémie. Elle n’avait fait que quatre sorties sur les pistes. Ce matin, je lui disais que c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Je lui avais prédit qu’elle reprendrait là où elle a laissé et rapidement deviendrait meilleure que l’an dernier. C’est exactement ce qui s’est passé. Quelques virages ont suffi et elle skiait en parallèle dans la Dorothée, une piste verte, s’arrêtant seulement rendue en bas. Je ne saurais pas vous dire lequel d’elle ou moi était le plus heureux de cette remise à ski.

Photo Jacques Boissinot / ZoneSki

À notre départ, son moniteur Gilles St-Jacques commençait son quart de travail pour l’après-midi et il était heureux de revoir sa cliente continuer ce qu’il avait amorcé un an plus tôt. Les écoles de ski sont fermés, mais la station a embauché plusieurs moniteurs afin de faire respecter les règles sanitaires.

En conclusion, nous avons passé une très belle matinée sur les pistes du Relais qui a su livrer la marchandise sans aucune faille. Il n’y a qu’un seul mot pour résumer la chance de pouvoir skier en temps de pandémie : le bonheur !