Comme sur des roulettes!

Que ce soit les poulies des trois télésièges, les chenilles des VTT et BR, ou l’organisation des divers services, à Gleason tout roule comme sur des roulettes! Cet après-midi, la température est confortable mais hivernale avec un petit vent légèrement piquant ainsi que des flocons. La neige sur les pistes est à la fois moelleuse et rapide. L’achalandage y est modéré en raison de la limitation du nombre de billets que l’on peut acheter en ligne par jour. La gestion entourant la covid y est exemplaire. D’ailleurs, il n’y avait jamais plus de 5 minutes d’attente à l’un des trois télésièges que possède la petite station.

La neige était belle et l’achalandage modéré
Le chalet de ski est spacieux et bien organisé

Un terrain propice à l’apprentissage

Le Mont Gleason est une station familiale qui s’adresse aux skieurs débutants à avancés. Doté d’une pente-école indépendante, de deux pistes familiales et de quelques sous-bois dégagés et peu inclinés, il s’agit d’un endroit rêvé pour y faire ses premiers virages. La piste Pierre-Ling, située à droite sur la carte des pistes, est exceptionnelle par sa douceur, sa régularité et sa largeur qui en fait un lieu idéal pour les novices de tous âges en quête de confiance sur les planches. Rares sont les pistes familiales aussi parfaites! Lorsque vient le temps pour un défi supplémentaire, la piste Gaudreau convient parfaitement avec ses tournants et ses passages un peu plus abruptes. En raison de sa taille humaine, cette montagne est toute désignée pour s’initier à la montée avec peaux d’ascension qui gagne en popularité ces temps-ci.

La piste familiale Gaudreau constitue un excellent second défi. On peut y voir en arrière-plan des grimpeurs en raquettes et en skis équipés de peaux d’ascension.

Une belle progression!

Pour une deuxième année de suite, je vais à Gleason accompagné de ma copine Julie qui en est à sa quatrième sortie de ski. Nous avions réservé la location de l’équipement en ligne et à notre arrivée, tout était prêt. Un système de rendez-vous fait en sorte qu’il n’y a jamais plus de trois clients en même temps dans la boutique de location. Le service y a été excellent si ce n’est que les jeunes gens qui assuraient le service auraient pu soigner leur langage lorsqu’ils parlaient entre eux en l’absence de superviseur.

Julie a bien aimé sa journée en raison de la qualité des pistes destinées aux débutants et surtout de leur faible inclinaison. C’est fou comme elle a progressé, d’autant plus que cette station a un petit quelque chose de spécial, de soigné et de charmant qui fait en sorte qu’on s’y sent bien et en confiance. Notre seule déception de la journée fut que la chalet situé dans la montagne soit fermé en raison de la pandémie. Pour le reste, l’expérience globale a été à la hauteur de nos attentes et même davantage.

Voici Julie à l’entrée de la piste Gaudreau
Voici votre humble chroniqueur masqué!

Un moment de nostalgie

Originaire de St-Albert-de-Warwick, je me souviens comme si c’était hier de ma première sortie de ski à Gleason en 1989. Pour la classe neige, j’avais convaincu ma mère de débourser les 15$ demandés pour le forfait d’initiation au ski comprenant une leçon de groupe et la location de l’équipement. Ça faisait environ deux ans que j’en rêvais depuis qu’un jour j’avais aperçu des skieurs au loin sur la montagne lors d’une visite à Warwick. Dès les premières traces, j’ai aimé ça, et ce malgré le fait que le téléski – seule remontée sur la montagne à ce moment – me faisait régulièrement manger de la neige… Quelle belle journée ce fut!

Sur ces bons souvenirs, je vous souhaite bon ski!

Le développement de la montagne des vingt dernières années est principalement passé par l’ajout de nouvelles remontées mécaniques plus modernes et confortables.
À la fin des années 80, lorsque j’ai skié pour la premières fois, skier en forêt était interdit et passible de sanctions. Les temps ont bien changé!