VOS SPORTS:
Publication partenaire

Mont SUTTON, Poudreuse inespérée, 1er mars 2020

Êtes-vous prêt pour la surprise ? Alors qu’il mouillait durant la journée de jeudi dans les Cantons de l’Est, la plupart des régions du Québec ne recevaient que de la neige. Le regard étant braqué sur d’autres régions, la déprime s’installait tranquillement, mais ce fut de courte durée… depuis, c’est de la poudreuse pour tous au Mont SUTTON !!!

#50 Sélection

3 bordées en 3 jours pour plus de 50 cm

La neige est arrivée tardivement jeudi dans la nuit à Sutton, si bien que vendredi, le compteur était à 25 cm ! Samedi matin, c’était 36 cm en 48h, puis ce dimanche alors que 10-12 cachottiers centimètres sont arrivés de nulle part, le résultat final des 3 bordées en 3 jours est de 42 cm à la base et 53 cm au sommet. Le miracle (microclimat) des montagnes vertes dont Sutton fait partie s’est encore présenté.

#54 Bou-bou

60 pistes, mais 204 jonctions

Une des particularités de Sutton que j’adore est la manière de faire sa propre combinaison à chaque descente. On peut être 4 coureurs des bois à partir en haut depuis un endroit commun, retourner tous à la même remontée en bas et à travers ce parcours, s’être promené via 3 pistes chacun sans jamais se croiser ! C’est une facette de la station que j’adore où même si on veut faire 2 fois la même piste, on finit souvent par se faire prendre au jeu et choisir un embranchement à gauche, puis bifurquer à droite. Au final, chacun fait son trajet selon son goût du moment (ou forme physique !) et on se retrouve au télésiège pour échanger sur nos découvertes. La monotonie ne s’applique pas.

#41 Alpine, #42 Escapade ou #43 Iroquois.. un monde de possibilité.

9 télésièges ouverts = pas d’attente

Il y a une tendance depuis un certain temps à amener les chasseurs de poudreuse à Sutton et l’achalandage aux chaises en prend un coup. Aujourd’hui, il n’y avait pas d’attente, au grand bonheur de tous, sauf parfois au télésiège #2 de façon négligeable. Lorsqu’on se présente en station, c’est pour skier et non pas pour attendre en file. Quand les 9 télésièges sont en fonction, on a l’impression de se retrouver un peu comme dans l’ouest, où l’attente est souvent inexistante. Je suggère fortement à la direction de revoir sa stratégie sur l’ouverture des remontées. Évidemment, il y a un coût relié aux opérations de celles-ci, mais si on hésite à se présenter durant la fin de semaine quand il a neigé, ça devient un problème. Un dimanche de relâche comme aujourd’hui prouve qu’on peut skier à Sutton sans attendre lorsque les efforts sont déployés.

Comme il n’y avait pas d’attente, je n’ai pas de photos. Regardons plutôt les sous-bois qui n’ont rien à envier à personne !

#42 Escapade

Secteur débutant et intermédiaire pour 25$

Saviez-vous que Sutton offre maintenant la possibilité de skier la partie débutante de son domaine pour aussi peu que 25$ ? C’est une offre incroyablement abordable pour les familles ou ceux qui ne s’aventurent pas dans les endroits plus avancés. Mont SUTTON étant une montagne relativement difficile pour les skieurs moins expérimentés ou qui apprennent à négocier les sous-bois, l’accès au télésiège #1, 2o et #3 permet quand même de profiter de très belles pistes, que les experts skient à chaque visite de toute façon lorsque les jambes ne suivent plus.

#3 Starlet

Pour les extrêmes, lorsque la neige s’est accumulée généreusement, le ski de forêt permet d’expérimenter un peu la sensation du hors-piste, sans avoir à faire l’effort cardio-vasculaire pour la remontée.

Les sous-bois sont magiques présentement et bien que les prévisions semblent montrer un mercure à la hausse, il ne faut jamais trop se fier aux prévisions négatives à Sutton. La preuve, il n’y a personne qui avait vu venir le 10-12 cm pour dimanche matin.

#18 Sous-bois II

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Jean-François Harrington
Skieur de 33 années d’expérience, le Valinouët a littéralement fait son éducation. Bonnes habitudes acquises au jeune âge, ce chasseur de neige bouillonne la veille d’une généreuse bordée. Donnez-lui le choix entre la montagne enneigée ou la plage ensoleillée, il optera pour le dénivelé boisé, vous suggérant au passage de prendre la même décision!