Ça faisait déjà trop longtemps que j’avais visité cette station. Pour tout dire, l’occasion d’y skier ne s’était pas présentée depuis le changement de mains qui a eu lieu en 2019. J’avais un regard « neuf » sur des choses plus du tout nouvelles pour les skieurs qui fréquentent régulièrement l’endroit. J’ai donc découvert le « nouveau » chalet principal… j’ai été ravie d’y circuler aisément et d’y trouver plusieurs sorties et aires dégagées. La lumière entre maintenant au-delà du service client, l’utilisation des espaces communs est mieux songée, et pour ne pas déstabiliser les habitués, tous les services sont encore aux mêmes emplacements. Gagnant-gagnant! 

Le chalet principal au pied des pentes
Comme de plus en plus de stations au Québec, Owl’s Head est dotée de guérites RFID pour gérer l’accès aux remontées mécaniques. Ici, le peu d’attente vécue à la chaise du Sommet en cette journée ensoleillée.

L’origine du nom

En creusant un peu sur le site de la station et sur le site de la Commission de toponymie du Québec, on y apprend que le nom de la « Tête de Chouette » n’est pas issu d’une ressemblance avec l’oiseau nocturne mais bien d’un peuple des premières nations. En effet, l’appellation « proviendrait d’un groupe d’Abénakis de la région qui voyaient dans le profil du mont une ressemblance avec la physionomie leur chef dénommé Owl » (source: site de la Commission de toponymie). Pour la suite du clin d’oeil, les Abénakis seraient aussi à l’origine de la légende de Memphré, le monstre du lac Memphrémagog. D’ailleurs, plusieurs noms de lacs et monts de la région sont des dérivés ou des déformations de noms issus de la langue abénakise. 

Ce lac, qu’on peut admirer en grande partie dégelé. En réalité, il n’a jamais complètement gelé cet hiver!

Les activités du printemps

Traditionnellement, Owl’s Head organise une levée de fonds pour la patrouille, sous la forme d’une fête printanière avec plusieurs activités et concours de costumes: le Hoot. Cette journée a toujours lieu à la fin mars; cette année, c’est prévu pour le 30 mars. Un autre événement a été annoncé il y a un moment déjà, le Défi Alpine, qui aura lieu le 23 mars 2024. La station a fabriqué amplement de neige et le Défi n’a pas lieu dans sentiers de randonnée alpine (déjà fermés): les ascensions seront effectuées dans la Lilly’s Leap, en suivant un tracé balisé et sécuritaire.

La courbe de départ de la Lilly’s Leap.
Plus le soleil est chaud, plus on prend le temps de s’attarder au sommet pour admirer la vue.

Conseil d’amie: gérer ses bottes de ski au printemps

Si vous avez déjà célébré de pouvoir enfiler vos bottes de ski plus aisément grâce aux températures plus douces, c’est bien parce que le plastique de la coquille des bottes s’est ramolli au « chaud ». En effet, la rigidité (en anglais: « flex ») des bottes est mesurée à une température avoisinant les -5 degrés Celsius. Ainsi, une botte placée dans une température inférieure à -5°C sera plus rigide, et l’effet inverse se produira lorsque le mercure se situera du côté positif. La suite est logique: si votre botte est plus « molle » au chaud, votre indice de rigidité est affecté.

Les pistes plus abruptes offraient des conditions de neige sèche travaillée mécaniquement, tandis que dans les portions inférieures, au soleil, la surface se transformait légèrement. Ce changement de consistance de surface constitue un défi supplémentaire pour les skieurs moins habitués!

Il n’y a pas de chiffre exact à affirmer concernant la différence de rigidité mais une chose est sûre, au printemps, vous devez prendre soin d’attacher vos bottes un cran plus serré. C’est vrai pour compenser la souplesse nouvellement acquise du plastique de la coquille, mais aussi pour compenser les épaisseurs en moins que vous portez à l’intérieur de la botte: peut-être une chaussette plus mince, peut-être des sous-couches plus minces ou absentes, bref, cette soustraction de millimètres a un impact sur la surface de contact de vos bottes sur votre jambe et votre pied. Ce jeu de quelques millimètres affectera votre contrôle, et augmentera les risques de blessures. Donc, pensez à ajuster vos boucles, et à vous assurer que vos bottes sont toujours aussi efficaces pour transmettre vos mouvements à vos skis!

Aussi, est-ce utile de vous rappeler de ne pas les laisser balloter librement dans le coffre de la voiture après la journée de ski, et de bien les sécher (idéalement en retirant le chausson) entre chaque sortie? Ces soins augmenteront la durée de vie de toutes les composantes de vos bottes… ce qui a un effet positif sur votre sécurité en piste!

Un bref portrait des conditions à Owl’s Head

La quinzaine de centimètres tombés dans les dernières 48h aura fourni un décor hivernal et servi à rafraichir les conditions en piste. Aucun sous-bois n’était accessible aujourd’hui et il ne fallait pas regarder bien longtemps pour comprendre pourquoi! Par contre, l’arrivée du soleil a largement contribué à la qualité de la journée. En début d’après-midi, les sections les plus exposées ont commencé à présenter une neige un peu transformée. Ça sera tout aussi beau pour le reste de la semaine, malgré l’ennuagement qui surviendra dès mercredi. Pour beaucoup de stations dans les Cantons, c’est le meilleur du ski depuis plusieurs semaines: si vous avez des journées skinusite, c’est le moment d’en profiter!

Cette petite famille a trouvé LE meilleur endroit pour pique-niquer.
Ici, on lorgne du côté de la voisine vermontoise, Jay Peak. Les exclamations (en anglais) sont nombreuses à ce tournant!
Article précédentEn images : Massif du Sud, 12 mars 2024
Article suivantMont SUTTON: nombril de semaine, jour de grâce! 13 mars 2024
Adepte de plusieurs sports de glisse, Geneviève sépare son temps entre le plein-air, le tourisme, la production de contenu écrit et les photos de chats. En station, vous la retrouverez dans un sous-bois, occupée à contempler le paysage entre deux virages.