VOS SPORTS:
Publication partenaire

Suivez le guide au Mont Orford

22 janvier 2015 | Chronique, par Alexandre C. Marcoux
Photos Geneviève Larivière et Alexandre C. Marcoux

Arrivé en Estrie il y a quelques années, j’ai rapidement réalisé que le Mont Orford était une destination idéale pour moi, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour sa proximité: il ne me faut pas beaucoup plus de 20 minutes pour m’y rendre, du centre-ville de Sherbrooke. J’aime bien pouvoir me lever un peu plus tard, tout en arrivant pour l’ouverture. D’ailleurs, à plusieurs endroits dans la ville, il m’est possible de contempler la montagne au loin. Ensuite, en raison de la multitude de terrains qu’elle m’offre avec ses trois montages qui ont chacune leurs particularités. Puis enfin, pour ses différentes options pour manger et boire et son confortable Slalom Pub. Je vous fais part de mes cinq coups de cœur, qui se veulent être des conseils utiles lors de votre première ou prochaine visite au Mont Orford.

Numéro 5 : L’Hybride

Avant ma première sortie à Orford, je n’avais encore jamais vu un télésiège hybride. D’ailleurs, je me demandais un peu le principe avant de comprendre qu’il y avait deux files, soit une pour la télécabine et une pour le télésiège à six places. J’ignore si c’est grâce à l’efficacité de cette chaise ou au fait qu’il y ait plusieurs montagnes, mais je n’ai jamais eu plus que 5 minutes d’attente à la chaise hybride, du moins pour la ligne des skieurs seuls. Je trouve que ce télésiège est aussi agréable car il permet d’alterner l’expérience de remontée. Donc, lorsque le facteur éolien vient se mêler de notre confort, la télécabine est fort appréciée. Par contre, il peut parfois être gagnant d’attendre dans la file pour le télésiège, même lors de temps plus frais, afin d’optimiser le nombre de remontées. En effet, il y a un ratio de chaises plus élevé que de cabines.

Numéro 4 : La Grande Coulée

Lors d’une journée où le ski se passera seulement ou majoritairement sur les pistes damées, je crois que la meilleure piste pour commencer ma sortie est La Grande Coulée. Tôt le matin, lorsqu’elle est damée à la perfection, cette piste offre l’opportunité de faire des virages aux rayons désirés et à la vitesse souhaitée. Je trouve que sa topographie variée est idéale pour combler tous les types de glisseurs. Cette piste est belle, en plus de bénéficier d’un prolongement des effets du travail mécanique en comparaison à d’autres pistes du Mont Orford. En fait, la beauté que j’y trouve est surtout due à la présence d’un énorme cap de roche dans un tournant impressionnant qui offre une vue lointaine vers la Montérégie.

Numéro 3 : La Contour

Si je n’avais qu’une seule descente à faire à Orford, je crois que je choisirais La Contour. Je trouve que cette piste a un petit je-ne-sais-quoi. Elle offre le compromis du terrain d’un sous-bois tout en étant ouverte et permettant des choix de lignes variées. Ainsi, il est possible d’aller y faire plusieurs descentes en prenant des détours différents et en ayant un peu plus de chances de tomber sur des plaques de neige intouchée. C’est le genre de piste pour commencer une journée de façon un peu plus osée.

Numéro 2 :  Le printemps

Si vous n’allez qu’une seule fois à Orford par saison, je vous conseille grandement d’opter pour la fin de saison. Car le printemps à Orford, quel beau moment pour y aller ! D’ailleurs, pour un glisseur des environs de Sherbrooke frileux et désirant ne pas trop s’éloigner de la ville, c’est l’endroit idéal pour y finir sa saison. J’aime tout du printemps à Orford. Le soleil plus présent y permet une bonne visibilité malgré l’orientation de la montagne. Je peux y skier des grosses bosses de « sel » qui se forment plus rapidement qu’à d’autres endroits dans des pistes comme la Trois Ruisseaux, la Maxi et la Magnum. Quant à elle, la terrasse est idéale pour prolonger l’après-ski alors qu’elle est aménagée avec un foyer, un BBQ et un bar extérieur en plus de nous permettre de chantonner des classiques joués par un groupe ou un chansonnier.

Numéro 1 : La Passe de l’ours/l’Écureuil

Si vous avez la flexibilité de vous rendre à Orford lorsque vous le désirez, que vous aimez le défi et ne craignez pas un vent froid, je vous conseille fortement les sous-bois sur Orford lors d’une nouvelle neige. Ils sont de calibre expert, je ne les recommande pas aux skieurs qui manquent d’assurance sur leurs planches! Cependant, au cours des dernières années, mes aventures dans la Passe de l’ours, l’Orignal et l’Écureuil ont été à la hauteur de mes attentes. En fait, je crois qu’Orford offre la meilleure expérience de sous-bois en Estrie, du moins selon ma définition d’un sous-bois. Il est ardu de vous dire pour lequel j’opterai en premier lors d’une visite où la neige a neigé, probablement par la Passe de l’ours ou l’Écureuil.

Voilà donc mes cinq conseils et coups de coeur pour cette station estrienne que j’aime beaucoup! J’espère qu’ils vous aideront lors de votre prochaine visite ou au moment de la découverte. Si vous êtes un skieurs de calibre intermédiaire, n’hésitez pas à choisir Orford car même si mes conseils sont plutôt axés sur les skieurs experts, vous y trouverez amplement votre compte grâce au grand terrain skiable varié de la station!

Cette visite guidée fait partie de la série « Suivez le guide », réalisée par les chroniqueurs de ZoneSki. Tous les textes sont disponibles sur la page de la série!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Alexandre Marcoux
Fasciné de manière égale par l'être humain et le ski, Alexandre prend grand plaisir à analyser l'Homme dans tous ses états -surtout dans les sous-bois!