Les débuts de cette station de ski remontent à 1939 quand M. Raoul Clouthier achète une ferme à Val Morin, et la transforme en auberge quatre-saisons. Le nom d’incorporation était Sun Valley Farm Inn. L’ouverture de la station a été pour l’hiver 1940-1941.

Ce dépliant fourni par M. Paul Giddings illustre combien les services offerts et les prix ont changés depuis les années 1940. Il montre aussi que M. Clouthier avait le sens du marketing, car il parlait non pas du dénivelé de la station, mais de son altitude de 1 300 pieds, favorable à avoir beaucoup de neige. On a installé assez rapidement un rope-tow.

Ces très belles photos des années 1940 ont été faites par M. Clouthier. Merci à son petit-fils de les avoir partagées avec Zone.Ski. Plusieurs membres de la famille ont travaillé au succès de l’endroit. Sur cette photo, on peut voir à droite, Raoul Clouthier et son épouse Jeanne Fortin, au centre Robert Clouthier, et à gauche, René Clouthier et son épouse Bernice Masse. Pour la petite histoire, les collies se nommaient Bonnie et Carlo.

devant l’entrée principale de l’hôtel, vers 1945

Photos durant l’été, la dernière montrant suite à un incendie, la reconstruction de l’hôtel en 1944.

Photos durant l’hiver. L’endroit offrait à la fois des activités hivernales et la tranquillité aux clients.

Au printemps 1951, M. Raoul Clouthier a mis en vente Sun Valley Farm. Voici la proposition de vente.

M. Max Siegmann a loué la propriété pour un an, pour finalement l’acheter en 1953, mais sans l’auberge qui malheureusement avait été détruite une seconde fois par un incendie en juin 1952. Dans les années 1950, la station avait une arbalète et un rope-tow, le dénivelé étant de 450 pieds. Une chaise double a été installée dans les années 1960. Voici une importante publicité faite par M. Siegmann dans le journal le Canada du 19 décembre 1952.

Je remercie pour les photos suivantes, Claire et Guy Versailles, dont les parents connaissaient bien M. Siegmann, et qui ont beaucoup skié à Sun Valley au début des années 1960. Au printemps, une activité populaire était de se déguiser. Sur la première photo, on peut voir Guy en Davey Crockett et tenant un vrai lapin (1er prix enfants), ainsi que ses sœurs Odile et Claire. Sur la dernière photo, on peut voir le chalet Alpen Rose. Il était à mi-hauteur des pistes, et accessible uniquement en ski ou en chenillette. Il a été utilisé comme restaurant quelques hivers, puis loué à la famille Versailles pour une saison. Ils arrivaient avec les bagages et l’épicerie, le service de taxi étant fourni, comme on peut voir sur la photo. En 1964, M. Siegmann s’étant tué dans un accident d’automobile, son fils Gérard a administré la station.

Deux écussons de la station, datant des années 1959-1960.

Ce plan des pistes date possiblement de la fin des années 1960 ou des années 1970. Je ne savais pas qu’il y avait déjà eu un versant ouest avec 2 pistes.

Le film Après Ski (1971) a été tourné à Sun Valley. Ce n’est pas un grand film, mais il a eu son importance dans le Québec du début des années 1970. Voici 3 scènes de ce film.

Ce plan des pistes serait des années 1980, et il indique une chaise double, 3 arbalètes et un poma. On fabriquait de la neige artificielle. La photo serait aussi de cette époque. À ce moment, le bas des pistes du versant nord avait été exproprié pour permettre la construction de la section nord de l’autoroute des Laurentides.

Voici 3 épinglettes de la station. Avez-vous remarqué que parfois, on parle de Val Morin, et parfois de Ste-Adèle ? La station était à Val Morin, et je pense qu’on disait Ste-Adèle parce que cette ville était très proche et plus connue. La première épinglette réfère à l’hôtel de la station, alors que la deuxième réfère à un autre hôtel, situé tout près, du nom de Le Chamois, qui était aussi le nom de la rue où était situé cet hôtel. La troisième épinglette est une rareté, car elle est en sterling.

Je ne connais pas les dates exactes, mais la station aurait fermé et été vendue vers le milieu des années 1980. L’endroit est devenu privé et une résidence a été construite au sommet de la montagne, comme on peut le voir sur la première photo. L’autre photo est une vue en relief de Google et elle montre que les terrains de la station se sont retrouvés à une jonction de la route 117 et de l’autoroute des Laurentides. L’expropriation du bas des pistes du versant nord a eu beaucoup moins d’impact sur la station que le fait qu’il y avait maintenant une autoroute qui allait de Saint-Jérôme à Sainte-Agathe. Les skieurs pouvaient venir dans les Laurentides pour la journée, sans avoir à coucher et aussi à skier le lendemain. Sur une des photos des années 1960, on peut voir la petite cabane qui servait de billetterie. Celle-ci a été déplacée, mais en 2018, elle existait toujours au pied des pentes.

Cet article fait partie de la section sur les stations de ski du Québec qui sont aujourd’hui fermées. Comme la grande difficulté d’un tel travail est de trouver des photos et de l’information sur ces stations, si vous détenez des perles concernant une station oubliée ou fermée et que vous souhaitez les partager avec l’auteur, vous êtes invité à communiquer avec lui par courriel afin de lui permettre d’ajouter de l’information à un dossier existant, ou d’inclure une autre station à cette section à l’adresse suivante: stations.fermees.qc@gmail.com