Publication partenaire

Cours de météorologie: savoir interpréter la boule de cristal

29 décembre 2016 | Chronique, par Patrick Teasdale
Photos Geneviève Larivière

« Si seulement je pouvais… » Le rêve de beaucoup de skieurs et planchistes c’est de pouvoir être sur les pistes lors d’une tempête. Les chutes de neige épiques se produisent à l’occasion, en effet. Cependant, avouons que la grande majorité d’entre nous sommes en mode réactif: nous prenons conscience des accumulations seulement une fois qu’elles ont eu lieu. Or, le lendemain d’une tempête, beaucoup de stations de ski se remplissent de visiteurs très tôt. Il ne faut que quelques heures, parfois moins, pour que le trésor blanc se retrouve complètement ravagé. Oh, que cela ne tienne, amis skieurs! ZoneSki a mis en place une formation unique et, ma foi, essentielle: un cours de météorologie conçu spécialement pour nous. Si vous rêvez de pouvoir prévoir les chutes de neige, cette formation est pour vous! Vous serez ainsi en mesure d’affirmer: “Oui, je le peux!”

Le mythe versus la réalité

Au Québec, parler de météo fait partie de notre ADN, au même titre que le BBQ l’été et la pose des pneus d’hiver en novembre. On en parle beaucoup, du temps qu’il fera! On se rue sur Météomédia, Environnement Canada et autres sites plus ou moins fiables. Et on en reparle! Chacun a sa source “fiable” et son opinion quant à l’interprétation des prévisions glanées à gauche et à droite. Au bout du compte, à qui peut-on vraiment se fier? La météo est-elle prévisible? Peut-on se fier à la hauteur des nids de guêpes pour prédire les quantités de neige à venir? La madame de TVA dit-elle la “vérité” sur la température polaire de demain, ou sur les quantités “monstrueuses et abyssales” de neige attendue atteignant 15 cm (ooouuuuh, 15 cm…)?

D’entrée de jeu, Éric Chatigny, le formateur et créateur de l’atelier de météorologie offert par ZoneSki, l’avoue: les sites météo les plus fréquentés par les skieurs Québécois ne sont pas la meilleure source d’information pour eux. Et cela, pour plusieurs raisons. D’abord, les sites publics ne sont pas destinés aux skieurs. Ils généralisent leurs prévisions afin d’atteindre le plus grand nombre possible d’auditeurs. On évoque volontiers le pire scénario. De plus, ils font des prévisions numériques pour le bas des montagnes et les vallées, et cela pour des secteurs relativement grands. Finalement, les modèles canadiens sont souvent moins performants que ceux d’autres origines. Sachez aussi que leurs prévisions d’accumulation de neige ne sont pas adaptées aux facteurs réels présents lors des chutes de neige. Alors en montagne, la réalité diffère fréquemment des prévisions affichées. On pourrait parfois être tenté de les qualifier de mythe…

Une formation conçue pour nous, les skieurs

Mais il existe une solution: faire ses propres prévisions! C’est ici qu’intervient la formation qu’offre Éric Chatigny. Éric a étudié en météorologie à l’université McGill et il est enseignant au secondaire. Ces deux caractéristiques se combinent parfaitement afin de produire un cours de prévision météo passionnant, complet et présenté de main de maître (c’est le cas de le dire!).

Éric est “dans” la météo depuis longtemps. Il opère un site de prévisions météo, www.meteolaurentides.com, très fréquenté et unique en son genre. Ses talents de communicateur et son dynamisme, jumelés à ses connaissances techniques et son expertise, font de lui la personne ressource que tout skieur veut avoir comme ami!

J’ai eu le bonheur d’assister à la première formation offerte par Éric et destinée aux skieurs. Nous étions une bonne quinzaine de participants enthousiastes. J’en suis ressorti enchanté et repu. Ma curiosité et mon désir de pouvoir prévoir le temps qu’il fera sont satisfaits. De plus, je suis bien équipé pour débuter dès maintenant mes propres prévisions météo!

Le contenu du cours de quatre heures est varié et complet. Éric répond à toutes les questions avec empressement et précision. Les informations sont très nombreuses et tout à fait pertinentes pour les skieurs, qu’il s’agisse de ceux qui jouent en station ou de ceux qui fréquentent l’arrière-pays. En prime, tous les participants ont reçu par courriel le fichier PDF de la présentation.

Au menu du plan de cours: Modélisation et prévisions publiques; Nuages et précipitations; Météo en montagne; Faire sa propre météo. (Plus de détails sur la boutique en ligne, où il est possible de réserver une présence au cours!) Prévoyez un crayon et du papier; il vous sera impossible de tout retenir. Il y a ici beaucoup de “stock”! Il s’agit de quatre heures bien tassées.

Carpe Diem

Selon moi, cette formation pourrait devenir un incontournable et faire partie des “top 3” des activités pré-saison destinées aux skieurs sérieux qui désirent saisir le moment. Savoir quand tomber malade est un art. Être sur les pistes au lieu de dire: “Ah, j’aurais donc dû…” est un idéal atteignable. Et l’inverse s’applique aussi: savoir quand rester au boulot parce que vos prévisions personnelles ont vu juste alors que les “chums” gaspillent une journée de maladie à skier dans le verglas est à portée de main! Bon ski, et bonnes prévisions!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Patrick Teasdale
Patrick Teasdale aime beaucoup jouer dehors. Télémarkeur depuis longtemps, il explore maintenant les possibilités du ski de randonnée alpine. Il troque volontiers sa pagaie groenlandaise ou ses skis pour une tasse d'excellent thé vert japonais. Un brin poète et idéaliste, il ne demande qu'à être émerveillé par une trouée de lumière, un chant d'oiseau ou une lame de neige. Il aime soigner ses chroniques et ses photos.