Sapporo-Teine fut le terrain d’accueil des jeux Olympiques d’hiver de 1972. La station comporte deux domaines: le secteur Olympic et le secteur Highland. La montagne est située à environ 45 minutes du centre-ville de Sapporo et jouit d’une bonne réputation en Hokkaido.Elle reçoit de sept à huit mètres de neige en moyenne par année, et comme chez nous, la saison de ski s’étend de novembre à mai. Notez qu’à moins de changements dans les destinations de Voyages Gendron, ce voyagiste n’offre pas de séjour à Sapporo-Teine.

Côté hébergement, vous trouverez facilement dans la ville de Sapporo, à partir de 40$ la nuit. Vous pourrez voyager de Sapporo à la station par bus, le trajet se fait bien. Un train dessert également la station mais vous devrez prendre une navette pour la montagne une fois arrivé à la gare de Teine.

Le billet de ski vous coûtera environ 55$ pour la journée. C’est une station qui offre également du ski de soirée, ainsi que des billets pour des périodes plus courtes, soit des blocs de 6 et 4 heures. Vous pourrez également louer tout l’équipement nécessaire à même la station mais préparez-vous à une légère déception: malgré un coût d’environ 70$ pour de l’équipement « haut de gamme », aucun ski de poudreuse ne figure dans la gamme des produits offerts.

On vous répondra en japonais 90% du temps, vous aurez un 10% de chances de vous faire servir en anglais. Retenez que si vous devez choisir vos destinations, Sapporo-Teine n’est pas un incontournable, mais si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à y aller.

À mon arrivée, la neige tombait violemment, la visibilité ne me permettait de voir que quelques mètres devant moi, mais bon, c’était à prévoir: je garde en tête qu’autant de neige dans un hiver, ça ne tombe pas dans une seule fin de semaine! Pour des raisons logistiques, je loue mes skis et comme mentionné ci-haut, aucun ski de poudreuse. Je choisis donc les skis qui m’offriront le plus de flexibilité dans les conditions non-damées.

Le ski: pour faire une entrée en matière simple et compréhensible, retenez que « Ça n’a juste pas rapport !».  Alors voilà, c’est indécent la quantité et la qualité de la neige! Les sous-bois sont ouverts, vastes, et skier « first track » n’est pas un problème même en fin de journée. J’ai de la neige aux genoux en tout temps et dans le visage à chaque détour. Je ne peux malheureusement pas parler des conditions damées car la neige tombait à une vitesse effrénée. Sans hésiter j’affirme qu’une piste damée doit être des plus incroyables. Voici le peu de photos que j’ai pu tirer de cette journée…

La montagne n’est pas si haute, mais offre un terrain de jeu très intéressant. La neige est profonde et légère comme partout en Hokkaido. La station ne se compare pas à Niseko United ni Rusutsu, mais pour une montagne près de la plus grosse ville au nord du Japon, c’est tout de même un petit bijou à découvrir. D’ailleurs, lorsque la visibilité le permet, vous pouvez voir à vos pieds la ville de Sapporo d’un côté et la mer de l’autre. Pour ma part, je voyais mes pieds, mes skis et plus ou moins 3 mètres devant… mais quelle journée de ski!