Les plus férus le savent, la majorité l’ignore: une petite compagnie entièrement québécoise fabricant des remontées mécaniques a su faire sa place au travers ce marché qui s’est largement mondialisé. Il n’y a qu’à penser aux plus grands constructeurs de télésiège qui sont présent au Québec: Doppelmayr-Garaventa, Leitner-Poma, Muëller, Hall Lifts… mais qui connait les Industries Samson?

Établie depuis toujours sur la rue Saint-Laurent à Lévis, cette industrie est spécialisée dans la production de pièces de machinerie. Elle a déjà recouvert les montagnes de la Belle Province de remontées en tout genre; du début des années 1960 jusqu’à la fin des années 1980. Rare à cette époque était la station qui ne possédait pas son téléski ou son télésiège de marque Samson! 

Quelque peu intrigués par la discrétion de cette compagnie depuis le début des années 1990 et sachant qu’elle était toujours active dans la production de pièce de machinerie, nous nous sommes rendus à leurs locaux afin de prendre de leurs nouvelles. Préalablement, nous avions pris contact avec monsieur Luc Fagnan, président de l’entreprise, un ingénieur qui a pris en charge la destinée de la compagnie en 1985.

Arrivés sur place, nous avons constaté de visu que les Industries Samson appartiennent à la catégorie des petites entreprise: les registres nous confirment qu’au total 15 employés y travaillent. Leurs bureaux et ateliers sont présents sous forme d’une série de bâtiments qui occupent de part et d’autre les abords de la rue Saint-Laurent et donnent une impression de manufacture à l’ancienne… juste une impression? 

Une fois dans l’immeuble, nous sommes accueillis par monsieur Fagnan qui nous a invités à passer à son bureau. Dès ce moment, il nous confirme qu’il s’agit des locaux originaux où l’entreprise est établie depuis les années 1880. Au départ, elle était connue sous la désignation de la Compagnie de Machinerie Mercier. Il faut spécifier qu’il ne s’agit pas à priori d’une industrie de construction de télésiège, mais plutôt de fabrication de pièces de machinerie. À cette époque, ils fabriquaient des pièces qui étaient destinés aux moulins à scie et aux différentes industries de la région. Ajoutons à cela la production de bandes d’acier destinées aux roues de carrioles. 

Ce n’est qu’en 1946 que la compagnie est enregistrée sous la désignation d’Industries Samson, alors achetée par la famille du même nom. À ce moment, la production a pris de l’ampleur et la fabrication de chaudières de chauffage au mazout occupait une très grande partie de leurs activités. C’est sans compter qu’ils façonnaient des pièces de bateau pour chalutier de pêche et qu’ils pouvaient agir à titre de sous-traitant pour des chantiers maritimes. 

De fil en aiguille, ils en sont venus au début des années 1960 à se convertir à la construction de remontées mécaniques. Les causes de cette conversion restant plutôt obscures, on peut supposer que l’augmentation de la popularité du ski alpin a pu y jouer un rôle. Et justement, ils ont pu profiter de cette manne car au cours de ces années, la production d’une remontée n’attendait pas l’autre!

Le premier télésiège entièrement fabriqué par les Industries Samson était destiné au mont Adstock, qui en a fait l’acquisition en 1960. Par la suite, Samson a fabriqué 30 télésièges doubles, jusqu’en 1980. Ceux-ci étaient destinés aux quatre coins du Québec : Chaudière-Appalaches, Québec, Bas-Saint-Laurent, Cantons de l’Est, Abitibi-Témiscamingue, Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mauricie, Laurentides, Côte-Nord, Outaouais, Charlevoix et la Gaspésie. Il ne faut pas oublier que certaines productions étaient aussi destinées hors du Québec; Ontario et Nouveau-Brunswick entre autres, sans oublier les remontées qui ont été vendues au Maine et dans l’État de New York. Cette percée aux États-Unis a permis à Samson de devenir internationaux, comme le disait en riant M. Fagnan. 

Afin de répondre aux besoins du marché, les Industries Samson ont graduellement fabriqué des télésièges pouvant prendre plus de passagers. Leur premier télésiège triple a été livré au Mont-Sainte-Anne en 1983; celui-ci est doté d’un design qui leur est propre et qui en fait le seul télésiège au monde dont les chaises épousent cette forme. Autre fait intéressant, tous les descriptifs et les plans des remontées fabriquées chez Samson sont soigneusement consignés sous format papier dans divers cartables et chemises.

Devant manœuvrer dans une industrie toujours plus complexe au niveau des avancées technologiques, Samson a signé une licence avec le constructeur français de télésièges Montaz-Mautino, afin d’importer des éléments de leur technologie au Québec. Les télésièges construits après cette entente, incluant un télésiège triple et huit télésièges quadruples ont donc été construits en y intégrant des pièces et applications de Montaz-Mautino.  Ces nouveaux produits ont aussi été installés aux quatre coins de la province et ont permis une percée de Samson jusqu’à Terre-Neuve!

Au fil des ans, bien que la morphologie des chaises ait peu changé, les pylônes ont quant à eux subi quelques modifications. Au départ, ce sont des pylônes en forme conique qui étaient manufacturés. Ce procédé permettait d’utiliser une épaisseur de feuilles de métal moindre, ce qui s’avérait plus économique en matériaux tout en étant aussi solide. Par contre, cette procédure était plus complexe lors de la confection et les fabricants en sont venus à en construire sous forme tubulaire.

C’est en 1988 que les Industries Samson ont livré les dernières remontées. Il s’agissait d’un télésiège quadruple destiné à Marble Mountain et d’un téléski commandé par le mont Béchervaise. Par la suite, devant faire face à un marché toujours plus concurrentiel et à des avancées technologiques toujours plus poussées, au moment où les plus grandes compagnies de télésiège se regroupaient, les Industries Samson ont préféré se retirer de ce marché. De plus, depuis quelques années, l’industrie du ski préférait les télésièges débrayables dont la popularité était en forte hausse au cours des années 1990. Pour arriver à suivre la vague, Samson aurait dû réaliser de très importants investissements qui auraient probablement mené la compagnie en situation précaire. Depuis, ils sont retournés à leurs anciennes amours de l’époque où ils réparaient et réusinaient  diverses pièces de machinerie. Ils offrent un service de réparation en atelier de même qu’un service d’atelier mobile.

Bien qu’ils se soient retirés du marché de production des remontées mécaniques, Samson a conservé certaines activités qui y sont reliées. Ils continuent de fournir un service de suivi et un plan d’entretien sur les remontées dont ils sont le constructeur. Il réusinent et fabriquent de nouvelles pièces en atelier. Les Industries peuvent également procéder au déplacement d’une remontée sur demande d’une station. Comme le mentionnait monsieur Fagnan, une remontée peut avoir une longue durée de vie, il s’agit d’assurer un entretien rigoureux et de changer les pièces qui posent problème sans hésiter. Tout se change sur un télésiège, qu’il s’agisse d’une roulette, d’une chaise, d’un moteur et même d’un pylône s’il le faut!

En finale, on peut conclure que les Industries Samson ont laissé leur marque dans l’univers des remontées mécaniques au Québec et dans ses environs. En plus des 40 télésièges énumérés plus tôt, ils ont fabriqué 171 téléskis doubles, la plupart à tiges rigides, 15 téléskis simples dont quelques-uns débrayables. Et bien que l’on puisse penser que cette compagnie n’ait jamais touché au domaine des télésièges débrayables, il ne faut pas oublier qu’ils ont conçu un télésiège double débrayable destiné pour le mont Sainte-Anne, en 1971. Sa rapidité ne se comparait pas à ce que l’on peut connaître, aujourd’hui, mais il fallait quand même y songer treize ans avant la venue du premier télésiège quadruple débrayable au Québec. En synthèse, on peut retenir que cette petite compagnie de Lévis a su s’adapter aux besoins du marché à chaque époque, ce qui peut expliquer sa pérennité depuis les années 1880.

Mise à jour 2020: Monsieur Luc Fagnan a pris sa retraite depuis la rédaction de ce reportage; l’entreprise est maintenant dirigée par monsieur Claude Fradette. En contrepartie, la dernière réalisation de M. Fagnan aura été de trouver un nouveau local pour les Industries Samson en 2013, suite à l’expropriation de l’entreprise par la ville de Lévis, afin de réaménager les berges du fleuve Saint-Laurent. Maintenant l’entreprise a pignon sur rue dans le parc industriel de Lévis.