Dans une sorte de no man’s land : c’est mon feeling alors que je regarde l’horizon au sommet du Mont Adstock, après avoir fait une première ascension en peaux avec deux locaux, Raphael Labrie Poulin et Félix Benjamin-Nobert. Les deux ont participé au développement du nouveau secteur hors-piste de cette montagne près de Thetford Mines, à la croisée des régions du Centre-du-Québec et de Chaudière-Appalaches.

Alors que nous nous dirigeons vers la première des deux descentes aménagées sur le backside du Mont Adstock, nous rencontrons un autre groupe de skieurs, venu profiter de la neige qui, enfin, consacre l’ouverture officielle du secteur de randonnée alpine. C’est dans la Sasquatch que nous choisissons de nous élancer.

La descente est longue, plaisante, poudreuse. La cassure du sommet est plus complexe à négocier, mais plus tard le sous-bois s’ouvre et la pente s’adoucit.

Une rando en trois temps

L’engouement pour le ski de randonnée alpine est indéniable cet hiver, et heureusement plusieurs initiatives – comme celle que nous vous présentons ici – permettent de diversifier l’offre. Et au Mont Adstock, tout a été pensé pour, justement, offrir une expérience diversifiée pour les skieurs de tous les niveaux, de ceux qui veulent s’initier jusqu’aux plus aguerris.

L’expédition commence!
Plusieurs cartes permettent de bien guider les skieurs.

La première partie du sentier qui sillonne dans la forêt est douce et débouche sur une ouverture à la piste Desjardins. Comme me l’expliquent Raphael et Félix, cette option permet au skieur débutant – qui veut faire de la rando alpine mais qui n’a pas nécessairement fait beaucoup de ski dans sa vie – de pouvoir s’initier au sport et de redescendre dans une piste large sans arbres.

La montée se poursuit, toujours dans la forêt, avec des points de vue sur le Lac à la Truite. La montée n’est pas encore trop abrupte, mais l’inclinaison augmente.

Félix (à l’avant-plan) et Raphael ont participé au développement du secteur hors-piste.

On croise ensuite les sous-bois en arrivant au secteur intermédiaire. Il s’agit de la partie finale des descentes, qui est plus ouverte et moins inclinée que le haut. Le skieur intermédiaire y trouvera son compte pour un 100 mètres de dénivelé super plaisant à sillonner entre les arbres.

Il est possible de trouver sa ligne non tracée dans le secteur intermédiaire.

La partie finale de l’ascension est plus technique, tout comme la descente. Le sommet du Mont Adstock, peu importe son versant, est très incliné. C’est un défi pour la montée à certains endroits et, à défaut d’enlever ses skis pour négocier une passe technique, une corde a été ajoutée pour aider le grimpeur.

Raphael négocie un passage d’ascension plus technique. À l’arrière, le début du secteur intermédiaire.

Au sommet, des éclaircies dans la forêt permettent d’apprécier le panorama… quand l’absence d’un couvert nuageux dense le permet.

Notre seconde descente se fait dans l’autre piste, la Belzébuth. Similaire à la Sasquatch, c’est-à-dire assez inclinée et technique avant de s’adoucir et de s’ouvrir, elle offre une option parfaite pour répartir l’achalandage.

On me confirme également qu’une troisième piste sera disponible l’année prochaine… À suivre, donc.

Plein d’obstacles et de features

Une des particularités du secteur hors-piste du Mont Adstock est la présence de quelques caps de roche (ne vous en faites pas, il y a des chicken pass). Il y a aussi plusieurs roches à sauter, pour qui aime s’amuser et se donner des frissons en descendant.

En route vers l’après-ski

Du sommet, on peut évidemment rejoindre les pistes damées et redescendre à la base de la station de ski. On peut aussi redescendre dans le secteur hors-piste et utiliser le sentier de rando qui porte bien son nom : Après-ski. Celui-ci ramène le skieur dans la dernière partie de la piste Desjardins, permettant de faire quelques virages relaxes avant de déboucher sa bière…

Plus d’information

La carte des sentiers et des pistes, les tarifs et les conditions sont disponibles sur une page dédiée à la randonnée alpine au Mont Adstock.

Les membres de la Fédération québécoise de la montagne et de l’escalade (FQME) bénéficie d’un rabais de 25% sur les tarifs de randonnée alpine.