VOS SPORTS:
Publication partenaire

La chasse aux tempêtes de Mathieu Bordage

30 octobre 2015 | Chronique, par Nicolas Dussault
Photos Mathieu Bordage / Mathieu Lussier

En parcourant ZoneSki.com, on constate un grand engouement des skieurs pour la météo et le climat. Que ce soit pour chasser la neige poudreuse ou fuir les redoux, il faut se tenir bien au fait des tendances météorologiques à moyen et court terme. Certains membres de notre forum en ont même fait leur spécialité. En attendant le froid, on vous propose un voyage mouvementé dans l’univers de Mathieu Bordage, chasseur de tempêtes!

Xtreme Chase Québec

XCQ B-WMathieu Bordage est l’un des membres fondateurs de Xtreme Chase Québec, une équipe québécoise de chasseurs de tempêtes fondée en 2012 et qui compte plus de 6000 adeptes sur leur page Facebook. Les six membres du groupe parcourent chaque année des dizaines de milliers de kilomètres pour assister à des phénomènes météos extrêmes ou inusités à l’aide de leurs véhicules personnels truffés d’instruments spécialisés. Ils publient, souvent en temps réel, photos, vidéos et analyses météos de leurs aventures afin de partager leur passion et du même coup informer la population des dangers reliés aux intempéries.

Mathieu se définit comme un touche à tout. Il a un travail de jour en plus d’être photographe météo pigiste pour le Journal de Québec entre autres. Possédant une solide base en météorologie et une formation en premiers soins, il s’intéresse à tous les types de phénomènes naturels incluant les orages, les éclairs, la grêle, les tornades, les inondations, les aurores boréales et… les tempêtes de neige! Lorsqu’il n’est pas au travail, il est à l’affut et prêt à partir à la moindre alerte météo.

La chasse aux tornades

Il s’agit certainement de l’activité fétiche des chasseurs de tempêtes. Comme au Québec on enregistre généralement que cinq ou six tornades par année, il faut aller dans les grandes plaines américaines pour vivre l’expérience à fond. Chaque printemps, Mathieu et ses acolytes se rendent dans la Tornado Alley, un corridor s’étendant du Dakota du Sud jusqu’au Texas, site réputé pour ses très nombreuses tornades. J’anticipe la question qui brule vos lèvres : mais comment une chasse aux tornades peut-elle bien se dérouler et terminer?

Attention, la chasse aux tornades est une activité complexe et potentiellement mortelle qui ne devrait être pratiquée que par des gens qualifiés pour le faire!

Étape 1 : faire des prévisions météo

La veille et le matin du départ, on fait des prévisions météos afin de tenter de déterminer quel est le secteur présentant les conditions les plus favorables à la formation de tornades. Pour ce faire, il faut un peu de chance, pas mal de flair, et surtout une excellente compréhension des données météos fournies entre autres par les radars américains accessibles via internet.

Étape 2 : se rendre dans la zone à risque

Très tôt le matin, c’est le départ! On se rend dans la région choisie tout en surveillant l’évolutions de la météo en temps réel. Il faut parfois parcourir plusieurs centaines de kilomètres afin d’arriver à destination. Les tornades peuvent survenir à n’importe quelle heure mais sont plus fréquentes en fin de journée. Les véhicules des chasseurs, arborant souvent les marques causées par la grêle et les débris transportés par le vent, sont équipés de webcams permettant aux internautes de suivre la chasse en temps réel.

Étape 3 : suivre les orages

Comme les systèmes météos se déplacent presque toujours vers le nord, leur trajectoire est plutôt prévisible. Le plus souvent, on se positionne au sud-est de l’orage afin d’avoir un bon point de vue, sans toutefois se trouver dans sa trajectoire. On surveille particulièrement la formation de nuages murs en rotation, desquels naissent les tornades. Il faut également prendre connaissance de l’emplacement des routes environnantes afin d’être en mesure de s’éloigner rapidement en cas de danger.

Étape 4 : observer une tornade

C’est notre jour de chance, une tornade se forme! L’adrénaline est à son comble! On espère toujours qu’elle survienne dans un champ afin qu’il n’y ait pas de dégâts. Des vents variant généralement entre 100 et 300 km/h soufflent à proximité. On alerte les autorités tout en filmant et photographiant la spectaculaire scène. En tout temps, on tient compte de l’évolution de la trajectoire de la tornade afin de demeurer à une distance sécuritaire. Si les vents sont trop violents et que des débris volent à proximité de la voiture, il faut s’éloigner.

Bien que généralement les tornades suivent une trajectoire rectiligne, il peut arriver qu’elles bifurquent soudainement dans une autre direction. Cela a d’ailleurs coûté la vie d’une équipe constituée de trois chasseurs professionnels pourtant très expérimentés en Oklahoma en 2013. La configuration du terrain ne leur a donné aucune chance de pouvoir se sauver avant d’être emporté par les vents très violents.

Lorsqu’on demande à Mathieu Bordage quel est le plus grand fait d’arme de son équipe, il répond sans hésiter l’interception de la tornade de Baxter Springs le 27 avril 2014. Classée de force 2 sur une échelle de 5 avec des vents de 200 à 215 km/h, cette tornade est passée en plein milieu de la petite ville et a fait une vingtaine de blessés.

Étape 5 : venir en aide aux sinistrés… ou continuer la chasse!

Si la tornade observée a touché la population, on arrête tout afin de venir en aide aux sinistrés. Si elle n’a fait aucun dégâts humains et que la météo est favorable, on peut poursuivre la chasse. Dans des conditions idéales, une même tempête peut engendrer jusqu’à une trentaine de tornades.

La tempête de neige de janvier 2015 dans le Maine

La tempête de neige majeure des 26 et 27 janvier 2015 a fait plusieurs envieux parmi les skieurs québécois. Mathieu et l’un de ses coéquipier se sont rendus dans la région de Portland (Maine) afin d’assister aux fortes chutes de neige annoncées. À leur arrivée vers minuit, les vents étaient forts et atteignaient 70 km/h. Peu après, une vingtaine de centimètres de neige sont tombés en à peine deux heures. Sur la pointe d’une île située un peu plus au sud, ils ont eu droit à des vents violents pouvant atteindre 130 km/h ainsi que des vagues de deux à trois mètres de hauteur. Au total, cette tempête a laissé 91 cm de neige sur la région. Le lendemain matin, ils ont repris la route vers le Québec. Il leur a fallu plus de dix heures pour se rendre à Montréal en raison des mauvaises conditions routières. Toutes ces aventures démontrent à quel point Mathieu Bordage et son équipe de maniaques météos sont passionnés par leur… art!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Nicolas Dussault
Musicien professionnel et enseignant, Nicolas est passé d'un mode de vie sédentaire à actif il y a quelques années déjà. En plus de pratiquer le vélo, la randonnée et le ski alpin, il aime observer et analyser ce qui l'entoure. Ses conclusions ne sonneront pas faux à vos oreilles car Nicolas voit juste!