Le Mont Sutton occupe une place particulière dans mon cœur, puisqu’il s’agit de la montagne dans ma cour arrière depuis presque 20 ans maintenant. J’ai toujours aimé son côté naturel, ses sous-bois, l’accueil chaleureux de son personnel aux différents chalets, son microclimat qui lui procure un enneigement plus généreux que certaines autres montagnes de la région et ses secteurs plus inclinés. C’est vraiment le genre de montagne qui forme un certain type de skieur car il faut aimer les bosses et les pistes au naturel pour y trouver son compte. Depuis l’acquisition de la montagne par ses nouveaux propriétaires en 2016, non seulement la montagne a su conserver son cachet mais elle se modernise pour le mieux et fait face aux nouveaux défis de l’industrie, avec des investissements totalisant près de 10M$ dans différents aspects de l’expérience en montagne. C’est d’ailleurs l’automne dernier que la montagne a annoncé une deuxième phase d’investissements majeurs afin de diversifier et de développer leur offre 4 saisons, mais nous nous concentrerons principalement sur les améliorations hivernales de la montagne. 

Un des investissements notoires est sans contredit celui fait dans leur système d’enneigement mécanique des pistes. Malgré le fameux microclimat dont bénéficie la montagne, les changements climatiques sont malheureusement plus présents que jamais et ont pour effet, entre autres, de raccourcir considérablement la saison dans la région des Cantons de l’Est. La neige et les températures froides arrivent plus tard et la chaleur printanière arrive plus rapidement. Au cours des 5 dernières saisons, c’est 5M$ qui ont été investis spécifiquement dans les conditions de ski, avec un meilleur système permettant une neige fabriquée de meilleure qualité, en quantité supérieure, et mieux dispersée sur l’ensemble du domaine skiable. Avec le froid qui fait rage ces jours-ci, j’ai pu constater que la montagne a ouvert les vannes à pleine capacité au niveau de l’enneigement. Attention de ne pas s’aventurer dans les pistes fermées, particulièrement en ce moment car beaucoup de tuyaux et de machinerie y sont dispersés. 

En plus des canons, la station s’est dotée de nouvelles dameuses Prinorth (fabriquées dans la région), dont une équipée d’un treuil, permettant de travailler les pentes plus abruptes. Les vieilles machines de type Tucker, iconiques de la station, demeurent toutefois dans la cour de la machinerie et sont toujours utilisées, en plus des nouveaux équipements. Je vais vous avouer qu’il est peu fréquent de skier du très beau damé à Sutton. Ce n’est évidemment pas l’attrait principal de l’endroit mais j’ai pu noter une nette amélioration quant pistes travaillées cette année, et ce, malgré la saison très pauvre en neige que nous vivons présentement. 

Encore une preuve de la volonté de fer des propriétaires de moderniser la montagne, c’est le passage aux lecteurs RFID au lieu des billets imprimés. Bye-bye billets de couleur, files d’attente interminables lors des journées de poudreuse, ou encore l’achat de billet la veille pour prévoir sa journée de tempête le lendemain: il est maintenant possible de recharger sa carte d’accès directement sur le site (oui oui, vous m’avez bien lu!) et d’acheter des billets pour plusieurs journées en ligne. C’était, à mon avis, un service que la montagne tardait à offrir alors que presque toutes les montagnes des Cantons étaient passées au RFID, et un autre pas extrêmement bien accueilli vers la modernité de la montagne. 

Mon dernier point coup de cœur est l’amélioration de l’offre de randonnée alpine de Sutton. En effet, bien qu’ils aient ouvert leur nouveau sentier d’ascension au stationnement du V l’hiver dernier, celui-ci se trouve maintenant mieux balisé, somme toute bien entretenu et bien affiché sur la carte des pistes de randonnée. Plus court pour se rendre au sommet que le sentier partant du P1 et du P2, il est plus abrupt et nécessite un peu plus d’habiletés que celui de l’autre côté de la montagne. Si c’est votre première expérience, je vous recommande de commencer par le sentier principal. Intéressant pour ceux qui en sont à leurs premières expériences et qui hésitent à s’équiper, la boutique de location offre maintenant du matériel de ski de randonnée en location journalière. À mon humble opinion, Sutton n’avait pas vraiment le choix d’améliorer son offre de ski de randonnée; la station était tellement victime de son succès que si la direction ne faisait rien, ç’aurait été le chaos dans les sous-bois tellement l’activité a pris son envol. 

Présentement, les conditions ne sont pas du tout à leur meilleur je dois vous avouer, mais la montagne fait des efforts herculéens pour nous offrir une saison de qualité, et avec la neige qui s’en vient, je suis persuadé que Sutton parviendra encore et toujours à attirer, non seulement les super mordus du ski, mais également un plus grand public. Les investissements faits dans les dernières années vont définitivement dans ce sens et, ce n’est encore qu’un début! J’ai bien hâte de voir ce que les prochaines années nous réservent, tout ce que je souhaite cependant, c’est que la montagne ne perde pas son cachet rustique qu’on aime tous tant.

Article précédentMont-Sainte-Anne, au rythme de la météo
Article suivantSommet Olympia: le temps d’une peau
Félix est un passionné du ski, de la technologie et de l'art visuel. Curieux de nature, il se garde bien informé sur tout ce qui touche de près ou de loin ses passions et tout comme Ron Fournier, adore "donner son deux cents" à ses lecteurs. Chasseur de tempêtes pour tracer les plus beaux sous-bois de la province, sa maxime dans la vie est celle-ci : "Ta pire journée de ski est toujours meilleure qu'une journée ordinaire au travail".