Afin d’aider les néophytes à se familiariser avec la sensation de glisse sur le sable, l’équipe de la SandSnow School prend en charge les skieurs et planchistes dès leur arrivée sur le site de l’Oasis de Huacachina. Lors de ma première journée, Alejandro Veliz m’accompagne et m’explique la technique, la méthode de cirage et me parle aussi de l’histoire du ski et de la planche sur le sable au Pérou.

Des bases de ski adaptées

D’abord, il faut savoir que les skis sont adaptés pour assurer la glisse sur le sable. La base traditionnelle du ski est recouverte d’un matériau composite appelé «formica». Il s’agit d’un plastique laminé apposé sur la base du ski, qui est ensuite poli avec du papier sablé pour former une surface lisse. Puis, avant chaque descente, il faut appliquer partout sur la base du ski de la cire non fondue provenant d’un bout de chandelle, qui s’étend ensuite uniformément au contact du sable chaud. Le ski devient alors très glissant, à peu près comme sur la neige après un bon cirage.

Une technique un peu différente

La technique de descente diffère légèrement de celle sur la neige. La plus grosse différence se situe au niveau de la mise à carre, qu’il faut éviter sur le sable sous peine de ralentir; le défi consiste alors à laisser les skis le plus à plat possible, même dans les virages, pour conserver sa vitesse. J’avoue que c’est l’aspect qui m’a donné le plus de fil à retordre, puisque c’est difficile de modifier cette partie de la technique.

La notion de vitesse est également un peu plus difficile à gérer. Dès qu’on arrive en bas de la dune, la vitesse se perd très rapidement. C’est pourquoi les dunes skiables ont une inclinaison très prononcée, entre 35 et 45 degrés, afin de permettre au skieur de conserver sa vitesse tout en effectuant des virages. Autre aspect qui diffère: on doit mettre son poids un peu plus sur les talons pour garder sa vitesse tout au long de la descente et question aussi d’anticiper le plat au bas de la dune.

Un peu d’histoire

Le sandbording traditionnel (planche sur sable), qui consiste à descendre une dune en ligne droite, à plat ventre sur une planche, existe depuis très longtemps au Pérou. La légende veut que cette pratique remonte aussi loin que la culture mochica (une culture pré-Inca ayant évolué de l’an 100 av. J.-C. à 800 apr. J.-C.), alors que les individus utilisaient des planches pour descendre les dunes lorsqu’ils se déplaçaient à travers le désert. Cet usage utilitaire s’est par la suite transformé en loisir, et fut popularisé à l’échelle nationale à partir des années 1980 avec comme lieu de pratique principal l’Oasis de Huacachina.

En 2007, Martin Guerra – fondateur et codirecteur de la SandSnow School – entreprend de promouvoir et de professionnaliser, dans son pays natal, une pratique qui gagne en popularité, soit la fusion entre le sandboarding traditionnel et la planche à neige pratiquée sur le sable. Par la même occasion, il entame le développement de ce «nouveau» sport à différents endroits sur la côte du Pérou, en majeure partie désertique et présentant plusieurs possibilités de glisse grâce à de hautes dunes, certaines ayant même un dénivelé de 1200 mètres comme le Cerro Blanco près de Nazca et le Toro Mata près d’Acari. Aujourd’hui, plusieurs compétitions de planche sur le sable se tiennent au Pérou, et l’équipe de la SandSnow School et ses partenaires offrent même des cours d’initiation aux enfants.

L’histoire du ski «professionnel» sur le sable au Pérou est plus récente, bien qu’on le pratique depuis les années 1950 en Europe et en Océanie, et même au Québec sur les dunes de Tadoussac. C’est en 2014 qu’un skieur suisse, Laurent Bernhard, s’allie à Martin Guerra pour implanter le volet «ski» au sein de l’organisation SandSnow School. Cette dernière est la seule école professionnelle de ski et planche sur le sable en Amérique, et au-delà de l’accueil des touristes skieurs et planchistes, Martin, Laurent et leur équipe travaillent à développer une culture pour ce sport au Pérou.

Pour en savoir plus, consultez le site Internet de SandSnow School ou la page Facebook