VOS SPORTS:
Publication partenaire

Les Alpes-Maritimes: Espace Lumière

29 janvier 2019 | Récit de voyage, par James Michaud
Photos James Michaud

Enfin, la dernière étape de mon itinéraire, de loin le plus grand domaine de ski de ce voyage aussi bien que dans les Alpes du Sud: l’Espace Lumière qui comprend Val d’Allos (180 km de pistes) et le Seignus (50 km). En provenance de Valberg, il n’y a qu’une vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau qui les séparent, pourtant le trajet en voiture dure deux heures à travers des ravins magnifiques, des petits villages historiques au bord des falaises, et surtout la gorge pittoresque de Daluis. J’ai vite constaté que la topographie de canyons rouges et un climat sec rappellent rapidement le sud de l’Utah.

À ma grande surprise plusieurs fois en voiture j’ai croisé des loups et des sangliers en train de flâner paisiblement dans la campagne. Ça, c’est quelque chose qu’on ne voit absolument pas au nord des Alpes; c’est-à-dire qu’on voit bien comment cette région qui a gardé un peu ses racines sauvages. Selon les habitants, les loups s’occupent généralement de leurs affaires; par contre, ils se méfient des sangliers (et ce sont des bêtes énormes!) car ils creusent de grands trous dans les jardins!

Ayant l’Hôtel du Hameau à la Foux d’Allos comme QG (petit déjeuner buffet extraordinaire!), j’ai commencé ma visite avec Le Seignus, qui pourrait facilement être connecté au circuit principal du Val d’Allos, mais ils l’ont gardé séparé en tant que station plutôt locale et familiale. Toutefois, elle mérite un jour complet de visite à cause de sa tranquillité et ses longues descentes.

Le lendemain, j’ai fait un tour dans le domaine Val d’Allos, situé entre les sommets de la Grande Séolane et des Trois Evêchés, et divisé en deux secteurs principaux, La Foux et Pra Loup. Bien que je n’aie vu qu’une partie de l’ensemble, il m’a beaucoup impressionné par sa grande diversité du terrain, son étendue, son dénivelé de 1200m, et ses panoramas magnifiques sans parler de la gentillesse des gens et le soleil omniprésent.

Il faut aussi mentionner le village avoisinant de Barcelonnette, au bas de Pra Loup. On dit qu’à la fin du XIXe siècle, bon nombre de ses habitant sont partis pour le Mexique, où ils sont devenus des entrepreneurs prospères. Plusieurs années plus tard ils ont fini par rentrer chez eux avec de nombreuses influences culturelles latino-américaines; ce serait l’origine de son fameux festival mexicain qui se produit tous les mois d’août.

Si vous avez raté l’introduction de mon voyage: Les Alpes-Maritimes: du ski azuréen!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/forge/zone.ski/public/wp-content/themes/uniqmag-premium-theme/includes/single/post-tags.php on line 10

À PROPOS DE L'AUTEUR

James Michaud
Spécialiste de marketing, James est un skieur américain qui a vécu un peu partout: Berlin, Nice, Boulder, Albuquerque, Chicago, Montréal, New York City/New Jersey. Il croise l'Amérique du Nord et les Alpes en quête d'expériences montagnardes uniques, surtout les stations de ski loin des sentiers battus. Il se passionne non seulement pour la poudreuse, mais aussi pour la culture des endroits qu'il visite.