Seul au monde

La journée a commencé par la vue d’un magnifique orignal qui me barrait la route. Aujourd’hui, on peut dire que j’ai profité de la journée au maximum. Comme il n’y avait pas beaucoup d’achalandage en ce début de semaine, j’ai optimisé les descentes jusqu’à en avoir mal aux jambes… ce qui n’est pas difficile avec 770 mètres de dénivelé. Dans plusieurs pentes on dirait que j’étais seule au monde, ce qui me permettais de faire des grands virages en « S » à volonté. Il y a un moment de la journée où j’ai skié dans un nuage de brume, j’ai vécu un moment de solitude qui était agréablement apprécié. C’était spécial de ne pas voir plus de 20 pieds en avant ni la vue emblématique du fleuve.

Dans la Gagnon

Hors norme

Pour la mi-février, la région de Charlevoix n’échappe pas comme d’autres régions au manque de neige, mais comme le bon vieux proverbe le dit : quand on a pas ce qu’on aime, on aime ce que l’on a. Le sous-bois Dominique-Maltais était intéressant, mais il fallait constamment être sur nos gardes face aux roches et aux différents obstacles. Par contre, bien que court, j’ai bien aimé le sous-bois la Rigolette qui n’a pas trop d’inclinaison et qui est bien fourni en neige. La piste très pentue la Fénomène était à bosses aujourd’hui et le couvert de neige était très mince par endroit, surtout au début de la pente où on voyait très bien la végétation. Mais plus je descendais, mieux j’appréciais la glisse.

Dans la Rigolette
Dans la Dominique Maltais
Dans la Fénomène

Le Yin et le Yang

Pour les pentes damées, j’ai apprécié la Petite-Rivière, La Gagnon et la Jean-Noël puisqu’elles étaient bien travaillées, elles avaient une bonne base donc le fond n’était pas si dur. La largeur des pentes est agréable pour la liberté de nos prouesses. Par contre, j’ai moins aimé la Lavoie qui avait un fond durci et la neige était balayé par les skieurs et les planchistes. En général, la plupart des pistes damées étaient superbes.

Dans la Petite Rivière
La piste La Combe

La petite précieuse

Malgré mes couvre-bottes, j’ai toujours froid aux orteils lors de mes sorties de skis, alors je me suis munie de semelles chauffantes. C’était le grand jour pour les tester dans mes bottes de ski. Elles sont branchées dans des piles qui sont contrôlées via l’application Bluetooth sur mon cellulaire, c’est très simple à utiliser. COVID oblige, on doit se changer à l’extérieur ou dans la voiture… je commence déjà à geler des orteils. Je commence alors à faire chauffer mes semelles et croyez-moi ce n’est pas long que je les sens. J’ai bien aimé mon expérience aujourd’hui et je n’ai pas eu froid aux pieds, de plus ça aide beaucoup à les garder au sec bien entendu !

Bien au chaud dans mes bottes
Dans la Fénomène