Pour ma première visite au mont Comi, j’ai eu droit à toute une journée de poudreuse profonde. Quelle journée! Dès mon arrivée vers 10h, il était possible de tracer à souhait un peu partout! La base naturelle faisait, selon le test très scientifique du bâton de 135cm, plus d’un mètre en bordure de piste:

En piste, ça donnait ce genre de résultat: poudreuse aux genoux, taille parfois, on en mangeait aussi plein la gueule et on flottait très bien! Une journée qui change radicalement des conditions de neige artificielle, souvent granuleuse que j’ai rencontré depuis le début de la saison au sud du Québec.

Maxime dans le sous-bois II:

Bruno dans le sous-bois Écureuil:

Alex dans le bas du sous-bois Chevreuil:

La poudreuse la plus profonde se retrouvait par contre dans le sous-bois III, large, vaste, à pic où la photo de couverture a été prise vers midi. Voici aussi Maxime en action dans ce sous-bois:

Mêmes les pistes du secteur « Poma » étaient ouvertes. De belles pistes double-losange qui offraient une couverture naturelle parfaite:

Skier ce genre de terrain expert / extrême ouvre l’appétit! Mention plus qu’honorable au cipaille offert au menu ce midi et que dire de cette succulente tarte au sucre, le tout pour un prix plus que raisonnable.

Que dire de la température? Même si le mercure indiquait -15, avec le genre de piste que nous avons skié aujourd’hui, nous n’avons évidemment pas eu froid!

En tout 21 descentes les plus agréables les unes que les autres. Même le terrain damé était excellent: une base de neige naturelle non-croûtée parfaite pour le carving et y aller à fond, même avec mes fat skis:

On m’a souvent parlé du mont Comi. J’ai pu enfin découvrir sous son meilleur angle ce petit bijou de centre de ski de la région du Bas-Saint-Laurent. À bientôt je l’espère bien!

Bon ski!