Pour moi, le Mont Édouard est devenu un rituel incontournable. J’y planifie plusieurs séjours à chaque saison de ski. Plus j’y retourne, plus forte est mon attirance à l’Anse Saint-Jean et plus je trouve des raisons d’y revenir. La principale est bien évidemment, comme le dit la signature : Skier Géant. À la base on vient au Mont Édouard pour le ski, en grand! La montagne : imposante, pittoresque, vaste, va vous offrir plus d’aventures et de défis que le nombre d’histoires que vous pourrez raconter à votre retour et ça c’est une garantie. Sans parler des nouveautés qui rendent le Mont Édouard votre destination de choix pour votre prochaine escapade, vacance ou visite. On compte donc cette année deux nouveaux secteurs un de freeride et l’autre hors-piste, plus de poudreuse pour plus de skieurs. L’implantation d’un système de guérites automatisées à la fine pointe de la technologie facilite l’accès au domaine skiable pour les usagers grâce à la recharge en ligne. Les opérations 7 jours semaines sont sans doute ce qui vous rendra la plus heureuse ou heureux, une fulgurante augmentation de 15% des journées de glisses offertes durant la saison. Finalement, une échelle de prix flexible se voulant plus juste pour améliorer l’accessibilité au ski pour tous.

Le secteur des Géants a été un de mes versants favori à skier cette semaine, mais j’assume que la couverture neigeuse stabilisée fut tout aussi plaisante sur les autres secteurs accessibles à l’approche du week-end.
La Sauvage (0.5) est clairement ma piste préférée en station.
Chaque sommet, chaque crête atteinte est un plaisir pour les yeux ainsi que les poumons.

UN BRIS FORT BIEN GÉRÉ

Une tuile a bien frappé le télésiège ‘A’ la semaine dernière alors qu’on notait une pièce défectueuse sur la roue de retour (celle qui permet le retour du câble au sommet). L’expérience et le dynamisme des équipes du Mont Édouard et de l’entreprise Doppelmayr ont certainement permis de gérer la situation avec un efficacité déconcertante. Le retour à la normale est toujours prévu au plus tard ce samedi 27 février pour le grand plaisir des adeptes de glisse. Au moment d’écrire cette chronique il apparaît qu’on sauvera la relâche scolaire pour tous. Les conditions de glisse en pistes sont phénoménales, la neige d’une superbe qualité, le travail des pistes de qualité supérieure, la montagne s’offre à vous.

Les éloges de toute la communauté locale n’ont pas manqué pour féliciter d’une part le travail du Mont Édouard pour la remise en service du télésiège ‘A’, mais ô combien plus face à la transparence avec chaque étape de cet imbroglio, vivement son retour en service sous peu!

LA RELÂCHE SCOLAIRE

Restez à l’affût des détails d’une impressionnante panoplie d’activités tout aussi palpitantes que respectueuses des mesures de prévention de la pandémie, celles-ci seront publiées via le site Web du Mont Édouard. Si vous aviez songé passer la période du 27 février au 7 mars 2021 au Mont Édouard, vous avez bien choisi. Si vous cherchez encore, il reste sans doute d’excellentes opportunités d’hébergement. Ce jeudi matin il restait des disponibilités en refuges au sommet des secteurs haute-route.

Étienne, guide et patrouilleur s’affaire à aplanir certaines portions des sentiers d’ascension de haute-route, la rumeur veut que vous puissiez aussi le croiser à l’Auberge le Camp de Base avec laquelle il est personnellement impliqué. Comme quoi les gens de la place, font tout pour vous mettre à vos aises à l’Anse Saint-Jean.
Avec une balade en traineau à chiens, vous tomberez sous le charme d’une meute très accueillante (que vous appréciez ou non de vous faire lécher la main, voire le visage).

UNE SEMAINE MÉMORABLE (COMME CHAQUE FOIS)

Arrivé dimanche dernier, j’y ai passé une fabuleuse semaine; me plaindre de l’absence du télésiège ‘A’ serait franchement déplacé. Ce fut incroyable et j’y ai encore fait des découvertes, à commencer par l’exploration des secteurs haute-route sans avoir eu assez de temps pour en faire le tour complet. Pour les lectrices et lecteurs qui pratiquent la randonnée alpine, depuis votre départ le matin au retour le soir à travers le domaine vous serez conquis. Je ne crois pas qu’il y ait de meilleure destination, aussi complète, au Québec. L’ensemble du domaine est patrouillé, donc ouvert le matin et fermé aux heures indiquées sur les panneaux par une ou un employé(e) responsable de votre sécurité. Disposées à huit points névralgiques du domaine, vous retrouverez des trousses de secours dotées selon l’éloignement et assurant votre sécurité en cas de pépin. Sachez comment et où les retrouver avant de partir. Comme plusieurs parcours vous mènent à bon nombre de kilomètres de la station ce facteur est bien important. J’en tiens pour exemple un skieur dont la butée avant s’est brisée qui ne pouvait revenir avant la tombée de la nuit. Ce dernier fut récupéré par une motoneige grâce à l’intervention de la patrouille. Si le Mont Édouard est une première pour vous, je suggère fortement de réserver votre guide pour la journée via le service haute-route. Vous serez assuré d’aller droit au but et de bien découvrir le domaine! Avec un peu d’habitude et d’orientation, la sortie autonome vous sera d’autant plus profitable.

Durant la période actuelle, les refuges sont réservés pour ceux qui y séjournent pour la nuit ou en cas d’urgence flagrante, sachez respecter cette règle.
Tracer tôt le matin, profiter du soleil, rien de mieux pour la santé et le bien être.
Au bas des secteurs de haute-route, retrouvez tout ce qu’il faut en situation d’urgence, ou pour vous orienter sur votre prochaine ascension.

EN STATION

La montagne offre un enviable dénivelé de 450m accessible via télésiège. Près de la moitié des 32 pistes sont de niveau expert et près du cinquième sont de bien belles pistes pour les plus novices. Un grand nombre de sous-bois dans le secteur Nord-est est là pour votre exploration, ceux-ci donnent à chaque skieuse et skieur un lieu de prédilection pour se défouler dans la neige, les bosses et la forêt clairsemée. À titre de mise en garde, je m’en voudrais vous faire croire que la présente chronique est complète, elle ne l’est malheureusement pas. Il faudra vous rendre sur place pour constater les omissions et ainsi créer votre propre récit. On vous y retrouve quand?

La Saint-Fiacre (2) profite d’un légère poudreuse soufflée par le vent au cours de la nuit.
La Chicoutimienne (5) sous la chaise ‘B’ pour de beaux virages en carving.
Lors de la prochaine bordée de neige, restez à l’affût de l’ouverture des secteurs 600 et 490 que vous pouvez accéder à même le domaine de la station, il vous faudra par contre l’attirail de randonnée alpine pour en sortir moyennant un ascension beaucoup plus facile que les secteurs de haute-route. Renseignez-vous avant de vous y engager! Le secteur 600 est franchement exigeant et mémorable mais pour le croire il faudra aller le voir.
Votre humble chroniqueur apprécie toujours échantillonner les produits locaux, La Chasse Neige est délicieuse après une journée de ski.