Il fallait flairer la bonne affaire. Le site web du Mont Orford indiquait un blitz d’enneigement artificiel sur la montagne principale de lundi à mercredi. Du coup, zone.ski a mis le cap sur cette destination jeudi pour constater l’état des lieux. Aux dires de skieurs locaux, la montagne a bien changé. Les canons à neige ont dû se faire aller sans répit. Les équipes de travail ont visiblement œuvré d’arrache-pied et la nature a tout à fait collaboré pour permettre de drastiquement améliorer la couverture neigeuse du sommet Mont Orford à la base. Ça a fait grand bien de dévaler sans arrêt le plus haut dénivelé des Cantons-de-l’Est de l’arrivée à la fermeture.

On peut constater l’enneigement à partir du sommet. La base ferme est maintenant en place pour le reste de l’hiver.
Belle glisse par temps très froid, du mordant à en revendre.
Les pistes ouvertes sont prêtes et à pleine largeur. Les skieurs font la pause sans gêner personne.

Il faut admettre que le résultat immédiat n’est pas l’enneigement naturel auquel l’hiver québécois nous habitue. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle neige fabriquée ne cessera de s’améliorer au fil des jours et on s’attend à ce qu’elle permette au Mont-Orford de disposer d’une excellente base de neige pour étirer la saison jusqu’à tard ce printemps. Les détenteurs d’abonnement saisonniers vont reconnaître que le Mont-Orford s’occupe bien de leur saison entière! Dans les jours qui viennent, les équipes d’enneigement mettront du cœur à l’ouvrage notamment sur la réputée piste « 4 km » dont l’ouverture est prévue entre dimanche et mardi, ainsi que la familiale du Mont-Giroux et la Slalom sur le Versant Giroux Est.

Pas le temps de monter l’attirail de camping à l’extérieur, on mange dans sa voiture et on retourne sur les pistes!

Au grand plaisir des skieurs de randonnée alpine, le Mont Alfred-Desrochers le leur est exclusivement réservé. Le remonte-pente n’étant pas en fonction, cela préserve la qualité du domaine aux seuls skieurs qui en méritent la descente à la sueur de leur front. La plupart des itinéraires sont accessibles et ce secteur est uniquement enneigé naturellement. Tel que rapporté par Valérie Collette, conseillère aux communications du Mont-Orford, l’engouement pour la pratique de la randonnée alpine est palpable cette année, notamment en fin de journée et à la lampe frontale (présentement jusqu’à 19h30 et plus tard lorsque le couvre-feu provincial cessera). Il est aussi possible d’emprunter plusieurs autres itinéraires pour gravir le sommet du Mont Orford ainsi que celui du Mont Giroux.

Par -10 celsius, le remonte-pente hybride permet une remontée à l’abris. On se gâte à quelques reprises.
Quelle chance de croiser Philippe-Antoine Gervais, directeur de l’École de Glisse Mont Orford pour une tournée de montagne personnalisée.

Pour skier le Mont-Orford en cette année particulière, il est de mise de procéder en ligne avant d’y arriver. Les quantités de billets journaliers sont limitées. On peut aisément consulter le site web du Mont-Orford pour s’assurer de réserver son billet. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que les week-ends affichent complet plus rapidement que les jours de semaine. N’attendez pas pour planifier votre prochaine superbe journée de ski.

Voici Yves Devault, accompagnateur d’expérience chez Voyages Gendron, un adepte de la randonnée alpine.