Enfin, les prières de certains skieurs ont été écoutées et une tempête de taille pointait le bout de son nez un peu partout au Québec, surtout en Estrie. Les quelques 30 cm reçus vendredi ont permis à Orford d’ouvrir toutes ses pistes ainsi que tous ses sous-bois à notre plus grand bonheur, et ce n’est pas le -27 °C annoncé qui allait nous arrêter. C’est donc avec plusieurs épaisseurs  que nous sommes allés dans tous les versants du Mont Orford.
Voici les conditions en fonctions des différents monts.

Le sous-bois Porc-Épic

Le mont Alfred-DesRochers

En arrivant, nous avons décidé de commencer à dégourdir nos jambes dans la section Est de la montagne. Nous pouvions y retrouver une belle quantité de neige, le vent, bien que présent, se faisait sentir seulement dans les remonte-pentes et il n’y avait presque personne. De mon point de vue, c’est clairement dans cette section que j’ai retrouvé les plus belles conditions de la journée, et ce, peu importe la piste.

Ouin il ne manque pas de neige

Mont Giroux

Après quelques descentes, nous avons tenté d’aller faire un tour dans la section du Mont Giroux. Une fois arrivé, j’avais l’impression d’être sur une autre montagne. Le vent était glacial, la surface des pistes était extrêmement dure et les endroits de poudreuses étaient plus difficile à trouver. Toutefois, j’ai bien apprécié pouvoir regarder la compétition de ski de vitesse qui se déroulait juste en dessus des remontes pentes.  Nous avons donc rapidement décidé d’aller continuer la journée dans la section Orford.

-30°C avec le vent

La section Orford et ses sous-bois

Pour ma part, les sous-bois d’Orford ont toujours été parmi mes préférés. J’adore leur niveau de difficulté et les immenses sapins bordés de neige qu’on peut y retrouver. De plus, ils nous permettent de nous cacher du froid et du vent sibérien de cette journée. Dans la grande majorité des sous-bois, nous pouvons retrouver une bonne couche de neige, mais il faut faire attention puisque certaines roches sont encore présentes. La prochaine tempête réglera sûrement ce problème.

Quoi de plus beau que des sapins enneigés

La section Orford et ses pistes

Les pistes étaient bien couvertes de neige et je n’ai rencontré pratiquement aucune surface glacée. Au contraire, à plusieurs endroits, il y avait de grosses surfaces de poudreuse, notamment sur les côtés de pistes.

La grande coulée

Ma piste coup de cœur

Pour ce qui est des sous-bois, j’ai toujours eu un faible pour l’Écureuil qui se retrouve dans la section Orford. Je ne sais pas si c’est sa position géographique ou le fait qu’elle soit un peu cachée des skieurs, mais je trouve toujours que c’est dans cette piste que nous pouvons retrouver les plus belles conditions.

L’Écureuil

Parmi les autres descentes, j’ai bien aimé faire la 4 km qui se retrouve aussi dans la section Orford. Dans cette longues piste habituellement bien travaillée, de la belle poudreuse s’accumule sur les bords et on peut la terminer dans un snow-park  pour pratiquer quelques sauts.

Le grand V

Les investissements

Pour ma part, c’était la première fois que j’allais à Orford cette année et je dois avouer avoir été agréablement surpris par les nombreux investissements réalisés par la montagne.  Que ce soit le nouveau chalet dans lequel nous pouvons laisser nos skis, les télévisions qui permettent de suivre en direct les conditions dans plusieurs secteurs de la montagne, une immense billetterie ultra rapide ou la nouvelle bulle fermée pour le tapis dans la pente école, il faut avouer qu’Orford n’a pas eu peur d’investir pour notre plus grand plaisir.

Une bulle parfaite pour nous protéger du froid

À tous les lecteurs de Zone Ski, bonne glisse 🙂