Prometteuse?

Étant un optimiste de nature, je crois que la saison au Mont Saint-Anne est prometteuse, et voici pourquoi! D’abord, il semble y avoir unanimité chez les météorologues à savoir que l’on peut s’attendre (cette fois!) à un hiver neigeux. Au moment d’écrire ces lignes, 129 cm de neige sont tombés sur la montagne dont une partie s’est transformée en glace ce qui a pour avantage d’assurer un fond solide et durable aux pistes. Au sud, les pistes faciles – qui sont en superbes conditions – et quelques intermédiaires dont La Pichard sont accessibles depuis l’ouverture. Les pistes du versant nord sont presque toutes ouvertes bien que que passablement fermes dans la section du haut. Le versant ouest offre une seule piste au naturel à ceux qui sont prêts à revenir à pied. L’enneigement intensif des derniers jours a permis d’ouvrir Le Gros Vallon et le Parc de la Grande-Allée pour Noël. La soufflerie se poursuit maintenant principalement dans le secteur de la remontée mécanique l’Étoile Filante. On prévoit ouvrir bientôt La Traverse, la Beauregard et la Crête afin d’offrir davantage de défi aux skieurs et planchistes.

À propos de la télécabine

Ces jours-ci, la station émet presque quotidiennement des communiqués afin de tenir les skieurs informés de l’avancement des préparatifs en vue de la très attendue ouverture de la télécabine Étoile Filante qui prévoit offrir minimalement le même nombre de cabines que l’année dernière, soit 45.

Pour se rafraîchir la mémoire, voici un extrait d’un communiqué daté du 27 septembre dernier :

« Depuis la mi-août, la télécabine est à l’arrêt alors que nous effectuons le remplacement des panneaux de contrôles et de l’ensemble des composantes électriques de la remontée. Ce projet s’élève à 1.5M$ en investissement additionnel aux entretiens annuels. Le projet est un assemblage neuf qui vient remplacer des composantes déjà adéquates dans le but de prolonger la durée de vie de la télécabine. En effet, l’ensemble des inspections menées par les experts et ingénieurs entre mars 2020 et 2021 concluent à sa viabilité. »

Qu’en est-t-il actuellement? Bien qu’on espérait ouvrir la télécabine pour Noël, les derniers tests de rodage ont révélé une anomalie au niveau de l’un des nouveaux transformateurs que l’on vient tout juste de remplacer. Bonne nouvelle : tout indique que son ouverture soit maintenant imminente !

Prendre le pouls de la clientèle

Ça fait maintenant quelques années que je visite presque systématiquement le Mont Sainte-Anne avant les fêtes. Fait amusant, on me faisait remarquer que j’étais allé à cette station exceptionnelle il y a un an jour pour jour comme en témoigne cette chronique du 23 décembre 2020. J’aurais pu reprendre le texte presque mot pour mot si ce n’était qu’à pareille date l’année dernière, la remontée La corde raide du secteur ouest était en fonction et que les pistes plus abruptes étaient un peu plus moelleuses.

J’aime le Mont Sainte-Anne lorsque le ciel est dégagé et lorsqu’il est moins achalandé. J’ai profité de ma visite en solitaire pour prendre le pouls de la clientèle lors des conversations de télésiège. Étant un skieur de niveau intermédiaire, le fait que le secteur expert ne soit pas encore ouvert ne me manque pas particulièrement si ce n’est que pour apprécier l’incroyable vue que nous offre la piste La Crête que j’affectionne beaucoup.

J’y ai croisé bon nombre de jeunes retraités dont plusieurs sont détenteurs de la passe valide en semaine seulement. Il faut convenir que les billets individuels ne sont pas donnés et doivent se vendre plus facilement lorsque l’ensemble du domaine skiable est ouvert. Une femme d’environ 60 ans me disait ne pas se préoccuper de l’ouverture de la télécabine puisqu’elle évite les endroits exigus depuis le début de la pandémie. Cette dame m’a également mentionné qu’elle a l’habitude terminer son ascension à pied plutôt que d’emprunter la remontée La Tortue! Cela démontre un changement graduel de paradigme suite à la montée en popularité du ski hors-pistes qui a contribué à redonner l’idée aux gens qu’il est possible de monter par ses propres moyens. Ensuite, un client régulier dans la quarantaine souhaitait un changement de propriétaire dans les prochaines années afin que le développement de la station se poursuivre tout en étant en phase avec les besoins et préoccupations de la clientèle locale. Il critiquait d’ailleurs assez sévèrement l’épopée de la télécabine. Un autre, beaucoup plus serein, attendait la neige tout en se languissant des sous-bois.

Un beau ciel bleu à la croisée des pistes.

L’ouest ou la poésie visuelle

L’année dernière, je suis tombé littéralement en amour avec le versant ouest de la station en raison de son ambiance et de son décor quasi-poétique!

Mais que se passe-t-il lorsque le téléski La Corde Raide est fermé?

D’abord on peut y skier librement dans une neige laissée au naturel. On a alors l’impression que cette partie de la montagne nous appartient puisque peu ont le courage de prendre le Sentier des Boulots qui permet de retourner à pied ou à glissements lents à la base du versant nord.

D’une longueur de 1,5 km et de très faible inclinaison, ce magnifique sentier semble plus souvent emprunté par des employés à motoneige que par des skieurs. Et pourtant! La piste La Grande Ouest était très belle pour peu que l’on évite les rares petits rochers qui dépassent de la piste. Seul une trace de planche à neige avait précédé les miennes en milieu de matinée.

Lors de la marche du retour, j’ai remarqué un secteur forestier relativement peu abrupte et dégagé situé dans un quadrilatère formé par l’Anore, la Passe à Gio, La Grande Ouest et le Sentier des Boulots. À bon entendeur : serait-il possible de développer une partie de cette forêt en sous-bois intermédiaire tels La Wapiti et l’Orignal à Stoneham? Laissez-moi y rêver d’ici le prochain début de saison au splendide et majestueux Mont Sainte-Anne!