A

Approche : Ce ne sont pas tous les endroits où l’on peut directement commencer à monter sur le flanc de montagne lorsqu’on enfile ses skis. L’approche est le chemin d’accès entre, bien souvent, le stationnement et la base de la montagne qu’on s’apprête à gravir.  

B

Backcountry Skiing : Le backcountry est le fait de partir en ski de randonnée vers des versants/secteurs non-desservis par des remontées mécaniques ou toute forme d’aménagement artificiel. C’est, d’une certaine façon, la forme la plus pure et sauvage de faire du ski de randonnée car comme son nom l’indique, le skieur s’aventure dans l’arrière-pays pour y descendre des pentes naturelles. 

Bâtons télescopiques : Très utiles pour de longues ascensions, les bâtons télescopiques sont des bâtons de ski rétractables grâce aux mécanismes de verrouillage, pouvant être raccourcis pour la descente. Ils sont offerts avec un, deux ou trois mécanismes sur le bâton, leur permettant ainsi d’en ajuster la taille ou de les ranger sur son sac par exemple, dans le cas des snowboarders.

Bottes Tech : Ce type de bottes alpines, dont la forme est différente des bottes de ski alpin classique, est compatible avec les fixations tech. La butée avant est conçue pour pouvoir accueillir les insertions métalliques qui attachent la botte à la fixation tout en permettant un pivot pour les ascensions. La talonnière est conçue d’une façon similaire, de façon à fixer le talon de la botte pour la descente. Les bottes spécialement conçues pour la randonnée alpine sont généralement dotées d’un mode « marche », ce qui donne un plus grand débattement de la partie supérieure de la botte, pour un mouvement plus libre en ascension. Une fois repositionnée en mode « descente », la botte retrouve sa rigidité. Le principal avantage de ces bottes tech est la légèreté, leur principal défaut est le manque d’isolation, ce qui les rend moins agréables à utiliser en station de ski pour du ski alpin régulier.

C

Colle à peaux : La colle utilisée pour que les peaux d’ascension tiennent lorsqu’apposées sur la base du ski est une colle “contact”, avec une texture plutôt gluante, qui lui donne la particularité d’être collée solidement, mais de pouvoir être retirée plutôt facilement. Attention cependant de ne pas échapper les peaux sur le sol, les débris et la saleté affectent l’efficacité de la colle. 

Conversion (Switchback) : Lorsque le sentier d’ascension devient trop à pic, il est coutume de monter de travers  par rapport à l’angle de la piste. On effectue une conversion (changement de direction, souvent à 90 degrés) pour continuer l’ascension lorsqu’il n’est plus possible de traverser le flanc de montagne qu’on monte. Les conversions donnent l’image d’un sentier d’ascension en forme de “Z”.

Coquille (Hard shell) : La coquille est la couche protectrice entre vous et les éléments les plus redoutables de l’hiver tels que le vent, la neige, la pluie et même le froid. Souvent en Gore-Tex ou en fibre équivalente, elle est peu respirante mais hautement étanche pour vous permettre de demeurer au chaud. 

Coquille respirante (Soft shell): Similaire au Hard shell, la coquille respirante a cependant la capacité d’être beaucoup plus respirante que sa cousine, mais en contre-partie est beaucoup moins performante à repousser les éléments tels que le vent, la pluie ou la neige mouillée. Le soft shell va plus souvent être utilisé en tant que couche-intermédiaire (si doublée) ou comme coquille pour le printemps.

Couche de base (Base layer) : Les couches de base sont les vêtements qui se trouvent le plus proche de votre corps dans votre multicouche. Il s’agit habituellement de chandails de sport qui évacuent bien l’humidité, de polars en tissu synthétique ou autres vêtements de sport qui ont comme particularité de bien gérer l’humidité, sans être nécessairement très chauds. 

D

Duvet (Down Jacket) : Élément essentiel de votre multicouche, la veste en duvet (synthétique ou naturel) a la particularité d’être très isolante et très légère. Attention cependant si vous avez un duvet naturel, lorsque mouillé ou humide, par exemple après avoir sué dedans, le duvet perd beaucoup de ses propriétés isolantes. Le nom familier de « doudoune » vient en tête à la vue de ces vêtements légers et faciles à compacter.

F

Free Touring : Activité de ski hors-piste, pratiquée habituellement avec comme seul but de profiter de la descente au maximum et non de performer dans la montée. Se veut un hybride entre les termes Freeride et Touring. Le Free Touring nécessite de trouver des endroits avec des falaises (cliffs) skiables, de construire des sauts et d’exécuter des figures avec style. 

Fixations alpines (Style Tectons, Kingpin, Shift, etc.) : Les fixations alpines sont les plus récentes dans l’univers du ski hors-piste et sont, pour certains, la raison pour laquelle le sport a connu une fulgurante expansion dans les dernières années. Très performantes à la descente, elles peuvent être utilisées lors de journées de poudreuse en station sans problème, et sont même de plus en plus aperçues sur des skis de tous les jours. Une de leurs particularités est qu’elles ont bien souvent une talonnière s’apparentant aux fixations de type DIN standard.

Fixations Low-Tech (légères) : Les fixations Low-tech sont ce que les vétérans du sport ont d’abord connu comme équipement disponible sur le marché. Originellement développées et brevetées par la marque Dynafit, cette dernière disposait d’un monopole sur les fixations avec embouts à pinces métalliques, avant que leur brevet ne soit échu mondialement. C’est d’ailleurs ce qui a permis à plusieurs compagnies d’adopter ce nouveau standard et de développer des bottes avec embouts à métal. Très légères, elles ne sont cependant pas très solides en descente, ayant une petite talonnière et ne sont absolument pas recommandées sur des conditions durcies, en station par exemple. 

H

Haute-route : Faire de la haute-route signifie partir en randonnée alpine avec tout son équipement de camping ou de survie, dans le but de se promener de refuge en refuge ou de camping en camping. Le nom donné à l’activité provient de la route originale reliant Chamonix à Zermatt par les crêtes et cols montagneux des Alpes. Bien entendu très populaire en Europe, ce type d’activité est possible grâce au réseau de refuges très développés chez nos cousins, mais demeure encore relativement inaccessible au Québec, faute de refuges facilement rejoignables les uns aux autres. L’un des secteurs les plus prisés pour la haute-route se situe dans l’arrière-pays du Mont Édouard (Saguenay Lac-St-Jean).

M

Matériel de sécurité avalanche : Bien souvent vendu en “kit”, le matériel comporte trois objets indispensables à avoir dans son sac lors qu’on prévoit des sorties de randonnée alpine dans des secteurs à risque élevé d’avalanches. Les objets sont une pelle, une sonde et le DVA. La pelle est pliable et compacte, similaire à ce qu’on retrouve dans son véhicule, afin de déterrer quelqu’un d’enseveli si le malheur frappe. Elle est essentielle car le temps est compté lorsque quelqu’un est pris dans une avalanche et les précieuses secondes gagnées avec une pelle font bien souvent la différence. La sonde (probe) est un long bâton extensible (souvent jusqu’à 2 mètres de long) qui n’est utilisé que très rarement mais n’en demeure pas moins un élément essentiel du kit d’avalanche. Elle est utilisée lorsque le D.V.A. retrouve une personne ensevelie, afin de piquer en quadrillé la section de neige critique. La sonde, avec ses marquages de longueur, est aussi utilisée lorsqu’on creuse un trou à neige pour évaluer les différentes couches de neiges et avoir des indications de profondeur. Le Détecteur de Victime d’Avalanche (D.V.A.), aussi appelé beacon ou « Émetteur-Récepteur », est un outil essentiel pour s’aventurer dans des terrains avalancheux, mais non nécessaire en station au Québec (il est conseillé dans certaines stations dans l’Ouest ou en Europe cependant). Le DVA doit être mis en mode « send » afin d’émettre un signal détectable par les autres DVA lorsqu’un skieur se retrouve enseveli sous une avalanche. Il s’agit d’un élément essentiel de votre matériel de sécurité d’avalanche et son utilisation doit être bien comprise par tous les porteurs lors d’une sortie hors des sentiers battus. À noter que plusieurs niveaux de cours et formations sont disponibles pour se familiariser avec le matériel spécifique, les terrains avalancheux et les risques inhérents à la pratique du ski dans ces secteurs.

P

Peaux d’ascension : Autrefois constituées de vraies peaux de phoque, aujourd’hui ce sont des matériaux synthétiques qui remplacent la fourrure animale que l’on colle sous les skis. Le sens du poil est primordial : d’un côté, la peau glisse sur la neige et de l’autre, elle s’y agrippe pour avancer et permettre l’ascension en sentier. Les différents matériaux (majoritairement du nylon et du mohair) ont des propriétés distinctes quant à leur poids, leur résistance à l’humidité et à leur glisse. Plusieurs fabricants ont développé leur propre combinaison. Les peaux doivent être taillées de manière à recouvrir la base du ski sans dépasser des carres.

S

Sentier de d’ascension (Skin track) : Sentier dédié à la montée pour les skieurs, habituellement large pour une seule personne. Les sentiers d’ascension sont généralement balisés lorsqu’ils se situent sur des territoires dédiés à la pratique de la randonnée alpine.

Ski d’alpinisme : Ski hors piste, avec comme particularité de combiner la discipline et l’équipement d’alpinisme. Surtout pratiqué en Europe et dans les Rocheuses, les skieurs vont, par exemple, descendre des parois en rappel ou escalader des parois rocheuses, les skis sur le dos.

Slackcountry : Le Slackcountry est le fait de partir en Touring à partir d’un domaine skiable desservi par des remontées mécaniques. Généralement, les montagnes qui offrent ce type de ski ont des sections de leur montagne qui sont dédiées au Slackcountry. Il peut aussi se pratiquer de façon non-officielle, tout simplement en chaussant ses peaux et ses skis au sommet d’une montagne et de partir à l’aventure dans l’arrière-pays.

Splitboard : Ne pas oublier les planchistes! Il faut parler de la plus grande innovation qui leur permet de suivre leurs amis skieurs dans leurs aventures, le splitboard. Comme son nom l’indique, le splitboard est une planche à neige qui peut être séparée en deux sur la longueur, avec un système de re-positionnement des fixations de snowboard, pour leur donner l’agilité de mouvement de deux palettes comme leurs cousins les skieurs. Une fois séparées, les deux moitiés de la planche à neige sont donc utilisables comme des skis, puis lors de la transition, un système d’œillets et d’attaches, spécifique à chaque marque de planche à neige, permet de recomposer la planche à neige. Un désavantage connu de ces planches à neige séparables est cependant qu’elles ont tendance à être moins flexibles et joueuses que les planches à neige en un seul morceau.  

R

Randonnée alpine (Synonymes : Touring, Ski d’ascension, ski de randonnée) : La randonnée alpine est la discipline qui consiste à monter de ses propres moyens (à pied, en peaux ou en raquette) en haut d’une montagne dans le but de la descendre en ski ou simplement de faire une randonnée en ski.

T

Transition (Changement de mode) : La transition est l’étape entre l’ascension et la descente (ou l’inverse): on change de mode (positionnement) sur les bottes (marche ou descente), on retire ou pose les peaux sur les skis, on adapte notre habillement, et on se prépare soit à (re)monter ou (re)descendre. Le terme souvent utilisé est « transitionner », bien que celui-ci ne soit pas officiel dans le dictionnaire…

*** À noter que ce lexique est voué à être évolutif. D’autres définitions s’ajouteront au fil du temps.

Lecture complémentaire: